Les conditions climatiques étaient parfaites pour cette traversée du lac Saint-Jean à la course. La neige molle a compliqué la tâche des participants.

Une première traversée du lac Saint-Jean à la course réussie

Les 52 coureurs qui ont pris part à la course Cryo de 32 km entre Péribonka et Roberval ont eu droit à des conditions climatiques extraordinaires pour la course. Mais c’est la neige molle qui est venue compliquer les choses. Néanmoins, seulement neuf coureurs ont dû abandonner la course, alors que Benoit Gobeil et Sarah Paradis ont remporté les honneurs de l’événement.
Un total de 52 coureurs ont pris part à la course Cryo de 32 km entre Péribonka et Roberval.

« Une chance que j’avais mes raquettes », a lancé Benoit Gobeil, 38 ans de Bromont, après la course, car le parcours plat, qui semblait d’abord facile, s’est avéré beaucoup plus exigeant que prévu. Le coureur d’expérience a donc franchi la ligne d’arrivée après 3h12. Et c’est à ce moment qu’un très gros feu d’artifice a jailli dans le ciel pour accueillir le champion du lac. «C’était tellement beau que j’ai pleuré », a-t-il admis.

C’est l’athlète de Roberval, Gino Gravel qui a pris la deuxième place en 3h20 suivi de Stéphan Perron, un coureur de La Baie, en 3h27.

Chez les femmes, c’est Sarah Paradis, 27 ans de Montréal, qui a été la première à traverser le lac avec un temps de 4h28, suivie de Jannick Brassard et de Nancy Pelletier.

Pour Jannick Brassard, une native de Roberval qui réside maintenant à Valleyfield, cette traversée représente l’accomplissement d’un vieux rêve. « Je me souviens quand j’allais voir les nageurs arriver lors de la Traversée, dit-elle. Comme c’est impossible pour moi de traverser le lac à la nage, je me suis lancé le défi de le faire à la course ». Le hic, c’est qu’elle n’avait pas prévu de raquette pour l’occasion. « Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de neige. C’était très difficile », souligne la femme qui a tout de même adoré son expérience, qu’elle qualifie de magique.

En plus de la course de 32 km, 17 autres coureurs ont pris part à une course de 10 km, en faisant le tour de l’île aux Couleuvre, au départ de Roberval. Chez les hommes, Christopher Rudolph a monté sur la première marche du podium en 45 minutes, suivi du journaliste de Radio-Canada Jean-Marie Munger de Shipsahw et d’Oscar Diaz. Chez les femmes, c’est Fanie Paquet, de Dolbeau, qui a remporté la course en une heure, suivie de Christelle Leray. Et de Charlotte Scott.

Le gagnant de l'épreuve, Benoit Gobeil, a admis avoir pleuré à son arrivée à Roberval.

Un franc succès

Après l’événement, Jean-Charles Fortin, le directeur général de la fondation Sur la pointe des pieds, flottait presque sur un nuage en voyant la popularité de l’événement. « Je suis comblé », a-t-il dit, sourire aux lèvres, en soulignant l’implication des partenaires et de la soixantaine de bénévoles. « On a réussi à attirer plus de 80% de coureurs de l’extérieur de la région », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la course, chaque coureur devait faire une collecte de fonds pour aider la fondation à réaliser davantage d’expédition thérapeutique pour les jeunes survivants du cancer. « L’événement a permis d’amasser 146 000 dollars, a lancé Jean-Charles Fortin, à la foule amassée sous le chapiteau après la remise des prix. Merci à tous ! ».

L’événement a été un tel succès que ce dernier rêve déjà de la prochaine édition tout en pensant à d’autres activités qui pourraient être offertes, comme le ski, ou encore des sports cani-tractés.

Comme quoi il reste encore plusieurs occasions pour maximiser le grand terrain de jeu à ciel ouvert qu’est le lac Saint-Jean.