Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Baieriveraine Valerie Maltais (au centre) et ses coéquipières Ivanie Blondin à droite) et Isabelle Weidemann ont récidivé, lors de la 2e Coupe du monde, en remportant l’or à nouveau en poursuite, en plus d’établir un record de piste.
La Baieriveraine Valerie Maltais (au centre) et ses coéquipières Ivanie Blondin à droite) et Isabelle Weidemann ont récidivé, lors de la 2e Coupe du monde, en remportant l’or à nouveau en poursuite, en plus d’établir un record de piste.

Valérie Maltais: cap sur les Mondiaux de longue piste

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Malgré une disqualification au départ groupé, la Baieriveraine Valérie Maltais retirera certainement encore bien du positif de cette deuxième et dernière Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste tenue en fin de semaine à Heerenveen aux Pays-Bas. Ce sera maintenant un peu de repos pour la délégation canadienne avant de prendre part aux Championnats du monde qui auront lieu au même endroit dans deux semaines (11 au 14 février).

Faut dire que Maltais a commencé la semaine en force vendredi. Membre du trio féminin en poursuite, Maltais et ses coéquipières Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann ont raflé l’or à nouveau en plus d’établir un record de piste.

Le samedi a été moins satisfaisant pour la Baieriveraine qui a été disqualifiée au départ groupé alors qu’elle a joué du coude avec l’Italienne Francesca Lollobrigida, elle aussi disqualifiée pour «contact excessif». Ç’a dû un peu rappeler des souvenirs de courte piste à la Saguenéenne.

Heureusement, auparavant, elle avait quand même bien fait avec une 14e place au 1500 mètres du groupe A, une première expérience pour elle qui a été promue après sa victoire dans le groupe B le week-end dernier.

Dimanche, au 3000 m, la Baieriveraine, exténuée, a bouclé l’épreuve au 13e rang, en un temps de 4 minutes 5,998 secondes, ce qui était un peu plus lent que la semaine dernière où elle avait pris le 11e rang ( 4 minutes 5,722 secondes). Mais la semaine dernière, elle estimait que c’était l’une de ses «meilleures exécutions en carrière».

«Techniquement, il y a beaucoup d’amélioration, et tactiquement, cette course m’a donné de la confiance pour le prochain. C’était mon premier 3000 m depuis le championnat du monde en février dernier. Je sais que je peux être plus vite!», avait-elle déclaré.

Nul doute que la fière compétitrice peaufinera sa technique pour être fin prête pour les mondiaux! De plus, Maltais a reçu une bonne nouvelle sur le plan financier, puisqu’elle a appris qu’elle faisait partie des 150 femmes récipiendaires d’une bourse du Fonds des athlètes canadiens (Can Fund). «Cette bourse me permettra de me concentrer sur ma formation et d’atteindre mes objectifs», avait-elle commenté sur Facebook, ravie de ce coup de pouce financier.

L’athlète de Lévis, Laurent Dubreuil a conclu la seconde Coupe du monde sur une bonne note avec deux médaille de bronze. L’une au 500 m (photo ci-haut) et l’autre au 1000 m. Il conclut cette saison écourtée au 2e rang du classement général du 500m et au 4e rang de celui du 1000m.

Dubreuil sur le podium

Dimanche, le sprinteur de Lévis, Laurent Dubreuil, a fait coup double alors qu’il a décroché la médaille de bronze au 500 m, tout comme au 1000 m chez les hommes. Ses performances sont venues couronner une fin de semaine fructueuse pour l’équipe canadienne, qui a décroché six médailles durant la compétition de trois jours — une d’or, trois d’argent et deux de bronze.

Après avoir mis la main sur la médaille d’argent à l’occasion de la première épreuve de 500 m de la fin de semaine, samedi, Dubreuil a obtenu le bronze sur cette même distance dimanche en vertu d’un temps de 34,594 secondes. L’athlète de 28 ans n’a fini qu’à trois centièmes du médaillé d’or, le Néerlandais Ronald Mulder (34,555), le podium ayant été complété par un autre Néerlandais, Hein Otterspeer (34,590), à titre de médaillé d’argent.

Dubreuil a également fini troisième au 1000 m, affichant alors un temps de 1:08,185 pour accéder au podium aux côtés des Néerlandais Kai Verbij (1:07,355) et Thomas Krol (1:07,581). Il en était à sa première médaille dans cette distance cette saison, ayant fini neuvième la fin de semaine précédente.

Le total de quatre médailles (deux d’argent, deux de bronze) en six courses enregistré par Dubreuil montre qu’il continue d’être un des meilleurs sprinteurs au monde. Médaillé d’argent aux Championnats du monde de sprint 2020, il conclut la saison écourtée de la Coupe du monde au deuxième rang du classement général au 500 m (182 points) et quatrième au général au 1000 m (80 points).

Le Canada a enregistré trois autres résultats parmi les 10 premiers dans les courses de division A, dimanche, à l’occasion de la dernière journée d’activité à la Coupe du monde.

Isabelle Weidemann (Ottawa) a fini sixième au 3000 m féminin avec un temps de 4:01,609, tandis que Gilmore Junio, de Calgary, a terminé parmi les 10 premiers dans un 500 m masculin pour la troisième fois cette saison, avec une neuvième place (34,818). Et pour seulement la troisième fois de sa carrière, Ivanie Blondin a obtenu un top-10 au 1000 m féminin, terminant 10e dimanche avec un temps de 1:15,664. Elle avait auparavant réussi le coup deux fois durant la saison 2014-2015 de la Coupe du monde, alors qu’elle avait pris le cinquième rang à Séoul et la 10e place à Heerenveen.

L’équipe canadienne termine la saison écourtée de la Coupe du monde avec une récolte de 11 médailles, soit deux d’or, cinq d’argent et quatre de bronze.

Huit patineurs canadiens se sont classés parmi les 10 premiers de leurs distances individuelles respectives à l’approche des Mondiaux, notamment Blondin (2e au départ groupé), Dubreuil (2e au 500 m, 4e au 1000 m), Weidemann (6e au 3000 m), Jordan Belchos (6e au départ groupé) et Heather Heather (8e au 500 m). Avec Patinage de vitesse Canada