Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Martin Mondou
Martin Mondou

Une ligue, trois camps

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Dans une saison normale, les jeux seraient faits dans la LHJMQ.

La dernière période de transaction se ferme habituellement quelques heures après le Mondial junior. Mais en raison de la COVID-19, les directeurs généraux ont encore trois grosses semaines devant eux pour faire des emplettes ou pour préparer l’avenir.

Déjà, il y a eu des gros noms échangés. Le mouvement permet de classer la majorité des équipes en trois camps: les acheteurs, les vendeurs et les observateurs.

Regardons ça d’un peu plus près

Les acheteurs

Pas de surprise à Val-d’Or, les Foreurs s’arment lourdement pour la guerre. Tant pis si cette saison se joue à huis clos, le directeur-gérant Pascal D’Aoust est all in! Après Jakob Pelletier l’été dernier, Nathan Légaré et Jordan Spence sont arrivés en Abitibi au cours des derniers jours, ce qui offre un alignement de rêve au pilote Daniel Renaud. À lui de trouver les bonnes combinaisons. Avec toutes ces munitions dépensées, le but ne peut être que la coupe du Président.

Renaud retrouvera son ancien club sur son chemin. Même si leur noyau est encore jeune, les Cataractes foncent. Ils ont déjà bouclé deux transactions importantes. Et ils ont au moins une place encore pour greffer un autre vétéran de 20 ans à l’équipe. Gardez Martin Mondou à l’œil…

Pascal D’Aoust

Les Tigres de Victoriaville ont eux aussi de l’appétit pour le printemps. Avec une grosse brochette de joueurs de 18 et 19 ans à bord, Kevin Cloutier s’est payé Shawn Élément, meilleur marqueur de la ligue et probablement l’attaquant le plus redouté. Élément est natif des Bois-Francs: pariez qu’il est crinqué de joindre les rangs des Tigres. Comme Mondou, Cloutier n’a sûrement pas terminé son magasinage.

Surprise, les Olympiques s’infiltrent partie les acheteurs. Louis Robitaille a les mains pleines, alors il se sert de ses valeurs pour accélérer un peu le cycle. L’arrivée du défenseur offensif Isaac Belliveau est un beau luxe. Robitaille restera aux aguets jusqu’à la fin. Si les prix chutent, ne soyez pas surpris de le voir se gâter à nouveau!

Parmi les acheteurs, il y a aussi l’Armada et les Islanders, même s’ils sont discrets jusqu’à maintenant. Ces derniers ont ajouté Bailey Peach et Sean Stewart, certains croient que Ryan Francis des Screaming Eagles est la prochaine cible de Jim Hulton. Quant à l’Armada, les rumeurs expédient Alex Beaucage sous les ordres de Bruce Richardson…

Les vendeurs

Les Screaming Eagles, l’Océanic et les Wildcats sont clairement vendeurs cette année. Trois équipes qui, à pareille date l’an dernier, faisaient partie des acheteurs! La facture avait été lourde, ces équipes n’avaient pas trop le choix d’adopter la stratégie inverse.

Ils n’ont peut-être pas terminé de faire le plein de choix et de jeunes joueurs, d’ailleurs.

Le Drakkar a lui aussi lancé une opération jeunesse en sortant Nathan Légaré. Reste à voir le sort réservé à l’excellent Christopher Merisier-Ortiz, susceptible de revenir l’an prochain à 20 ans. Pierre Rioux est gourmand, très gourmand, dit-on. Et il y a moins d’acheteurs sur le marché en ce moment. Peut-être Merisier-Ortiz restera-t-il à Baie-Comeau.

À Sherbrooke, le nouveau directeur-gérant Stéphane Julien a peut-être été refroidi par le début de saison difficile de son équipe. Même si Samuel Hlavaj est de retour à Sherbrooke, le Phoenix s’est placé en mode vendeur. Quelques vétérans ont déjà écopé, et Julien n’a probablement pas terminé son ménage...

Finalement, il faut surveiller les Huskies. Mario Pouliot dispose de joueurs attrayants, notamment Beaucage. Il demande énormément pour son attaquant vedette. C’est de bonne guerre, il reste du temps pour négocier et se trouver un partenaire de danse. Plus la date limite va approcher, plus Pouliot devra mettre de l’eau dans son vin, toutefois.

Les observateurs

Deux équipes n’ayant pas encore bougé peuvent changer le marché d’ici la date limite fixée au 25 janvier à midi.

À Chicoutimi, Yanick Jean dispose d’une bonne équipe. Son noyau est aussi fort que n’importe lequel dans la ligue. Mais il manque de profondeur pour se lancer dans la course, et sa banque de choix pour les prochaines années est bien mince. Ajoutez que son défenseur vedette Artemi Kniaziev a préféré retourner en Russie plutôt que s’amener à Chicoutimi après le Mondial junior et vous avez une situation compliquée.

Jean peut se servir d’Hendrix Lapierre en compensation future pour se renflouer, ou encore courir les aubaines de dernière minute. Mais il peut tout aussi bien faire l’inverse et marchander Dawson Mercer pour préparer le futur. Sa décision va influencer le marché.

Et puis il y a les énigmatiques Sea Dogs, bourrés de talent. Le gâteau n’a pas encore levé. Trevor Georgie va-t-il s’impatienter? Il y a des rumeurs qui circulent sur sa volonté de changer la composition de son champ arrière. Les Sea Dogs sont encore jeunes, ils peuvent se permettre d’attendre. Mais ça fait quelques années qu’ils traînent de la patte, et la division des Maritimes n’est pas très puissante, alors Georgie pourrait essayer d’en profiter.

Voilà le topo.

Reste trois semaines de pourparlers, et un seul week-end de hockey pour tout boucler, en vue du dernier droit…