Jean-François Furlotte organise de nouveau L’Étape pour les plaques, au profit de la section Saguenay de la Société canadienne de la sclérose en plaques. L’événement cycliste se déroulera le 1er septembre.

Une deuxième édition en septembre

Après avoir amassé 3000$ lors de la première édition de L’Étape pour les plaques, Jean-François Furlotte reviendra à la charge le 1er septembre. En plus de récolter de l’argent pour la section Saguenay de la Société canadienne de la sclérose en plaques, celui qui est lui-même atteint de la maladie veut poursuivre la sensibilisation sur l’importance de l’activité physique.

Le départ de l’événement caritatif sera donné à Chicoutimi à 9h le matin et les participants rouleront 105 kilomètres en direction de Québec jusqu’à l’Étape. En route, deux ravitaillements sont prévus ainsi qu’un lunch pour le retour qui se fera en autobus, en plus de plusieurs prix de présence. Le prix d’inscription est de 100$ par personne et toutes les sommes iront directement à la cause. Jean-François Furlotte espère cette fois dépasser le cap des 5000$. Il est d’ailleurs activement à la recherche de commanditaires présentement. Il accepte également les dons et il sera possible d’acheter des maillots de vélo. Un groupe Facebook (L’étape pour les plaques) permet de donner toute l’information pertinente et il est possible de joindre l’organisateur par courriel au furj651@gmail.com

Nouveauté de cette deuxième édition, il sera possible d’effectuer le trajet en duo. «Ça rend la chose accessible à tout le monde. Le trajet n’est pas facile», convient Jean-François Furlotte, soulignant le travail des encadreurs.

«C’est moins long que faire le tour du lac Saint-Jean, mais d’une traite, c’est quelque chose. On y va en auto et on fatigue», poursuit-il en riant, mentionnant que des gens du Lac-Saint-Jean et même de l’extérieur de la région ont manifesté leur intérêt pour participer à la randonnée. Il invite également tous les participants à recruter une autre personne.

Une pierre deux coups 

Après avoir passé pratiquement 25 ans sans toucher à un vélo, Jean-François Furlotte a recommencé à rouler l’an dernier. Cet été, il prévoit parcourir plus de 2000 kilomètres sur deux roues. «Je veux redonner ce que j’ai reçu. Je suis capable de le faire et ça me donne une motivation de m’entraîner. Le vélo, c’est un sport qui est adapté à ma condition. C’est recommandé aussi par les médecins. C’est une prescription l’activité physique», exprime l’organisateur.

«On ne le dira jamais assez. Que ce soit une marche ou un petit tour de vélo, tu n’es pas obligé de faire 200 kilomètres, en autant que tu bouges, peu importe la maladie, poursuit Jean-François Furlotte. L’activité physique, c’est le meilleur remède pour bien des bobos. Oui, les médicaments font le travail, mais l’activité aussi. Pas d’effort, pas de confort, mais tout en gardant un équilibre à travers la maladie.»