Une première saison qui augure bien pour l’avenir

Entraîneur-chef de la formation féminine des Gaillards du Cégep de Jonquière, Daniel Dawson trace un bilan positif de cette première saison collégiale en division 1, dont il retient surtout la belle progression, ce qui augure bien pour le futur.

«Il s’agissait de la première année de l’équipe en division 1 et ça a été une grande année pour le programme. Bien que les ajustements de début de saison aient été plus longs que prévu l’équipe collégiale division 1 a complété sa saison avec un cumulatif de 4 victoires et 13 défaites et un total de 28 manches gagnées et 43 manches perdues en saison régulière. Il s’agit d’une bonne première saison pour l’équipe, qui a progressé tout au long de l’année. L’équipe a été très compétitive dans l’ensemble de ses matchs cette saison, en jouant la moitié de ses matchs jusqu’à la manche ultime. De plus, l’équipe a remporté 3 de ses 4 derniers matchs et en donnant une excellente opposition au Championnat provincial collégial D1», a-t-il fait valoir en rappelant que l’équipe féminine division 1 a été une des seules équipes à compléter son calendrier du RSEQ, puisque le tout se déroulait avant la mi-mars.

D’autre part, l’équipe a joué une trentaine de matchs 3 de 5 contre des équipes universitaires et collégiales D1. Quelques tournois étaient encore à l’horaire, mais ont dû être annulés en lien avec la crise. «Même si nous n’avons pas complété notre calendrier, la progression des joueuses et l’expérience qu’elles ont acquise cette année sont exceptionnelles. Nous sommes extrêmement fiers de représenter la région dans une première division provinciale. Le simple fait pour une équipe du Saguenay-Lac-Saint-Jean de faire partie d’une ligue D1 est un exploit, en plus on réussit à y être très compétitif et ce n’est pas fini ! Nous ne voyons aucune limite et n’avons aucun complexe par rapport aux équipes qu’on affronte. Nous avons la chance d’avoir d’excellentes structures de développement 100% régionales.»

Malgré le départ de deux finissantes (Gabrielle Morissette et Mégan Simard qui poursuivront leur parcours sportif à l’université), l’équipe demeurera très compétitive l’an prochain en raison de la présence d’un excellent noyau de vétéranes et l’arrivée de plusieurs recrues qui contribueront à former une équipe de premier plan dans le circuit. Parmi les recrues, quatre joueuses qui proviennent des équipes du Club de volleyball Saguenay (CVS) s’ajouteront à l’équipe, soit Mathilde Murdock-Asselin (Chibougamau), Claire Lancup (Laterrière), Laurence Boucher (Chicoutimi) et Anne-Marie Côté (Charlevoix).

De plus, le rayonnement de l’équipe collégiale division 1 permet à l’équipe d’accueillir trois athlètes de l’extérieur de la région, soit Émilie Doucet (Sept-Îles), Cameron O’Grady (Trois-Rivières) et Alice Bathalon (Joliette). Bien que le recrutement soit bien avancé, encore quelques portes pourraient être ouvertes.

«Ces ajouts de premier plan permettront à l’équipe d’être encore plus compétitive l’an prochain, soutient Daniel Dawson. L’édition 2020-2021 des Gaillards en D1 aura de nouvelles joueuses d’impact, en plus d’avoir plus de profondeur que cette année. Nous nous sommes donc doublement améliorés.

«Elles assurent aussi une excellente relève pour les années à venir et contribueront rapidement aux succès de l’équipe! Ça a été un plaisir de recevoir les fans de volleyball dans nos gymnases cette année, le spectacle était au rendez-vous et les commentaires étaient excellents ! Je tiens à souligner l’apport des parents, des entraîneurs, de la communauté de volleyball, de la direction du Cégep de Jonquière et bien sûr des athlètes dans cette belle aventure qui ne fait que commencer», a-t-il conclu.