Une expérience en or pour les Desjardins

Même si le parcours du duo père-fille a pris fin en ronde préliminaire, avec un dossier de quatre victoires et autant revers, Robert Desjardins a vécu une expérience en or, cette semaine, aux essais olympiques de curling double mixte, au Manitoba.

L’aventure a pris fin jeudi, en fin de soirée. Après avoir perdu leurs deux derniers matchs du tournoi à la ronde, Robert Desjardins et sa fille Émilie n’avaient plus leur sort entre les mains. Ils auraient eu besoin d’une cinquième victoire pour au moins s’assurer de disputer un match de bris d’égalité. « Ça aurait été surprenant qu’on passe étant donné que deux des trois favoris devaient s’incliner en fin de soirée. Ça m’aurait étonné. D’ailleurs, les trois ont gagné leur match », fait remarquer Robert Desjardins.

« Le match qui a fait mal, on menait par deux points avec le marteau au dernier bout face à Nancy Martin et Catlin Schneider, mercredi. On en a donné trois. J’avais un beau lancer sur ma dernière pierre, mais la pierre a freiné brusquement. Elle a probablement frappé quelque chose. En la réussissant, on se retrouvait en prolongation avec le marteau. C’est vraiment ce qui a fait la différence au classement », estime le paternel de l’équipe Hôtel Le Montagnais. 

Pour cette première expérience en qualifications olympiques, le duo avait des attentes relativement basses, sans pression de résultats. À 18 ans, Émilie était la plus jeune participante. Exception de deux parties, qui ont été à sens unique, « Les six autres auraient pu toutes tourner de notre côté », fait-il remarquer. 

« On était très proches de 5-3 ou même 6-2, ce qui aurait été exceptionnel, fait valoir Robert Desjardins. Déjà, 4-4, c’est exceptionnel compte tenu de la qualité des équipes sur place. »

En marge d’une entrevue au réseau national anglophone de Radio-Canada, Robert Desjardins a pris pleinement conscience de cette qualité quand on lui a fait remarquer que sur les 36 participants, pas moins de sept avaient remporté l’or olympique au curling conventionnel à quatre. Le curling mixte diffère quelque peu avec des matchs de huit bouts au lieu de dix. Au cours de chaque bout, cinq pierres sont tirées de part et d’autre. 

Pour le moment, Robert et Émilie Desjardins continueront de partager leur temps entre les deux disciplines. La semaine prochaine, Émilie participera notamment au Championnat provincial féminin à Lévis, dans le quatuor dirigé par Isabelle Néron. Robert Desjardins a également quelques tournois à l’affiche avec ses coéquipiers Jean-Sébastien Roy, Pierre-Luc Morissette et René Dubois, dont le Championnat provincial à la mi-février au Club Glenmore. Le duo prendra également part au Championnat provincial de curling mixte qui se déroulera à Chicoutimi du 23 au 25 février.

« Il n’y a rien qui nous incite à nous concentrer exclusivement sur le curling mixte pour le moment. On n’aurait pas les fonds nécessaires de toute façon », rappelle Robert Desjardins, rappelant que la plupart des tournois intéressants se déroulent en Europe, ce qui occasionnerait des coûts importants de transport.

« Ce serait un choix bizarre de ne faire que ça. On n’est pas rendus là au Canada et on ne deviendrait pas meilleurs, on régresserait », estime-t-il.

« Déjà, après les essais olympiques, on voit qu’on a une meilleure équipe qu’il y a à peine six mois ou un an. On est nettement supérieurs », affirme Robert Desjardins.