L'Américain Justin Thomas (photo) est l'un des trois meneurs de l'Invitation Bridgestone. Tiger Woods, octuple vainqueur de ce tournoi, est à cinq coups de la tête.

Un trio de meneurs à l'Invitation Bridgestone

AKRON, Ohio — L’Anglais Tommy Fleetwood a brillé avec un 63 à l’Invitation Bridgestone, vendredi, rejoignant au sommet du tableau un compatriote, Ian Poulter, ainsi que l’Américain Justin Thomas.

Fleetwood a récolté sept oiselets et n’a pas commis de boguey.

«J’ai été très précis avec mes fers, a dit Fleetwood, qui a fini deuxième à l’Omnium des États-Unis, en juin. Il faut savoir profiter de ces journées où ça roule.»

Thomas a joué 64. Il a inscrit cinq oiselets en première moitié de parcours, puis deux autres sur le deuxième neuf.

Le natif de Louisville, au Kentucky, a surtout brillé avec son fer droit.

«Ce fut définitivement une de mes meilleures journées avec mon putter depuis bien longtemps», a admis le vainqueur du Championnat de la PGA l’an dernier. «Hier [jeudi], c’était l’inverse. J’ai très mal joué sur les verts, ce qui était frustrant, car c’est souvent ce qui fait la différence. 

Poulter, lui, a ramené une carte de 67. Le vétéran de 42 ans a réussi trois oiselets en six trous, à compter du 11e trou.

Le trio de tête affiche un cumulatif de 129, soit 11 coups sous la normale.

Kyle Stanley et Jason Day sont les plus proches poursuivants, à deux coups des meneurs.

Rory McIlroy a également connu une ronde de 67. Il est à trois coups de la tête, tout comme le Sud-Coréen Si Woo Kim (68).

McIlroy a réussi cinq oiselets, incluant à ses deux derniers trous.

Sa bonne fin de parcours ne s’annonçait pourtant pas comme tel. Son coup de départ au 17e s’est en effet retrouvé près de l’allée du 16e. Puis le Nord-Irlandais a envoyé son approche dans une fosse de sable, avant d’envoyer sa sortie de fosse... dans le trou! Un coup spectaculaire qui lui a donné l’allant nécessaire pour terminer la ronde avec un autre oiselet. 

«Ç’a été une aventure», a expliqué McIlroy en parlant du 17e trou. «Je me disais que je devais réussir un oiselet, et j’ai frappé mon pire coup de la journée. De m’en être remis pour réussir deux oiselets est évidemment la manière idéale de terminer la journée.»

Woods à cinq coups

Après un 66 en lever de rideau, Tiger Woods a signé un 68, faisant partie du groupe à 134 (- 6). Woods a triomphé huit fois au club Firestone.

Auteur de trois oiselets en quatre trous sur le premier neuf (après un boguey), Woods est venu bien prêt de réussi un trou d’un coup au 12e trou, logeant son coup de départ à seulement deux pieds du fanion sur cette normale 3. Il a toutefois joué + 1 lors des six derniers trous.

Celui qui n’a pas gagné de tournoi depuis maintenant cinq ans est conscient que la tâche sera ardue cette fin semaine.

«Je devrai travailler fort si je veux gagner», a avoué Woods. Le parcours est facile pour tout le monde. Il y a plus de 40 gars qui sont sous la normale, ce qui n’arrive pratiquement jamais ici [sur le parcours de Firestone]. Alors, demain [samedi], je dois seulement jouer un bas pointage, et on verra bien ce qui arrivera.»

Phil Mickelson (69) a obtenu trois oiselets et deux bogueys, se plaçant dans le groupe suivant, à 135.

Brooks Koepka, le gagnant des deux dernières éditions de l’Omnium des États-Unis, affiche un score de 136 après un 70.

Dustin Johnson, victorieux à l’Omnium du Canada, la semaine dernière, a perdu du terrain en jouant 71. Le numéro 1 mondial est à 11 coups de la tête. Johnson a régné sur ce terrain en 2016, après une victoire à l’Omnium des États-Unis.

Le club Firestone ne sourit pas à Jordan Spieth non plus. Victime de cinq bogueys la veille, il en a commis trois de plus. Un total de 143 le situe à quelques rangs de la dernière place.