Le Dr Stanley Vollant cherche un jeune âgé entre 18 et 25 ans pour faire partie de l’équipe autochtone qui prendra part au 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie en 2018.

Une équipe autochtone au GDPL

Toujours dans l’idée de promouvoir la persévérance et les saines habitudes de vie et de développer des modèles inspirants, le Dr Stanley Vollant souhaite mettre sur pied une équipe composée de jeunes autochtones qui prendraient part chaque année au 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL). Un premier pas en ce sens a été fait, alors que l’instigateur de l’organisme « Le Chemin des mille rêves » s’est associé avec Roger Vachon du Marathon Mamu de Sept-Îles pour former une première équipe en vue de la 10e édition du 1000 km du GDPL.

« J’ai rencontré Pierre Lavoie l’été dernier pour lui proposer de former une équipe pour le 1000 km du Grand défi avec ma nouvelle organisation ‘‘Le Chemin des mille rêves’’, mais comme Roger Vachon, du Marathon Mamu de Sept-Îles avait déjà fait une demande d’équipe, Pierre nous a suggéré de créer une équipe à deux. Ce n’est pas ce que je voulais, mais c’est un début », a indiqué le Dr Vollant en entrevue téléphonique.

« J’espère être en mesure de convaincre Pierre Lavoie de pouvoir inscrire chaque année une équipe autochtone comprenant quatre jeunes à vélo. Chaque année, ce serait quatre nouveaux jeunes méritants, choisis sur la base de la persévérance scolaire pour justement leur donner la confiance de persévérer et de réussir, explique le Dr Vollant. Ce pourrait être des jeunes de Mashteuiatsh, d’Obedjiwan, de La Romaine, de Chisasibi ou autre. »

Ces jeunes deviendraient des nouveaux ambassadeurs, des modèles à suivre inspirant dans leur communauté. « Et Dieu sait qu’on a besoin d’exemples, ajoute-t-il. Mon organisation est vraiment vouée à créer de nouveaux ambassadeurs, jeunes filles et garçons, pour devenir des porteurs de mon message qui est de persévérer et de croire en ses rêves. »

Un jeune à dénicher

Pour l’édition 2018 du 1000 km, l’équipe sera composée du Dr Vollant, de Roger Vachon, Gilbert Dominique, l’ancien chef de Mashteuiatsh et une représentante de la communauté Wendake, France Gros-Louis. Un jeune âgé entre 18 et 25 ans complétera l’équipe. Le Dr Vollant aimerait tenir un concours sur son site et à travers les écoles pour que ces dernières lui soumettent des noms de candidats. 

Le Dr Vollant se donne jusqu’au 1er janvier pour dénicher le jeune qui complétera l’équipe, afin que ce dernier puisse s’entraîner. « Un jeune, ça ne prend pas de temps à s’entraîner parce que c’est déjà en forme. Il a juste besoin de pédaler et avec trois à quatre mois d’entraînement, il devrait être préparé. (...) Je vais essayer de trouver un entraîneur. Le jeune va pouvoir s’entraîner et peut-être en entraîner d’autres », souhaite Stanley Vollant qui agira aussi comme accompagnateur à la course du GDPL à la mi-mai l’an prochain.

« Je commence à être vieux et je veux que mon bâton (du pèlerin) soit porté par d’autres jeunes. Je trouve que c’est un bel instrument, une belle façon de créer de nouveaux modèles, qu’ils deviennent des émules du message de persévérance et de croire en ses rêves », ajoute celui qui a aussi logé une demande de financement auprès de Rio Tinto pour l’achat d’un vélo. Il aimerait aussi trouver un commanditaire pour assurer les vélos de l’équipe de jeunes autochtones si elle se concrétise. 

D’ici là, l’équipe devra aussi s’entendre sur le nom de leur formation. Pour l’instant, Mamu Puamun qui serait l’équivalent de « Rêvons ensemble » semble préconisée, puisqu’il combine le nom du marathon, « Mamu » (ensemble) et une partie du nom innu du « Chemin des mille rêves », Puamun Meshkenu (rêve et chemin).

Le Dr Vollant sera l’invité du Cercle de presse ce matin à compter de 9 h 30, à l’Hôtel Chicoutimi.