Officiel responsable du Championnat provincial de golf junior tenu au Club Chicoutimi, Jacques Sévigny aimerait bien que, comme ce fut le cas pour lui, la tenue de cet événement suscite des vocations pour devenir officiel. Au moins un membre du Club Chicoutimi a manifesté son intérêt pour suivre une formation.

Une relève souhaitée

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne compte pas d’officiel de golf certifié dans ses rangs, mais cette lacune sera peut-être chose du passé au cours des prochaines années. Car la tenue du Championnat provincial de golf junior au Club de Chicoutimi a peut-être suscité des vocations.

Officiel responsable de ce tournoi tenu du 8 au 12 juillet, Jacques Sévigny a rencontré au moins un membre du club Chicoutimi qui a manifesté son intérêt à suivre une formation d’officiel au cours des prochains mois. Un intérêt que M. Sévigny souhaite voir se concrétiser, surtout que les formations de Golf Canada sont de plus en plus accessibles grâce à la technologie.

«Il y a un membre du club Chicoutimi qui est venu me voir et qui serait intéressé à passer son niveau à Québec où une formation sera donnée au mois de novembre», souligne M. Sévigny. Membre du club de golf Continental, le Sorelois a lui-même développé son intérêt pour le travail d’officiel lors de la tenue du Championnat provincial junior à son club en 2008. Déjà impliqué dans le hockey, M. Sévigny a agi comme capitaine de son club et il a décidé de mieux s’outiller en allant suivre un cours sur les règles du golf. En 2008, lorsque son club a été hôte du Championnat provincial, le capitaine du club a eu l’occasion de discuter avec les officiels en poste.

«Leur monde m’a fasciné, si bien que tout de suite après le tournoi, je suis allé suivre ma formation pour les niveaux 2 et 3. Depuis deux ans, j’ai obtenu (ma certification de) niveau 4 qui est le niveau national», raconte le sympathique et dévoué bénévole.

«L’intérêt s’est mis à grandir et je me suis mis à faire des tournois régionaux, puis des provinciaux comme celui-ci. D’abord comme officiel de base, puis comme officiel en charge. Je fais une trentaine de jours d’arbitrage par année, à toutes sortes de niveaux, des tournois de Golf Canada et des tournois juniors de Golf Canada. Dernièrement, j’ai fait un tournoi de qualifications pour l’Omnium canadien. Je fais autant de tournois régionaux dans ma région de Montréal que des provinciaux.»

Progressif
Dans son cas, c’est un enchaînement d’événements qui ont fait en sorte qu’il s’est de plus en plus impliqué. Et avec sa retraite, il dispose de plus de temps pour aller officier dans des tournois là où ses services sont requis. Bien sûr, comme dans tous les domaines, plus on franchit des niveaux, plus la formation se complexifie. «Mais tout le monde peut suivre la formation. Le reste vient avec l’expérience», assure-t-il.

M. Sévigny apprécie officier auprès des jeunes du calibre junior, car le rôle des officiel, à ce niveau, se situe à mi-chemin entre l’enseignement et l’application des règles. «Souvent, s’ils nous posent des questions, on va leur donner plus facilement les solutions qu’à des adultes, dans la mesure du respect de la règle. On prend un peu plus de temps pour leur expliquer la règle», met-il en relief.

Parlant des règles, si elles ont fait l’objet de modifications occasionnelles au cours des 20 dernières années, il y aura un grand coup de barre l’an prochain. «En 2019, nous aurons un changement brutal. Toute la philosophie des règles de golf va changer et il y aura plusieurs modifications dans le but d’accélérer et de simplifier le jeu, de le rendre plus accessible aux gens, explique M. Sévigny. Par exemple, si je veux faire un coup roulé du fond du vert, je dois dire à mon partenaire de me tenir le drapeau dans la coupe et de l’enlever quand je vais putter. Dans la nouvelle philosophie, on laissera le drapeau dans la coupe et je vais faire mon coup roulé.»