Le gardien almatois Samuel Harvey, des Huskies de Rouyn-Noranda.

Une deuxième présence pour Samuel Harvey

Pour la deuxième fois de sa carrière de cinq ans dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, l’Almatois Samuel Harvey s’apprête à participer à la grande finale de la coupe du Président avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Cette fois, ce sera comme gardien numéro un.

« J’en profite pas mal », avance le vétéran de 20 ans qui a remporté ses 10 derniers départs éliminatoires, dont les quatre derniers lors d’un balayage en demi-finale de l’Océanic de Rimouski réalisé sans le meilleur marqueur en saison et en séries, Peter Abandonato, qui souffre d’une mononucléose. « On n’a jamais douté de notre équipe quand même. On savait qu’on avait les effectifs », de noter Samuel Harvey, avouant que la nouvelle a été un coup dur au départ, mais que d’autres joueurs ont pris les bouchées doubles. Son compatriote régional, le Jonquiérois Rafaël Harvey-Pinard, fait partie du groupe, lui qui a obtenu six points face à la formation du Bas-Saint-Laurent, ce qui lui donne 13 points en 14 matchs éliminatoires.

Les Huskies se retrouvent en finale pour une deuxième fois en quatre ans. En 2016, un autre gardien de but de 20 ans, Chase Marchand, occupait la pôle devant le filet de la formation abitibienne qui avait battu en finale les Cataractes de Shawinigan avant de s’incliner en prolongation de la finale du tournoi de la coupe Memorial. « En 2016, j’ai vécu l’expérience et j’ai vu ce qui se passait, avec les émotions, les changements de momentum et l’atmosphère. Ça m’a quand même préparé pour ce qu’on va vivre en finale. Je suis vraiment content en ce moment de pouvoir encore jouer. C’est vraiment quelque chose d’extraordinaire. Ce sont mes derniers moments dans la ligue. On joue du bon hockey et les arénas sont pleins. Ce sont les meilleurs moments de l’année et j’en profite totalement », exprime Samuel Harvey qui, à l’époque, avait vu de l’action dans quatre rencontres.

Après leur victoire face à l’Océanic, les Huskies attendent maintenant leur adversaire lors de la série ultime. Avant le match de vendredi soir, les Mooseheads d’Halifax, hôtes de la prochaine coupe Memorial, menaient 3-1 face aux Voltigeurs de Drummondville. Si les Mooseheads l’emportent, les Huskies seraient donc automatiquement qualifiés pour le tournoi national. « Il n’y a pas un gars dans chambre qui veut aller à la coupe Memorial sans gagner la coupe du Président », assure Samuel Harvey, très heureux de cette petite pause qui sera salutaire pour certains joueurs.

Champions du trophée Jean-Rougeau, les Huskies ont démarré leur parcours éliminatoire lentement, se retrouvant à égalité 2-2 dans leur série initiale face aux Cataractes qu’ils avaient pourtant devancés par 86 points au classement. Depuis, ils sont parfaits. « Après le quatrième match, on a tenu une bonne rencontre d’équipe. On a ensuite fait une coupure avec ce qui s’était passé avant. On n’était vraiment pas satisfaits de la manière dont on jouait. L’effort et l’intensité étaient là, mais ce sont vraiment les émotions qui débordaient. Il faut donner crédit aux Cataractes qui ont vraiment bien joué et qui nous ont forcé à mieux faire », de souligner Samuel Harvey.

« Veut veut pas, les séries, c’est différent de la saison. Ça faisait un petit bout qu’on savait qu’on allait finir premiers. Ç’a tellement bien été qu’on n’avait peut-être pas vécu cette adversité. Que ça se soit produit en première ronde, ça nous a permis de comprendre des choses. Ça va super bien depuis et maintenant, on est en finale. Ça faisait partie de notre objectif. On regarde devant et on veut gagner la coupe du Président », d’annoncer le gardien almatois qui affiche une moyenne de 1,67 et un pourcentage d’arrêt de .928 depuis le début des séries.