Mélaurie Boivin de Desbiens fera partie de la délégation canadienne au Egna Spring Trophy, en Italie, du 3 au 8 avril.

Une première pour Mélaurie

La jeune patineuse artistique Mélaurie Boivin vivra sa toute première compétition internationale, en avril, alors qu’elle participera au Egna Spring Trophy, en Italie.

Âgée d’à peine 14 ans, l’athlète de Desbiens fait partie de la délégation déterminée par les fédérations canadienne et québécoise de patinage artistique pour prendre part à cette compétition qui aura lieu du 3 au 8 avril. Cette invitation servira certes de motivation pour la talentueuse patineuse pour le reste de la saison !

Pour la protégée de l’entraîneure Marlène Picard, cette bonne nouvelle a vite éclipsé sa petite déception chez les Novices aux Championnats canadiens au début du mois. Mélaurie, qui espérait monter sur le podium, a dû se contenter du 7e rang. Ce qui est quand même excellent pour une première participation aux nationaux, d’autant plus qu’elle faisait partie des plus jeunes candidates. « Ce n’était pas une contre-performance, souligne Marlène Picard, mais elle a moins bien performé que ce qu’elle était capable de faire. On était un peu déçues, mais dans l’ensemble, c’était correct. »

Cela dit, les Championnats canadiens servent aussi de sélection pour déterminer quels athlètes participeront à des compétitions internationales. « Comme elle a un très bon potentiel, on espérait qu’elle serait choisie. Mais souvent, il faut que tu performes du mieux que tu peux aux Championnats canadiens et comme on était un peu déçues de sa performance, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. Sauf que cette semaine, on a eu la nouvelle qu’elle participerait à une compétition internationale. Ce sera sa première sortie à l’extérieur du Canada, alors elle était vraiment excitée et contente ! », relate Mme Picard, qui supervise le programme sport-études en patinage artistique à l’Odyssée Lafontaine/Dominique-Racine.

Expérience enrichissante

Selon son entraîneure, les excellents résultats obtenus durant la saison ont fait pencher la balance en faveur de sa protégée pour la sélection des meilleurs athlètes de la délégation québécoise. « C’était ses premiers Championnats canadiens alors que la majorité en était à leur deuxième, et c’était l’une des (plus) jeunes athlètes. C’est sûr qu’elle avait tout à apprendre. C’était impressionnant de voir l’aréna, les médias, etc. », rappelle Marlène Picard qui estime que Mélaurie sort grandie de cette première expérience contre l’élite canadienne.

La jeune fille a d’ailleurs prolongé son séjour à Vancouver pour assister aux sélections olympiques qui ont eu lieu dans la même semaine. « Elle a tripé, elle a regardé tous les patineurs et arrivée chez elle le lundi, elle les a regardés à nouveau. Elle a appris énormément ! C’est une expérience qui va la faire grandir. »