Samuel Girard

Une journée émotive pour la famille de Girard

La confirmation que Samuel Girard débutera la saison avec les Predators de Nashville a brassé bien des émotions dans une famille de Roberval, mardi. Les larmes et les manifestations de joie se sont succédé pendant une bonne partie de la journée chez les Girard.

« C’est Sam qui a annoncé la nouvelle en appelant à la maison, raconte le père du hockeyeur, Tony Girard. Ensuite, ma femme m’a appelé à l’usine. Personnellement, je m’y attendais un peu parce qu’ils ne l’avaient pas retranché encore. Guylaine (son épouse) a pleuré de joie. De mon côté, je ne le réalise pas encore. Ça va aller dans un mois. Je vais m’asseoir tout seul et je vais me mettre à brailler en repensant à tout ça. Ce seront de belles larmes. »

Pour la famille Girard, la réussite de Samuel est le résultat de plusieurs années de sacrifices. Oui, le principal intéressé a travaillé fort pour atteindre la plus importante ligue de hockey au monde, mais toute la famille a fait sa part. En partant par son frère Jérémy, qui a mis sa carrière en veilleuse à un certain moment.

« Son frère a comme laissé sa place à Samuel parce que nous n’avions pas les moyens de payer pour deux joueurs dans le midget AAA (avec les Élites de Jonquière), rappelle Tony Girard. Son autre frère et sa soeur ont aussi fait leur part. Samuel fait beaucoup parler de lui, mais la jalousie ne doit pas embarquer là-dedans. Nous avions aussi notre rôle à jouer. On pense à Sam, mais aussi aux autres. C’est bien important. »

La famille de Samuel Girard n’a pas fêté la bonne nouvelle d’une façon particulière, mardi. Le paternel prévoit organiser une petite réunion de famille prochainement pour le faire, mais le fêté manquera à l’appel. Le hockey le gardera dorénavant encore plus loin de Roberval.


Personnellement, je m’y attendais un peu parce qu’ils ne l’avaient pas retranché encore. Guylaine (la mère de Samuel) a pleuré de joie. De mon côté, je ne le réalise pas encore.
Tony Girard

Un maire fier

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il n’y a pas beaucoup de plus grands admirateurs de Samuel Girard que le maire de Roberval, Guy Larouche. Sans surprise, la nouvelle a égayé son 3 octobre.

« C’est un sentiment de fierté qui nous habite de voir qu’un jeune fait fi de bien des prédictions et atteint son objectif, a mentionné le premier citoyen de Roberval, qui est aussi l’oncle de Samuel Girard. On peut vraiment lui accoler la devise de Roberval qui est ‘‘À coeur vaillant, rien d’impossible’’. C’est extrêmement plaisant pour lui, pour sa famille et pour l’ensemble de la population.

« On connaît toutes les heures que ce jeune a consacrées au hockey. Il a une attitude extraordinaire. Oui, il a le talent, mais il a aussi une attitude pour aller extrêmement loin. Il a un sang-froid très particulier et une vision du jeu extraordinaire. Plus il y a de la pression et plus Samuel ressort. »

De mémoire d’homme, Samuel Girard est seulement le deuxième joueur natif de Roberval à atteindre la Ligue nationale de hockey. Le premier, Jean Ratelle, a connu une belle carrière avec les Rangers de New York et les Bruins de Boston.

Le maire de Roberval, Guy Larouche , est un grand admirateur de Samuel Girard.