Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À l’instar de bien des athlètes, la pandémie a été difficile du point de vue motivation, pour la Chicoutimienne Victoria Gareau qui n’a pu prendre part à aucune compétition. Elle a toutefois pu se stimuler en se joignant à l’équipe nationale de développement, en novembre dernier.
À l’instar de bien des athlètes, la pandémie a été difficile du point de vue motivation, pour la Chicoutimienne Victoria Gareau qui n’a pu prendre part à aucune compétition. Elle a toutefois pu se stimuler en se joignant à l’équipe nationale de développement, en novembre dernier.

Victoria Gareau dans la cour des grands

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
À défaut d’avoir pu rivaliser avec d’autres athlètes de l’élite du patinage de vitesse courte piste, la Chicoutimienne Victoria Gareau aura au moins pu mettre à l’épreuve sa résilience, au cours des derniers mois.

L’ancienne membre des Comètes de Chicoutimi a été sélectionnée en octobre dernier pour joindre les rangs de l’équipe nationale de développement, elle qui amorçait sa deuxième année au Centre régional canadien d’entraînement (CRCE) à Montréal. Si cette belle surprise lui a procuré une motivation additionnelle, elle avoue que l’annulation les unes après les autres des compétitions n’a pas été facile à vivre. Heureusement, de petites courses entre membres de l’équipe ajoutent du piquant aux entraînements ! « On fait souvent des courses entre nous, ce qui est plus motivant que juste faire des pratiques. »

Mais de voir des coéquipières partir pour les Championnats du monde la « démotive un peu », admet-elle en entrevue téléphonique. La fatigue de la fin de saison se fait aussi sentir. « Sinon, ça va quand même bien et j’ai du fun avec mes amies sur l’équipe », ajoute l’athlète de 17 ans.

Transition

Comme les membres de l’équipe de développement et celles de l’équipe nationale s’entraînent ensemble, Victoria a donc suivi l’équipe nationale à Halifax pour un camp d’entraînement de trois semaines. A-t-elle trouvé difficile de passer à l’entraînement de l’équipe nationale six jours sur sept? « Je pensais que ce serait pire, mais c’est quand même correct. Ça va bien », assure la Chicoutimienne qui forme, avec Claudia Gagnon de La Baie, le duo de « Bleuettes » pour la présente cuvée.

« L’entraînement est différent et plus dur, mais je réussis à bien performer quand même. C’est sûr qu’on est un peu plus fatiguées parce que la saison achève. On finit dans deux ou trois semaines et les entraînements sont faits pour qu’on atteigne notre “peak”. »

Plus endurante qu’explosive, Victoria Gareau est à l’aise sur les distances du 1000 m et du 1500 m. Qu’estime-t-elle avoir le plus amélioré ces derniers mois? « Je pense que je me concentre plus sur mes points à travailler pour devenir meilleure de jour en jour et peut-être aussi sur ma confiance en moi », énonce-t-elle.

Si elle n’avait jamais travaillé sous la direction de l’entraîneur-chef Sébastien Cros, Victoria Gareau avoue qu’elle a été très heureuse d’apprendre l’arrivée de Marc Gagnon au centre national. « Marc était mon entraîneur au CRCE avant. J’étais vraiment contente quand ils ont annoncé sa nomination », mentionne-t-elle.

Il reste encore un peu plus de deux semaines d’entraînement avant de clore une saison en dents de scie du point de vue motivation. Les athlètes auront ensuite une pause de trois semaines avant de commencer les préparatifs en vue des sélections olympiques. Entre-temps, elle profitera de son congé pour rentrer au Saguenay voir sa famille qu’elle n’a pas revue depuis les Fêtes. « Ça va faire du bien ! »

Marianne Saint-Gelais

Dans un autre ordre d’idées, la retraitée olympique de la courte piste Marianne Saint-Gelais fera partie des invités inspirants que recevront Laurent Duvernay-Tardif, Anaïs Favron et Patrice Bélanger dans le cadre de l’émission Sans relâche, diffusée à 18 h tous les soirs, durant 10 jours, à compter du vendredi 26 février, en simultané à la télé, sur telequebec.tv et sur l’application Télé-Québec.

Avec une brochette d’invités qui sauront inspirer les jeunes avec leurs témoignages et leurs histoires de persévérance, le trio d’animateurs se lancera dans des aventures sportives, culinaires et artistiques et relèvera des défis complètement sautés ! Le tout dans un décor enchanteur, mettant en valeur les splendeurs de l’hiver québécois, explique-t-on dans un communiqué.