Le souper-bénéfice tenu samedi soir à l’Hôtel Universel d’Alma sous la formule de l’Antichambre a été un franc succès grâce à la présence des entraîneurs de boxe de haut niveau Stephan Larouche, Danielle Bouchard, les olympiens du judo, Antoine Bouchard et Jean-Pierre Cantin. Emy Dallaire (3e à gauche) et le propriétaire de l’Académie Le Pugiliste d’Alma, Maxime Dallaire, à droite, complètent cette belle brochette d’invités.

Une soirée instructive

Quelque 175 convives ont pu en apprendre davantage sur le sport amateur, notamment la boxe et le judo, dans le cadre du Séminaire sportif tenu samedi à l’Hôtel Universel d’Alma. En plus d’être fort instructif, le souper-bénéfice a permis d’amasser des fonds pour trois organismes, soit l’Académie Le Pugiliste d’Alma, la Fondation des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour d’Alma et l’Association régionale de judo.

Au total, ce sont 230 billets qui ont trouvé preneur pour l’événement tenu sous la présidence d’honneur du maire de Desbiens, Nicolas Martel. Pour l’occasion, les convives ont pu écouter le propos de panellistes de haut niveau tous natifs de Jonquière, avec les entraîneurs de boxe de haute performance Stéphan Larouche et Danielle Bouchard, ainsi que les olympiens en judo, Antoine Bouchard et Jean-Pierre Cantin dans le cadre d’une table ronde animée par le collègue Dave Ainsley (Le Quotidien) et Mark Dickey (KYK Radio X). 

«La formule a été appréciée et j’ai reçu plein de bons commentaires», a indiqué Maxime Dallaire, propriétaire et fondateur de l’Académie de boxe Le Pugiliste.

Ce dernier souligne que les spectateurs ont été captivés par les propos des invités. «C’était vraiment exceptionnel et ç’a vraiment été une belle promotion de la boxe et du sport en général!» Maxime Dallaire a aussi eu l’occasion d’expliquer ce qu’était l’Académie, pourquoi il avait choisi ce nom et les objectifs qu’il visait. Il a démarré trois cours qui encouragent les jeunes inscrits dans la persévérance scolaire. Sa fille Emy, qu’il entraîne, a aussi pris la parole. La jeune athlète qui vient de passer chez les juniors a de grandes ambitions. Des combats et des entraînements en Irlande et en France sont dans l’air afin de l’aider à se développer. Car il n’y a que très peu d’adversaires pour elle au Québec, voire au Canada. Son père est d’ailleurs en quête de commanditaires pour l’aider à financer ces projets.

Quant à l’argent amassé samedi, il servira à couvrir une partie des frais liés à l’entraînement et aux déplacements des pugilistes à des galas.

Mentionnons enfin que la table ronde tenue samedi a permis à d’autres entraîneurs et athlètes de la région de constater qu’ils sont tous confrontés aux mêmes obstacles et questionnements, peu importe le sport. «La qualité des panellistes était extraordinaire et j’aurais aimé avoir plus de monde pour qu’ils écoutent les beaux messages et les échanges sur les difficultés du sport amateur. C’était la première édition et ce sera à répéter, car les gens ont bien apprécié», de conclure Maxime Dallaire.