La nouvelle saison en Coupe du monde qui s’amorce le 18 mai sera cruciale pour l’Olympien Léandre Bouchard (Cycles Pivot-OTE). Le vététiste almatois souhaite se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, mais la lutte s’annonce féroce!

Une guerre sans merci débute pour Bouchard

Pour Léandre Bouchard, la première étape de la Coupe du monde de vélo de montagne à Albstadt, en Allemagne, les 18 et 19 mai, donnera le coup d’envoi à la course à la place pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Car pour l’instant, le Canada n’a qu’une place disponible pour le volet masculin et avec le nombre de prétendants de qualité sur les rangs, la lutte s’annonce féroce jusqu’à la toute fin du processus de sélection !

« Pour Léandre, c’est le processus olympique qui s’enclenche avec la première étape de la Coupe du monde. Toutes les étapes de la Coupe du monde, en plus des Championnats du monde, et de la première étape de la Coupe du monde (2020), à Nové Mesto, comptent avant l’annonce (de la sélection) olympique pour Tokyo, explique son entraîneur, Jude Dufour. « C’est un long processus avec huit courses de calibre international, et ce sera probablement la moyenne des deux meilleurs résultats, ajoute-t-il. Présentement, l’équipe canadienne est 11e au classement mondial. Il faudrait qu’elle finisse parmi les sept premières pour espérer obtenir deux places. »

La lutte sera donc vive pour l’unique place disponible pour l’instant. Les athlètes canadiens ont déjà démontré qu’ils étaient en excellente forme par les résultats sur les US Cup. « (Le Québécois) Raphaël Gagné a remporté les panaméricains au Mexique le mois dernier. (L’Ontarien) Peter Disera est en excellente forme et connaît un début de saison exceptionnel. Léandre part aussi parmi les favoris, analyse Jude Dufour, en entrevue téléphonique.

« Ce sera une guerre à finir ! », résume l’entraîneur régional, qui mise sur « les petits détails » pour faire la différence au bout du compte.

« On va essayer de trouver les petits détails pour faire en sorte qu’il se hisse dans le top-15 mondial », explique celui qui estime qu’à ce niveau de compétition, l’aspect mental est très important.

« On pourrait voir Léandre émerger dans le top-15 mondial. On n’est jamais loin de cet objectif. On sait qu’il a le talent ; il faut juste amalgamer tout ça. Léandre se sent motivé . Sa préparation hivernale a super bien été. Il vient de finir son baccalauréat en enseignement à l’éducation et à la santé à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il a son diplôme en poche, et on est bien fiers de ça », poursuit l’enseignant du département d’éducation physique au Collège d’Alma.

Léandre met la dernière touche à sa préparation avant d’aller rejoindre son équipe, Pivot Cycles-OTE, qui s’envolera le 12 mai pour l’Europe. L’Almatois n’a pas eu la vie facile depuis son retour de la Californie, d’où il est revenu avec une infection causée par de l’herbe à puce. Il a aussi combattu un rhume et a eu un accrochage avec son véhicule il y a deux semaines. Il a fait l’impasse sur une compétition en Utah pour refaire le plein d’énergie. « Cette semaine, il a fait une belle semaine d’entraînement », assure Jude Dufour.

Les deux premiers rendez-vous de l’élite mondiale auront lieu à Albstadt, en Allemagne (18-19 mai), et à Nové Mesto, en République tchèque (25-26 mai). Pour le grand manitou du vélo de montagne, Nové Mesto est une destination chouchoute. « Là-bas, il y a environ 50 000 personnes le jour de la compétition, et c’est tout un buzz. [...] Les gens ne quittent pas les estrades. Ils vont applaudir le premier comme le dernier. C’est très agréable ! Je n’avais jamais vu ça. Ici, on regarde rentrer les dix premiers et on s’en va. »

+

TROIS JEANNOIS EN ACTION SUR LE CIRCUIT MONDIAL

Pas un, pas deux, mais bien trois athlètes du Lac-Saint-Jean prendront le départ des deux premières étapes du circuit de la Coupe du monde de vélo de montagne en Allemagne et en République tchèque, les fins de semaine du 18 et du 25 mai. Outre l’Almatois Léandre Bouchard, les Jeannois Victor Verreault (Saint-Félicien) et Rébecca Beaumont (Alma) tenteront eux aussi de tirer leur épingle du jeu aux rendez-vous de l’élite mondiale.

Entraîné par Alexandre Villeneuve-Gagné, Victor Verreault a effectué un retour en compétition en 2018, lui qui avait combattu un cancer l’année précédente. Aussi déterminé qu’inspirant, le fleuron du club Vélo2Max en sera à sa deuxième saison chez les U23. Et ça semble prometteur. «Victor est vraiment en bonne forme et en santé. Il n’a jamais été aussi en forme que ça», estime Jude Dufour, entraîneur du club Cyclone d’Alma et aussi du centre régional. Le Félicinois fera partie de l’équipe du Québec pour l’occasion. 

Quant à Rébecca Beaumont, Jude Dufour explique que la jeune femme aspire à obtenir son billet pour les Championnats du monde, qui seront présentés au Mont-Sainte-Anne à la fin août. 

«Rébecca aimerait vraiment pouvoir faire partie de l’équipe nationale pour les Championnats du monde au Mont-Sainte-Anne. C’est chez nous, et j’ai l’impression que c’est un cadeau qu’elle voudrait s’offrir. Je ne connais pas beaucoup d’athlètes aussi hargneux et engagés qu’elle», souligne Jude Dufour. L’Almatoise se trouve présentement en Utah pour une course où elle peut amasser de précieux points de l’Union cycliste internationale (UCI). 

Les autres fleurons régionaux du vélo de montagne se concentreront plus sur le circuit de la Coupe Canada. L’Almatoise Catherine Fleury, en raison de son externat en médecine, ne pouvait pas inscrire les deux étapes en Europe à son agenda. 

«On se concentre sur les trois étapes consécutives de Coupe Canada qui auront lieu au Mont Tremblant, à Baie-Saint-Paul et à Sherbrooke. Ce sera aussi le plan de match pour Anne-Julie Tremblay, qui évolue cette année en classe senior élite. On a revu les priorités pour le calendrier de course. Pour Catherine, Anne-Julie, William Maltais-Pilote, Noémie Tremblay et Laurence Lévesque, on vise à aller chercher le plus de points UCI possible et espérer se faufiler pour les Championnats du monde qui auront lieu au Mont-Sainte-Anne à la fin août», a-t-il conclu.