Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Phil Desgagné
Le Quotidien
Phil Desgagné
La conquête improbable de la coupe du Président par les Tigres de Victoriaville aux dépens des favoris, les Foreurs de Val-d’Or, suscite des questionnements. Comment Victoriaville a-t-il pu l’emporter en six matchs alors que les Saguenéens, qui possédaient une équipe aussi bonne sinon meilleure, ont été balayés en trois parties par les Foreurs en demi-finale.
La conquête improbable de la coupe du Président par les Tigres de Victoriaville aux dépens des favoris, les Foreurs de Val-d’Or, suscite des questionnements. Comment Victoriaville a-t-il pu l’emporter en six matchs alors que les Saguenéens, qui possédaient une équipe aussi bonne sinon meilleure, ont été balayés en trois parties par les Foreurs en demi-finale.

Une finale qui laisse perplexe et début de la valse des échanges

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Quand on parle des séries, on dit régulièrement que c’est une autre saison. Cette année, c’est encore vrai ! Les Jets de Winnipeg ont vaincu les Oilers d’Edmonton en quatre parties, alors que les favoris étaient les Oilers. Le Canadien de Montréal a vaincu les Maples Leafs de Toronto en six parties alors que là aussi, les favoris étaient les Maple Leafs de Toronto. Et plus près de nous, les Foreurs de Val-d’Or qui, comme on dit dans le langage sportif, s’étaient paquetés tout un club, ont été éliminés en six parties par les Tigres de Victoriaville. Qui étaient les favoris ? Encore une fois, c’était Val-d’Or...

Donc, comme on peut le constater, c’est vrai que les séries sont une nouvelle saison. Vous me direz : pourquoi ? Je ne connais pas nécessairement la vraie réponse, mais il faut dire qu’en séries éliminatoires, les clubs qui ont le plus de pression sont ceux qui sont les favoris. En plus, il n’y a aucune chance de se reprendre.

Je veux revenir sur la finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Je ne veux pas être rabat-joie, mais comment un club comme Victoriaville a pu réussir à vaincre Val-d’Or en six parties, alors que je considère que les Saguenéens avaient une aussi bonne équipe, sinon meilleure que celle de Victoriaville ? Pourtant, les Saguenéens n’ont même pas remporté une seule victoire contre Val-d’Or. Il y a certainement des questions à se poser !

Mais pour les analystes qui ont vu la série entre les deux, c’est très clair que les meilleurs des Saguenéens n’ont pas nécessairement offert leurs meilleures prestations durant cette série !

Lapierre à Bathurst ?

Parlant des Saguenéens, la semaine dernière, je vous avais avancé trois noms qui seraient impliqués dans des transactions dans le but tout simplement de refaire la banque de choix. Déjà, cette semaine, même si les transactions ne sont pas officielles, il est assuré que le défenseur Louis Crevier s’en va chez les Remparts de Québec pour des considérations futures tandis que Christophe Farmer complète la transaction avec Québec pour l’obtention de Pierrick Dubé.

Maintenant, je disais la semaine dernière que Hendrix Lapierre devrait en principe commencer la saison chez les Saguenéens pour augmenter sa valeur d’ici les Fêtes. Mais déjà, plusieurs équipes se positionnent de façon très solide pour la prochaine saison. Donc, la rumeur voulant que Lapierre passe à Bathurst m’a surpris un peu.

Mais quand on y pense bien, Yanick Jean et Sylvain Couturier du Titan d’Acadie-Bathurst sont deux DG qui transigent régulièrement entre eux depuis plusieurs saisons. Ce n’est donc pas nécessairement une surprise que Bathurst soit intéressé par Lapierre.

C’est un dossier à surveiller, car si Lapierre part immédiatement, c’est parce que Yanick Jean obtient une meilleure solution qu’il aurait pu s’attendre avant la période des Fêtes. Donc, on peut comprendre la décision de Yanick Jean s’il échange son joueur.

Parlant des équipes qui se préparent pour la prochaine saison, les Remparts de Québec ont donné un grand coup avec des transactions majeures. Les Sea Dogs de Saint-Jean ont fait de même également. Ils y vont pour la coupe Memorial. Donc, les assises du mois de juin seront sûrement intéressantes dans la LHJMQ !

Largement favoris, les Foreurs ont déçu en finale de la LHJMQ.

Jake Evans

Je veux revenir sur l'événement de Jake Evans impliquant Mark Scheifele des Jets de Winnipeg. C’est un geste gratuit et extrêmement violent. Il en arrive régulièrement de ces gestes en séries, car l’intensité dans les matchs de la Ligue nationale est à son maximum.

J’avais prédit une suspension de cinq parties. Le préfet de discipline, George Parros, en a décidé autrement, avec quatre rencontres. Je suis convaincu qu’il n’a pas pris seul cette décision. Quand il a décidé d’une suspension de quatre matchs, le commissaire de la LNH, et peut-être même certaines autres personnes, étaient sûrement impliquées dans cette décision.

Gary Bettman et ses acolytes ont peut-être même parlé aux deux propriétaires d’équipe. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas remarqué, à part Scheifele qui estime sa suspension trop sévère, personne d’autre n’a dit que c’était trop sévère. Le seul qui a voulu en parler, c’est Scheifele. Son club ne va pas en appel et le Canadien n’a émis aucun commentaire.

D’ailleurs, quand on parle de cette suspension, il ne faut pas oublier que Scheifele est le joueur #1 en attaque des Jets de Winnipeg. De plus, il n’est pas un récidiviste. Son dossier est complètement vierge. Ce sont certainement des éléments dont les dirigeants ont tenu compte avant de rendre leur décision.

Gène sportif

La semaine dernière, dans Le Quotidien, on parlait de Léa Morasse qui a réussi un premier marathon à la mémoire de sa grand-mère, Denise Leroux. Léa a amassé 12 000 $ au profit de la Société Alzheimer du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Moi, ça m’a rappelé d’excellents souvenirs, car j’ai bien connu Denise Leroux et Gilles Morasse, le grand-père de Léa. Gilles était un gardien de but tout à fait exceptionnel au hockey junior et senior. Et quand on parle de balle, Gilles était un maître également !

Souvent, on dit que la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Alors bravo Léa Morasse !