Grâce à leurs performances passées, le duo père-fille de Robert et Émilie Desjardins a obtenu un brevet de développement en curling double mixte. Combinés au soutien financier de leurs commanditaires, Maçonnex, Hôtel Le Montagnais et Groupe Investor, ils pourront prendre part à au moins un tournoi en Europe en plus de plusieurs tournois d’envergure au Canada.

Un top-10 dans la mire de Robert et Émilie Desjardins

À l’aube de leur quatrième saison en curling double mixte, Robert Desjardins et sa fille Émilie auront un programme fort bien rempli au national et même à l’international. Grâce à leur prestation passée, le duo chicoutimien a mérité un brevet d’athlètes (carding) qui lui permettra d’aller disputer un ou deux tournois à l’international.

Classé au 13e rang canadien, le tandem souhaite progresser suffisamment pour se hisser au 10e rang à la fin de la saison. Grâce à leur brevet de développement combiné au soutien financier de leurs commanditaires, Maçonnnex, Hôtel Le Montagnais et Groupe Investor, les Desjardins auront l’occasion d’aller se mesurer aux équipes qui évoluent en Europe dans le cadre du tournoi international qui se tiendra à Kitzbuehel, en Autriche, du 18 au 21 octobre. « Avec cette aide (brevet) et la nouvelle commandite (Maçonnex), ça nous permet d’avoir un horaire qu’on n’aurait pu s’offrir autrement, car ça nous permet de couvrir nos déplacements. Nous n’irions pas à des compétitions internationales comme ce sera le cas », souligne Émilie, 19 ans.

Par la suite, ils pourront à nouveau croiser le fer avec des équipes d’un peu partout dans le monde du 16 au 18 novembre, à Portage la Prairie au Manitoba, soit le même endroit où ils avaient pris part à la sélection olympique en janvier dernier. « C’est très fort comme calibre et ce sera un autre bon test », souligne Robert Desjardins. Au début novembre, Robert Desjardins se rendra à un tournoi de Fredericton, mais comme Émilie n’était pas disponible, ce sera Véronique Bouchard qui prendra la relève. Pour éviter de pénaliser trop fortement les équipes, lorsque l’un des joueurs réguliers est absent, l’équipe amasse la moitié des points récoltés. Desjardins et Bouchard feront à nouveau équipe du 28 au 30 décembre pour un autre tournoi de haut niveau présenté à Charlotte, aux États-Unis.

Robert Desjardins et sa fille Emilie

Le tandem père-fille sera réuni à nouveau du 3 au 6 janvier, pour un important tournoi à Banff, en Alberta. « Ce tournoi et celui de Portage, au Manitoba, donnent beaucoup de points lorsqu’on se qualifie », souligne Robert Desjardins.

Après avoir peaufiné leur préparation à la 6e édition du Challenger double mixte de Chicoutimi (25 au 27 janvier), le duo tentera ensuite d’obtenir son billet pour les Championnats canadiens à l’occasion du Championnat provincial de double mixte qui aura lieu du 15 au 17 février au Club TMR de Montréal. S’ils se qualifient, ils prendront la direction de Fredericton (Nouveau-Brunswick), du 19 au 24 mars.

« L’objectif est d’arriver (à la fin de la saison) avec un classement suffisamment haut pour que notre brevet soit renouvelé », explique Robert Desjardins, dont le brevet de développement est alloué pour une période de six mois. Pour obtenir une prolongation du brevet, l’équipe doit démontrer une progression continue et répondre à des critères prédéterminés. « Un top 10 au Canada à la fin de l’année serait super », ajoute Robert Desjardins.

Selon les résultats obtenus durant la saison, le duo père-fille pourrait ajouter un autre tournoi en Europe en avril. Leur classement et les bourses amassées au fil des tournois seront déterminants.

Classement mondial

Actuellement, l’équipe Desjardins pointe au 13e rang canadien, mais à l’instar de toutes les équipes canadiennes de double mixte, elle ne possède pas de classement international. Le Canada faisait bande à part sur la scène internationale en double mixte. Cette année, tous les tournois devront être inscrits sur le circuit mondial, ce qui leur permettra d’amasser des points pour le classement international. Ainsi, le tournoi de Chicoutimi fait maintenant partie des tournois du circuit mondial, même si le nombre de points à l’enjeu est moindre que les gros tournois internationaux comme ceux du Manitoba et de l’Alberta.

À Toronto

Le quatuor masculin de Robert Desjardins est revenu du tournoi du World Curling Tour, le Stu Sells Toronto Tankard, avec une fiche de deux victoires, trois défaites. «Ça s’est relativement bien passé, à l’exception d’un mauvais match contre Mike Fournier, le champion québécois en titre, contre qui nous avons très mal performé. Nous nous sommes retrouvés dans le C, et acculés au pied du mur, nous avons rebondi en vainquant le champion olympique, John Shuster. Malheureusement, nous avons ensuite perdu un match très serré contre une formation chinoise en supplémentaire», a relaté Robert Desjardins concernant le tournoi tenu le week-end dernier. Ce dernier sera absent lors du prochain tournoi qui aura lieu à Gatineau puisqu’il sera en Autriche avec sa fille Emilie en double mixte.