Pilote de tandem d’Annie Bouchard, la Chicoutimienne Évelyne Gagnon enchaînera deux compétitions d’envergure en paracyclisme au cours des prochaines semaines. En plus de prendre part aux Championnats canadiens de cyclisme et de paracyclisme à Saguenay, du 21 au 24 juin, elle participera à sa première Coupe du monde en Hollande, du 6 au 8 juillet.

Une première Coupe du monde pour la pilote Évelyne Gagnon

Les trois prochaines semaines seront effervescentes pour Évelyne Gagnon. La Chicoutimienne de 27 ans, qui est la pilote de tandem de la Charlevoisienne Annie Bouchard, pourra non seulement courir devant les siens dans le cadre des Championnats canadiens de cyclisme et de paracyclisme présentés à Saguenay, mais elle prendra part à sa toute première Coupe du monde, à Emmen, en Hollande, du 6 au 8 juillet.

Difficile pour l’athlète de demander mieux que la présente saison. Le tandem a en effet connu un excellent début de saison, avec une première position canadienne au contre-la-montre chez les femmes au Défi sportif AlterGo, tout en réussissant le standard avec une vitesse moyenne de 43,15 km/h. Le lendemain, elles ont remporté la médaille d’or à la course sur route.

Pour Évelyne, il s’agira d’une toute première expérience en Coupe du monde, mais sa coéquipière, Annie, a déjà participé à une Coupe du monde en 2016, à Bilbao, en Espagne, avec son ancienne pilote. «On savait que nous avions de bonnes chances d’y aller parce que nous avions fait de bons temps au Défi sportif AlterGo», soutient Évelyne Gagnon, qui a appris la bonne nouvelle au début du mois. Évelyne et Annie seront le seul tandem féminin de la délégation canadienne à cette coupe du monde.

«Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre parce que je ne sais pas qui sera là-bas et que peu après, ce sont les Championnats du monde en Suisse. Peut-être que certains pays vont décider de ne pas y aller pour se réserver pour les mondiaux ou parce que ça fait beaucoup de voyagement, mais en même temps, ça se peut que les gens soient bien en forme parce que c’est peu avant les mondiaux», avance Évelyne, lorsqu’interrogée sur les visées du tandem.

«Quant au parcours en Hollande, il paraît qu’il y a des portions un peu techniques. Sinon, il n’y a pas de grosses difficultés en vue, si ce n’est le vent, mais aux Pays-Bas, il vente souvent. Quant aux Championnats canadiens, on va les prendre plus comme une préparation pour Emmen, même si je veux bien faire, souligne la Chicoutimienne. Ça va nous donner une idée de notre niveau de forme parce qu’Audrey (Lemieux) et Robbie (Weldon) seront présentes, et on n’a pas encore couru contre elles cette année. Toutefois, le but n’est pas d’arriver au sommet de notre forme aux championnats canadiens, mais plus pour les mondiaux deux semaines après.»

La chimie est bien installée entre les deux athlètes. «On s’est entraînée pas mal ensemble et on essaie de se voir les fins de semaine. Ce qui est le fun, c’est qu’on est toujours sur une pente montante. On s’améliore, tout comme notre chimie et notre communication. En plus, nous sommes toutes deux très motivées», ajoute Évelyne Gagnon, qui se donne comme défi d’apprendre à mieux gérer sa fatigue.

Il faut dire que ce n’est pas évident pour les deux athlètes qui doivent concilier les entraînements avec leur emploi à temps plein. Évelyne Gagnon travaille comme pharmacienne dans un hôpital; Annie, 43 ans, est directrice au Centre communautaire de Baie-Saint-Paul. Mais le duo a la ferme intention de bien faire pour chacune de ces deux importantes compétitions.