Virage numérique au Palace

Le président de Diffusion Saguenay, Me Pierre Mazurette, veut faire du Théâtre Palace Arvida un studio de captation vidéo de spectacles des plus modernes du Québec pour s'installer au coeur d'un marché qui prend le virage numérique à grande vitesse.
Ce projet vise à construire un bâtiment annexé à celui existant et de le doter des plus importants équipements électroniques de production audiovisuelle pour s'intégrer au marché du Web télé et de la diffusion vidéo.
Le projet est développé en collaboration avec le Cégep de Jonquière pour y intégrer un volet académique via le programme d'Art et technologie des médias. Le lieu servirait à la captation vidéo de spectacles et l'école à la formation de spécialiste dans le domaine en fonction des nouveaux besoins d'un marché en constante évolution.
Le montage financier de ce projet, évalué présentement à plus de huit millions de dollars, compterait un volet patrimonial, un volet éducatif et un volet culturel. Le ministère de la Culture et des Communications fera connaître prochainement la nouvelle stratégie québécoise du numérique pour les industries culturelles et les nouveaux programmes. Ville de Saguenay et Diffusion Saguenay s'impliqueront financièrement également dans cette réalisation.
« C'est un projet qui me tient à coeur, d'abord pour protéger le caractère patrimonial du Théâtre palace, mais aussi pour développer un nouveau créneau qui est en développement », fait valoir Me Mazurette qui multiplie les démarches pour réaliser le montage financier. Le président de Diffusion Saguenay a fait valoir que des producteurs de spectacles avaient déjà manifesté leur intérêt pour ce nouveau marché.
Une présentation du projet a été faite à la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications l'automne dernier. La porte-parole Anne-Sophie Lacroix précise qu'il s'agit d'une démarche préliminaire, mais que c'est un projet intéressant qui pourrait s'inscrire dans plan stratégique numérique culturelle présentement en élaboration. Même son de cloche au Cégep de Jonquière où la porte-parole, France Tremblay, précise que les discussions sont toujours à l'étape de projet.
Le monde du spectacle amorce présentement un virage numérique incontournable pour les artistes de la scène. Pour la responsable des communications au RIDEAU (Réseau indépendant des diffuseurs d'événements artistiques unis), Marlène Morin, le projet du Théâtre Palace est très innovateur et s'inscrit parfaitement dans les nouvelles tendances du marché du divertissement. « La vidéo est très à la mode et les artistes font tout ce qu'ils peuvent pour avoir de la visibilité et développer leur image. Il y a des projets en développement présentement avec la Société des arts technologiques à Montréal pour la web diffusion. Le Métropolitan Opera de New York diffuse maintenant en direct partout dans le monde grâce à une captation vidéo en streaming (diffusion en direct sur le web ou sur un écran de cinéma). Il y a des études au ministère de la Culture sur le développement du numérique et des programmes pour aider financièrement les salles de spectacle à se pourvoir en équipement verront le jour bientôt », évoque celle qui connaît bien le monde du spectacle au Québec. « Un studio de captation de cette envergure au Palace est très innovateur », ajoute-t-elle.
« Au RIDEAU, on favorise beaucoup le spectacle vivant avec des artistes sur scène, mais on sait que la diffusion web peut jouer de façon importante sur le développement de public et amener des gens dans les salles par la suite. Tous se cherchent de nouveaux axes de développement pour aller chercher des revenus, car les artistes, car le marché du disque est en baisse. Ils doivent être présents sur le web. Nous sommes dans ce courant-là présentement et on va en entendre parler de plus en plus. Ce qui se passe chez Diffusion Saguenay est très avant-gardiste, et c'est un créneau à développer », commente celle qui a déjà enseigné en ATM à Jonquière.