La Baieriveraine Claudia Gagnon (au centre) a dû mettre fin prématurément à sa compétition en Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste au Kazakstan en fin de semaine dernière, en raison d’une vive réaction allergique.

Une réaction cutanée force l’abandon de Claudia Gagnon

La Baieriveraine de 20 ans prenait part à l’étape de la Coupe du monde au Kazakhstan quand elle a été mise hors de combat par une forte réaction cutanée sur l’ensemble de son corps, mettant ainsi fin à sa compétition tout de suite après la ronde de qualification de vendredi.

Heureusement, elle a été prise en charge rapidement par le médecin et les membres de l’équipe canadienne, mais il n’en reste pas moins que ses parents, Nancy Arseneault et Benoit Gagnon, avaient hâte qu’elle soit de retour au pays, ce qui a été fait lundi midi.

Jointe lundi, Nancy Gaudreault avoue qu’elle avait l’impression que le stress venait de tomber en sachant sa fille de retour au Québec et qu’elle pouvait maintenant laisser sortir ses émotions. Elle a aussi bien hâte de savoir ce qui a été précisément à l’origine de cet ennui de santé, car différentes sources sont envisagées. Claudia passera des tests, mardi, afin de trouver ce qui a pu causer cette réaction.

« Elle a eu une grosse grippe avant de partir pour la Coupe du monde et ils lui avaient donné des antibiotiques. On ne sait pas si c’est une réaction au vaccin ou à la pénicilline. Elle n’a pas eu de fièvre, mais son visage a enflé et son corps est devenu rouge à la grandeur. Sa peau lui démangeait, mais la sensation de brûlure était telle qu’elle n’avait pas envie de se gratter. Ils lui ont donné une injection et une crème, mais les symptômes ne s’atténuaient pas », raconte sa mère.

« Après les premières courses, elle avait de la difficulté à respirer et tout son corps était rouge. Ils lui ont donné une injection et ils l’ont retirée de la course parce qu’ils préféraient ne pas prendre de chance pour sa santé. Ça n’allait pas bien », poursuit Mme Gaudreault qui a pu communiquer avec sa fille via Facetime.

Mme Gaudreault a trouvé cette situation difficile, car sa fille voulait rentrer au pays et sa mère devait la raisonner et lui dire de prendre son mal en patience en attendant que l’équipe rentre au pays. « J’avais le cœur gros », avoue-t-elle. Heureusement, même si ç’a pris un peu plus de temps, les rougeurs ont fini par s’atténuer.

Un groupe solide

Mme Gaudreault ne tarissait pas d’éloges à l’égard du personnel et des membres de l’équipe canadienne. « Ils ont vraiment pris soin d’elle. Les coachs et les patineurs s’informaient de sa santé. C’est une vraie équipe. Ils ont vraiment été fins », souligne Mme Gaudreault qui a d’ailleurs publié des remerciements sur la page Facebook de sa fille.

Elle a « remercié tous les membres de l’équipe canadienne pour avoir soutenu [s]a fille Claudia Gagnon pendant qu’elle vivait des problèmes de santé loin de sa famille. De plus, le médecin de l’équipe a été d’une présence remarquable auprès de Claudia. Enfin un gros merci de la part de parents qui étaient loin. C’était réconfortant et encore merci. »

Dimanche soir, elle a même pu échanger avec Kim Boutin qui lui a dit que sa fille était fine et qu’elle levait son chapeau à Claudia qui avait réussi à sourire malgré ce qui lui arrivait. « C’est une fonceuse et je suis fière d’elle », a ajouté la triple médaillée olympique de PyeongChang.

« C’était stressant parce qu’elle était découragée et elle ne voulait pas dormir parce qu’elle avait peur de s’étouffer. Mais le médecin l’a rassurée en lui disant qu’elle ne la laisserait pas dormir seule s’il y avait un tel risque. »

Mercredi, Claudia a un examen scolaire au Collège Maisonneuve. Selon les résultats des tests médicaux, elle saura par la suite si elle continuera à s’entraîner jusqu’à une courte pause pour Noël ou si elle pourra prendre congé dès cette semaine.