Anne-Julie Tremblay vient de mettre fin à sa participation aux Jeux du Canada à Winnipeg avec une troisième médaille d'or consécutive.

Une belle expérience pour Anne-Julie

À sa toute première participation aux Championnats du monde de vélo de montagne, la Chicoutimienne Anne-Julie Tremblay a pu vivre une expérience des plus enrichissantes, en plus de recevoir une belle marque de confiance des dirigeants de l'équipe canadienne déléguée à Cairns, en Australie. La porte-couleurs du club Cyclone d'Alma a en effet été choisie pour prendre part à l'épreuve du relais mixte.
Cette année, une nouvelle formule a été mise de l'avant pour le relais par équipes, soit l'ajout d'une cinquième coureuse à chaque équipe. Chaque formation doit inclure une femme junior ou de moins de 23 ans, en plus d'un homme et une femme élite, un homme junior et un homme de moins de 23 ans. Le Canada a misé sur les olympiens Raphaël Gagné et Catharine Pendrel, le champion canadien Peter Disera, Holden Jones et Anne-Julie. Cette dernière a même eu la mission d'effectuer la dernière portion de la course.
Recevant le dernier relais de Pendrel, Anne-Julie s'est élancée en première place avec une minute d'avance sur toutes les autres nations. Cependant, la mission de Tremblay s'est avérée impossible à réussir, car elle était pourchassée par les « top guns » des autres nations, dont le champion olympique et du monde en titre, le Suisse Nino Schurter. La Saguenéenne a eu à batailler contre 8 à 10 des meilleurs coureurs élite et U23. C'est finalement la Suisse qui a enlevé les grands honneurs devant le Danemark et la France, tandis que le Canada a conclu au 10e rang. 
Entraîneur-chef du club Cyclone, Jude Dufour était très heureux de la sélection de sa protégée pour ce challenge. « Ce qui est particulier, c'est que le Canada a été pratiquement la seule équipe à envoyer leurs filles à la fin. C'était particulier parce qu' (Anne-Julie) avait tous les meilleurs ''top guns'' à ses trousses. Elle avait une minute d'avance et je pensais qu'il ne restait que des filles pour le dernier relais, mais ce n'était pas le cas ! », raconte en riant Jude Dufour en entrevue téléphonique. « Elle m'a dit qu'elle avait vécu toute qu'une expérience (en se mesurant) avec cinq coureurs top niveau. Elle a même eu un petit accrochage avec l'Allemand Manuel Fumic, le meilleur élite de l'équipe nationale d'Allemagne. Elle n'a rien eu, mais lui est tombé », mentionne-t-il comme anecdote.
Cela dit, sa protégée est fort satisfaite de sa prestation. « Elle est contente de son temps. C'est un résultat intéressant qui augure bien pour la course de samedi (vendredi soir pour le Québec). C'est sûr que pour elle, c'est une expérience qui lui servira l'an prochain. »
Une grande soirée
Quatre athlètes de la région prendront part à l'épreuve cross-country aux Championnats du monde de vélo de montagne samedi en Australie. Mais pour les Québécois qui souhaiteront les suivre en direct, le rendez-vous est vendredi soir, en raison des 14 heures de décalage. Ainsi, le départ d'Anne-Julie Tremblay chez les U23 est programmé pour 20h, heure du Québec; celui des Almatoises Catherine Fleury et Rébecca Beaumont en senior Élite féminin est à 22h, et celui de Léandre Bouchard, à minuit 30, en senior Élite masculin. 
Les attentes sont élevées, d'autant plus que les résultats des Mondiaux ont un impact sur l'attribution des bourses aux athlètes. «C'est une grosse compétition et il y a beaucoup de pression. Ça va décider des brevets. Si un athlète sort une grosse prestation aux Championnats du monde, c'est intéressant pour la suite», souligne Jude Dufour, grand manitou du vélo de montagne dans la région. 
Concernant les objectifs des régionaux, Jude Dufour avoue que Léandre visera un top-15, un objectif qu'il espère toujours concrétiser pour la présente saison. «L'an passé, en Coupe du monde au même endroit, il avait fini 19e et c'était sa course avec le plus petit écart sur le premier», rappelle l'entraîneur-chef.
Un top-15 pour Anne-Julie Tremblay lui paraît aussi possible. «Si elle va chercher une place entre le 10e et 15e rang, ce serait vraiment exceptionnel.»
Quant à Catherine Fleury, qui en est à sa première année en catégorie Élite, un top-25 ou 30 serait bien. «L'an dernier, en U23, elle avait connu sa meilleure performance à Cairns en Coupe du monde où elle avait fini deuxième. Elle adore le parcours.» Rébecca Beaumont a pour sa part conclu en 40e position l'an dernier aux Mondiaux et elle pourrait améliorer sa prestation, même si elle a été mise hors de combat pendant deux semaines par une commotion juste avant la Coupe du monde tenue au Mont-Sainte-Anne. C'est maintenant chose du passé pour l'Almatoise qui est de retour en forme.