L'équipe canadienne compte cinq solides coureurs en Ben Perry (vainqueur de la première étape et vice-champion 2016), les régionaux Guillaume Boivin et Léandre Bouchard, Raphaël Auclair et James Piccoli. La première étape débute jeudi, à midi, près du Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Une motivation additionnelle pour Boivin

Malchanceux en course, mais toujours un sérieux aspirant au sommet du classement général, Guillaume Boivin aura une motivation additionnelle pour lorgner les podiums de la 4e édition du Grand Prix cycliste de Saguenay.
Le cycliste a grandi au Saguenay et comme toujours, il ne vient pas dans la région pour jouer les touristes, mais bien pour se donner à fond de train afin d'obtenir les meilleurs résultats possible tant sur le plan individuel que par équipe. « Ça fait quand même un bon bout que je n'ai pas couru et ça va peut-être me prendre la première étape pour me remettre dans le rythme de course. Mais même là, je pense que je devrais être au rendez-vous », a-t-il indiqué après la présentation officielle des équipes mercredi.
Sur le plan individuel, Boivin ne s'est toutefois pas commis sur un classement précis. « Je suis juste content d'être ici pour faire la course dans la région comme chaque année, devant les membres de ma famille qui seront là. Mais cette année, j'ai une motivation supplémentaire. Mon grand-père maternel, Hermel Audet de Dolbeau-Mistassini, est décédé jeudi passé. Nous étions donc dans la région pour assister à ses funérailles en fin de semaine. Ça me donne donc une motivation supplémentaire pour les quatre prochains jours », assure-t-il.
Celui qui a terminé sur la troisième marche du podium au classement final de l'édition 2015 est de retour cette année sous les couleurs de l'équipe canadienne pour l'occasion et il croit que sa formation sera effectivement de celles à surveiller. « Je pense qu'on a quand même une assez bonne équipe. Les dernières fois que je suis venu ici, je me battais pour la victoire où j'ai fini sur le podium il y a deux ans. On a une équipe quand même assez forte avec Ben Perry et Léandre Bouchard qui est quand même une machine. Nous ne sommes que cinq, mais nous avons cinq coureurs solides. On a une équipe pour se battre pour chaque étape et pour le classement général », a-t-il soutenu.
Chasser la guigne
Pour le cycliste aux origines régionales, la guigne semble vouloir s'inviter à chacune de ses prestations, quand ce n'est pas juste avant. L'an dernier, il y avait particulièrement goûté, alors qu'il était en bonne position pour un podium. Ça avait commencé lors de la première étape, alors qu'il était bien placé pour contribuer à un podium de son équipe lorsqu'il a été victime d'une crevaison à environ 10 km de l'arrivée. Le pire moment fut lors du critérium. Guillaume Boivin était en bonne position avec une 4e place au classement général après deux étapes lorsqu'une spectaculaire chute a mis fin à sa prestation en sol saguenéen. Le leader de l'équipe israélienne Academy Cycling avait subi une triple fracture à l'épaule, ce qui avait hypothéqué une partie de sa saison. Puis, lors de son retour sur le vélo, il s'était blessé à un genou en août, mais il avait quand même pu participer aux Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal en septembre ainsi qu'aux Championnats du monde couru au Qatar en octobre, puis au Tour du Rwanda en novembre où il avait gagné la première étape.
Cette année, la malchance est encore venue atténuer ce qui s'annonçait de belles prestations sur les classiques du printemps du World Tour. « J'avais vraiment une bonne forme, mais j'avais toujours des pépins techniques ou autres quand je faisais une belle course, relate-t-il. J'ai fait de vraiment belles courses, mais sans avoir les résultats à la clé. C'est donc un peu mitigé (comme résultats), mais quand je regarde le côté positif, ça allait vraiment bien. »
Et comme il n'en est pas à ses premières blessures de guerre, Boivin a déjà tourné la page sur les malchances de son dernier passage au GP de Saguenay. « Je pense que ce sera vraiment de belles courses sur route et comme ils annoncent vraiment beau, ça va être agréable. »
Mercredi, c'était la présentation officielle des 17 équipes qui prendront le départ de la 4e édition du Grand Prix cycliste de Saguenay à compter de jeudi. Les deux premières étapes se déroulent dans le secteur de La Baie jeudi et vendredi, le critérium aura lieu samedi soir à Kénogami et la dernière étape à Chicoutimi dimanche.
Deux disciplines, une seule équipe
L'organisme Cyclisme Canada n'est pas peu fier de pouvoir présenter une équipe « qui intègre de manière unique les athlètes issus de la route et du vélo de montagne » au Grand Prix cycliste de Saguenay.
La formation aux couleurs de l'unifolié sera menée par le cycliste aux racines régionales Guillaume Boivin et Ben Perry, deux athlètes canadiens aguerris sur route qui font partie de l'équipe professionnelle Cycling Academy. En 2016, Ben Perry a d'ailleurs remporté la frigorifiante première étape du GP de Saguenay et a terminé deuxième au classement général. Quant à Boivin, il était bien positionné pour un podium l'an dernier, pointant au 4e rang du classement général après deux étapes, lorsqu'il a subi une triple fracture à l'épaule lors du critérium (3e étape), ce qui a réduit à néant ses aspirations pour la 3e édition.
Deux membres de l'équipe nationale de vélo de montagne, soit l'Almatois Léandre Bouchard et Raphaël Auclair (Haute-Saint-Charles) complètent l'équipe en compagnie de James Piccoli, qui a récemment remporté sa première course UCI au Trinidad. Ce dernier compte quand même quelques participations aux rendez-vous cyclistes de Saguenay, ayant participé à la Coupe des Nations U23 de Saguenay en 2013 et aux éditions 2014 et 2016 du GP de Saguenay.
« Le volet sportif est intéressant, car on expérimente en intégrant différentes disciplines ensemble », a indiqué Kevin Field, le gérant du programme de route chez Cyclisme Canada. « Léandre et Raphaël sont principalement des athlètes de vélo de montagne et je travaille étroitement avec Dan Proulx (entraîneur national de vélo de montagne) afin qu'ils puissent transférer les connaissances acquises sur la route au vélo de montagne. C'est bien d'intégrer les deux disciplines ensemble. Nous avons fait ça dans les années 1990 et au début des années 2000 et je crois que les deux sports sont très compatibles », a-t-il fait valoir, heureux de présenter cette formation ''unique''.
L'équipe nationale profitera de son passage en sol saguenéen pour rencontrer les jeunes membres des clubs cyclistes locaux, qui seront excités de rencontrer entre autres l'Olympien Léandre Bouchard (JO de Rio 2016). Une rencontre avec le député fédéral de Roberval/Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, un féru de vélo, est également à l'agenda de l'équipe.
Simon Ouellet a le critérium dans sa mire
À sa troisième présence au Grand Prix cycliste de Saguenay, le Robervalois Simon Ouellet de Roberval aimerait être en mesure de vivre l'expérience jusqu'à la fin. L'an dernier, l'athlète de 21 ans avait fait partie des 27 participants qui avaient abandonné lors de la première étape en raison des conditions météo exécrables et très froides.
Cette année, la météo s'annonce beaucoup plus clémente, de sorte que le jeune coureur, qui s'aligne maintenant avec la formation Transport Lacombe/Devinci, espère avoir la chance de se mettre en valeur lors du critérium, qui est l'une de ses forces.
« Honnêtement (cette année), j'aimerais terminer le Grand Prix. Et comme je suis un coureur de critérium, j'aimerais bien faire lors de la 3e étape. Je vais essayer de canaliser toute l'énergie pour bien faire », a indiqué le Robervalois en marge de la présentation officielle des équipes mercredi.
Nouvelle équipe
Pour Ouellet, il s'agit d'une première saison sous les couleurs de Transport Lacombe/Devinci, mais les premières courses au calendrier augurent bien. « On travaille bien en équipe et on a quand même fait de bons résultats (jusqu'à maintenant). On a fait plusieurs top-5 sur les courses provinciales et nous avons aussi vraiment bien fait à la Killington Stage Race (Vermont) aux États-Unis », fait-il valoir.
Le Grand Prix cycliste en bref
• Les usagers de la route qui circuleront dans le secteur de La Baie jeudi et vendredi devront faire preuve de patience et de courtoisie puisque les coureurs du Grand Prix cycliste de Saguenay y disputeront les deux premières étapes...
• Jeudi, sur le coup de midi, le départ sera donné sur la 6e avenue, près du Théâtre du Palais municipal, pour ensuite se dérouler sur le chemin Saint-Jean, la rue MGR Dufour, Grande-Baie Sud, puis les 1re et 6e rues. Le scénario le plus lent prévoit la fin de la course vers 15 h 46. Vendredi, le départ sera donné à midi sur la rue Mars, puis le peloton s'engagera sur la rue Victoria vers le rang Saint-Joseph, puis il tournera sur le chemin de Grande-Anse, puis sur Grande-Baie Nord pour revenir sur la rue Bagot et repartir pour huit autres boucles. Le scénario le plus lent prévoit la fin de la course vers 16 h 15 environ...
• Après la Chine, ç'a été au tour de la formation de l'Équateur de se désister mercredi matin faute d'avoir pu obtenir les visas à temps...
• Parmi les équipes en lice, mentionnons la jeune formation américaine Aevolo Cyling, dont presque tous les coureurs ont 23 ans ou moins. Soulignons aussi la présence de l'équipe Novo Nordisk, dont tous les coureurs sans exception font la démonstration que le diabète n'est pas un frein à des performances sportives de haut niveau...
• Outre Léandre Bouchard d'Alma (dossard #61), Guillauem Boivin (#65) avec l'équipe canadienne et Simon Ouellet de Roberval (#111) avec Transport Lacombe/Devinci, l'Almatois Elliott Doyle (#16) sera aussi en action, mais sous les couleurs de l'équipe Garneau Québecor...