Valérie Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin ont terminé au pied du podium lors de la poursuite par équipe des Championnats du monde de patinage de vitesse longue piste en Allemagne.

Valérie Maltais tout près d’une première médaille

Valérie Maltais est passée à un peu plus d’une demi-seconde d’une première médaille internationale en patinage de vitesse longue piste. Le trio qu’elle complétait à la poursuite par équipe, en compagnie d’Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann, a pris le quatrième rang lors des Championnats du monde, à Inzell, en Allemagne.

Les représentantes canadiennes ont conclu l’épreuve avec un temps de 2min 58,3017s, à 58 centièmes de seconde des Russes et du podium. Les Japonaises, championnes olympiques en titre, ont poursuivi leur domination grâce à un chrono de 2min 55,785, devançant les Pays-Bas.

« Nous sommes contentes de notre course, a laissé tomber Valérie Maltais après coup. Nous avons bien patiné ensemble et nous avons bataillé. Notre chrono n’est pas loin du podium. C’était la première fois que nous patinions ensemble à cette épreuve sur la scène internationale et c’est motivant pour la prochaine saison. »

« J’étais nerveuse, mais plus en contrôle étant donné que la glace était brisée. C’était un bon stress qui m’a bien fait patiner », a raconté la Baieriveraine qui en est à sa première année en patinage longue piste après avoir fait la transition du courte piste. Elle profitera d’une journée de congé avant d’attaquer le 1500 mètres ainsi que le départ de masse dimanche.

L’équipe canadienne masculine de poursuite formée d’Antoine Gélinas-Beaulieu, Jordan Belchos et Ted-Jan Bloemen a pour sa part conclu en cinquième place.

Dubreuil 14e

Du côté individuel, Laurent Dubreuil n’a pas obtenu le résultat escompté au 500 mètres avec la 14e position. Le natif de Lévis avait mentionné dernièrement viser un podium après avoir terminé au 6e rang lors de la dernière Coupe du monde en Norvège. « J’ai fait mes meilleurs temps à vie aux sélections canadiennes en janvier et mes courses de la semaine dernière à la Coupe du monde de Hamar étaient bien meilleures. Je me sentais bien à l’entraînement cette semaine, sauf que je voulais trop et je ne me suis pas laissé aller. Ce n’était pas la course que j’espérais », a expliqué l’athlète, 14e du jour, avec son franc-parler habituel.