Vers une année record pour l’Ultramarathon

La 10e édition de l’Ultramarathon au profit de Leucan est en bonne position pour réussir son objectif d’amasser 200 000 $. La course d’endurance de 300 kilomètres a débuté jeudi et se terminera vendredi après-midi aux alentours de 14 h.

Au total, 300 participants se sont lancés à l’assaut des routes du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour cette 10e édition. En équipe de huit, ils devront se relayer pour parcourir 300 kilomètres en 32 heures. Le responsable de l’événement et directeur des affaires étudiantes au Cégep de Jonquière, Dave McMullen, est confiant qu’il aura de « bonnes nouvelles à annoncer à la fin des deux journées ».

Au cours des neuf éditions précédentes, l’Ultramarathon a amassé près de 450 000 $ pour Leucan et 44 300 $ pour la Fondation de l’Odyssée. L’année dernière, Leucan a reçu 186 000 $ de l’Ultramarathon ; et la Fondation de l’Odyssée, 10 000 $. L’organisation vise 200 000 $ cette année.

M. McMullen est heureux de voir à quel point les gens se sont mobilisés. « WOW ! Avec toutes des majuscules et autant de points d’exclamation que tu veux, s’est exclamé M. McMullen, joint au cœur de l’aventure. Il y a de l’animation dans les écoles et une belle collaboration des villes pour la sécurité. C’est la joie pour les coureurs et l’organisation. »

M. McMullen est surpris de voir à quel point les choses fonctionnent bien cette année. « Tout ce qu’on voit partout où l’on passe, c’est de l’aide, de l’amour et de la courtoisie. Les gens ne chialent pas dans les rues. » Il est agréablement surpris de voir la réaction des automobilistes qui ne semblent pas se plaindre de la présence du convoi.

Dans chaque ville, il y a au moins une cinquantaine de personnes qui sont là pour nous encourager. Si ça se déroule comme ça sur les 32 heures, ça va être la plus belle année », a ajouté M. McMullen. Il souhaitait également remercier l’ensemble de son équipe et les bénévoles qui font un travail remarquable. Il avait même de bons mots pour les chauffeurs d’autobus. « Nos chauffeurs, je ne serais jamais capable de faire ce qu’ils font, ils sont géniaux. On a huit autobus qui roulent à cinq kilomètres par heure ; c’est hallucinant. En plus, ils sont drôles et fort sympathiques. »

Ce défi est une occasion de voir la solidarité humaine. L’événement rassemble des coureurs de tous genres, de tous âges et de tous les niveaux sociaux.

Le départ s’est donné à 7 h, jeudi matin, au Cégep de Chicoutimi. Les 300 participants ont effectué les premiers 2,5 kilomètres tous ensemble pour ensuite commencer les relais aux cinq kilomètres. Ils effectueront le tour du lac Saint-Jean avant de revenir à Chicoutimi vendredi et de terminer les derniers 2500 mètres tous ensemble. Aux dernières nouvelles, aucune blessure n’était venue déranger les activités.