Les dirigeants de l’UQAC, Martin Côté (vice-recteur aux affaires étudiantes), Mario Ruel (directeur Pavillon sportif), Frédéric Desgagné, (directeur Service des immeubles et équipements) et Pierre Tremblay (DG Corporation d’aide au Pavillon sportif) étaient fiers de dévoiler le nouveau revêtement et la nouvelle surface de course rénovés au coût d’un million $ au Pavillon sportif de l’UQAC.

Une surface à la fine pointe à l'UQAC

Près de deux mois après le début des travaux, la clientèle du Pavillon sportif de l’UQAC peut profiter pleinement, depuis lundi, des installations rénovées au coût d’un peu plus d’un million $ dans la section stade. Une nouvelle piste de course unique au Saguenay, une nouvelle surface de sport polyvalente, un Café Campus revampé et de nouveaux produits offerts font partie du vent de renouveau qui souffle sur les installations sportives de l’UQAC.

Une cure de rajeunissement qui n’était pas un luxe puisque les installations avaient été construites pour les Jeux du Canada de 1983. La réfection du revêtement du plancher du stade pour une nouvelle surface à la fine pointe de la technologie a nécessité des travaux en profondeur. Une nouvelle dalle de béton a été coulée, remplaçant l’ancienne surface qui avait terminé sa durée de vie utile.

« Après 34 ans, les capacités d’absorption du revêtement étaient quasiment toutes disparues. La nouvelle surface (Super X Performance) mise en place devrait permettre aux utilisateurs de voir une différence quant au stress au niveau des jambes. Le revêtement (de la piste de course) est différent du centre », a indiqué Mario Ruel, directeur du Pavillon sportif de l’UQAC en conférence de presse. Le nouveau revêtement de la piste de course étant plus épais, les crampons (pour l’athlétisme) pourront même être utilisés.

Le revêtement à l’intérieur de la piste de course (Sportflex) est une surface hybride pour le volleyball, le badminton, le tennis, le soccer, le handball et même pour le basketball (il ne restera que des paniers de basket amovibles à acquérir). Évidemment, les utilisateurs devront apprivoiser la vitesse sur la nouvelle surface puisque celle-ci ne glisse pas. Pour les joueurs de tennis, la balle va mordre un peu plus sur le terrain, cite-t-il en exemple. 

Tour de force 

Les travaux réalisés sur la surface de 33 000 pieds carrés dans le respect des échéanciers établis sont presque un tour de force. « Les travaux de préparation ont été majeurs et ont demandé une restauration majeure de la dalle construite pour les Jeux du Canada de 1983. Il y avait les anciennes infrastructures de télédiffusion des Jeux et celles pour le saut en longueur. On a fait un resurfaçage complet de la dalle qu’on a ensuite recouverte d’une membrane d’étanchéité. Ce qui donne une surface complètement neuve et plane », a expliqué en substance Frédéric Gagné, directeur du Service des immeubles et équipements. Les rideaux en filet qui entourent la surface centrale ont aussi été remplacés par des neufs.

La piste de course et la section du stade ont été fermées du 26 août au 22 octobre. Un échéancier serré pour l’ampleur des travaux à effectuer, mais le produit final a été livré dans les temps promis, « à la journée prévue », souligne-t-il fièrement.

Les investissements devraient permettre d’assurer des surfaces d’une durée de vie d’au moins vingt ans. « Nous sommes très heureux, en tant qu’équipe du Pavillon sportif, de pouvoir bénéficier de toute cette nouvelle énergie offerte à la population », a indiqué Mario Ruel en soulignant que la population pourra essayer gratuitement les nouvelles installations au cours des prochains jours, et ce, jusqu’au vendredi 3 novembre.

Mentionnons enfin que les activités jeunesse et adultes comme les ligues et les cours de tennis, de volleyball et d’athlétisme reprendront au cours des prochains jours.

La réfection du revêtement du plancher du stade pour une nouvelle surface à la fine pointe de la technologie a nécessité des travaux en profondeur réalisés au coût de 1 M $.

Le Café Campus rafraîchi

La Corporation d’aide au Pavillon sportif (CAPS) a aussi fait sa part dans les réfections des installations avec une contribution totale de 80 000 $. De fait, les usagers du Pavillon sportif pourront profiter d’un Café Campus remis au goût du jour grâce à un investissement de 60 000 $. Ce service a fait l’objet d’une nouvelle configuration de l’ensemble du secteur alimentation et de la banque de vêtements. Une fenêtre donnant une vue sur la salle d’entraînement a également été aménagée.

De plus, le Café Campus offre maintenant des smoothies avec des recettes exclusives concoctées pour le «préentraînement», le «postentraînement» et en «supplément de repas». Le service de repas préparés est aussi de retour avec une présentation plus attrayante. Ces améliorations du côté des produits alimentaires sont rendues possibles grâce au travail effectué en collaboration avec une nutritionniste de la Table intersectorielle sur les saines habitudes de vie dans la région

Par ailleurs, la salle de conditionnement physique a aussi été améliorée grâce à une généreuse contribution de 20 000 $ de la CAPS pour l’aménagement d’une cage multifonctionnelle. Celle-ci apporte beaucoup de polyvalence dans les mouvements que l’on peut y effectuer, tels que des mouvements de développé-couché, de squat et d’haltérophilie. Deux appareils très prisés, soit le leg press et le hack squat, ont également été modernisés. La salle d’entraînement est maintenant dotée de trois plates-formes d’haltérophilie. 

Grâce à une aide financière de la Corporation d’aide au Pavillon sportif, le Café Campus s’est refait une beauté et propose maintenant des smoothies faits à partir de recettes exclusives.

Réfection du terrain de football

 Dans un monde idéal, les travaux de la réfection de la surface synthétique du terrain de football de l’UQAC devraient avoir lieu au printemps prochain. Toutefois, il reste encore une bonne part de démarches à effectuer avant de donner le feu vert.

« La semaine prochaine, on va rencontrer des fournisseurs potentiels pour refaire la surface », mentionne Mario Ruel, en précisant qu’un comité de travail a été mis en place pour ce dossier. « Il reste tout le montage financier et des discussions avec nos partenaires. C’est un projet qu’on aimerait faire le printemps prochain plutôt qu’à l’automne parce qu’il y a plus d’activités automnales. Si les travaux se faisaient fin avril, en mai et en juin pour une livraison en juillet, ce serait la fenêtre d’opportunité qu’on aimerait obtenir. »

Pas de travaux en été

D’autre part, interrogé sur ce qui a incité l’UQAC à effectuer les travaux à la rentrée scolaire plutôt que durant l’été, le directeur du Pavillon sportif a admis qu’il s’agissait d’une question d’impacts financiers sur leurs revenus. Les camps d’été sont non seulement un service apprécié, mais il est aussi lucratif. « Oui, des gens ont perdu des services (durant les dernières semaines), mais si on avait fait les travaux durant l’été, on aurait mis plusieurs familles dans le trouble parce que nous offrons un service de garde important. Et les revenus nets qui sont générés dans le mandat d’autofinancement du Pavillon sont plus importants l’été. On a donc retardé les ligues de tennis et de volleyball. (Ces ligues) sont quand même importantes pour nous au niveau des revenus, mais comparativement aux camps d’été, c’était un choix qui était un moindre mal. Et on a pu quand même répondre à notre mission première pour les cours en éducation physique et en kinésiologie avec les plateaux restants », souligne Mario Ruel.

Pour les disciplines comme la course à pied, l’escalade et le tennis, l’automne doux a permis de les tenir à l’extérieur.