Pierre Lavoie et les cyclistes du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie vont emprunter la route 175.

Un retour sur la route 175 pour le Grand défi Pierre Lavoie

Après deux ans à découvrir les beautés de L’Anse-Saint-Jean et du Bas-Saguenay, les cyclistes du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) retrouveront un début de parcours un peu plus classique, le jeudi 18 juin, lorsque la 12e édition de l’événement sera lancée à partir du quai d’escale de La Baie, pour se terminer à Montréal, le 21 juin. Le peloton renouera avec les côtes de la Réserve faunique des Laurentides, après une courte pause de deux ans.

Bien que le parcours officiel de l’édition 2020 du 1000 km ne sera présenté qu’en mars, la directrice des communications du GDPL, Stéphanie Charette, a dévoilé quelques détails entourant l’événement phare de l’organisme. Le passage sur la route 175 est devenu, au fil des ans, un moment fort pour tous les cyclistes.

Contrairement aux dernières fois où le peloton a emprunté le « Parc », l’étape se déroulera à la clarté, car elle devrait être lancée au plus tard à 15 h, à partir de Laterrière.

« Les gens recherchent toujours le défi de revenir dans la Réserve faunique des Laurentides et de refaire cette étape mythique, a mentionné Stéphanie Charette, au cours d’un entretien téléphonique. On le fait cette année, mais cette fois plus tôt dans la journée, ce qui va être super intéressant. »

Pour une quatrième année consécutive, le grand départ aura lieu à 13 h, de La Baie. Les quelque 1000 cyclistes rouleront jusqu’à Laterrière, sur une distance de plus ou moins 30 kilomètres. Deux cyclistes par équipe seront ensuite appelés à se rendre jusqu’à L’Étape, sur une distance d’environ 95 kilomètres, en plus d’un dénivelé positif de près de 1400 mètres. Le souper sera ensuite servi à L’Étape pour une première fois dans l’histoire du GDPL, avant qu’un autre groupe quitte vers Québec.

« Je pense que la formule de partir à 13 h le jeudi a été éprouvée, a noté Mme Charette. Ça nous permet de faire plus de kilomètres afin de visiter un plus grand nombre d’écoles le jeudi après-midi et le vendredi. »

En Mauricie

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, la Mauricie aura droit à son moment de gloire au cours de cette 12e édition du 1000 km. En plus d’un arrêt à Shawinigan, ce qui ne s’est pas vu depuis 2014, quand le convoi avait effectué un arrêt dans la soirée du 14 juin au Centre Gervais Auto, le parc national de la Mauricie sera emprunté. L’endroit est reconnu pour son pavé en excellent état, son panorama et ses nombreuses côtes.

« La journée de vendredi va être très spéciale », a partagé Stéphanie Charette, sans en dévoiler davantage sur le reste de l’itinéraire. La totalité des 13 municipalités visitées pour l’édition 2020 sera annoncée d’ici quelques semaines, mais le parcours a été étudié dès l’automne.

« Après Noël, on a quelque chose de solide, a-t-elle expliqué. Il faut que tout fonctionne, parce que si on doit changer de trajet, il faut quand même que ça se fasse à l’intérieur d’un kilométrage respectable. »

Les habitués auront sans doute remarqué que le 1000 km aura lieu une semaine plus tard que d’habitude. La tenue du Grand de prix de Formule 1 à Montréal, du 12 au 14 juin, explique cette décision.

« En même temps, on pense que ça peut être très positif parce que ça va donner une semaine de plus à nos cyclistes pour s’entraîner, se préparer, aller dans les écoles parrainées, etc. Dans les dernières années, les sorties extérieures se faisaient plus rares au printemps, donc ce n’est pas une mauvaise chose », a soulevé la directrice des communications du Grand défi.

La Boucle

Les cyclistes qui n’ont pas la possibilité de faire partie de l’une des quelque 200 équipes du 1000 km peuvent participer à La Boucle, présentée cette année à Sorel-Tracy, le samedi 20 juin. Il est toujours possible de s’inscrire sur le site legdpl.com. Vers 18 h mercredi, 1331 inscriptions avaient été enregistrées. L’organisation en vise 5000 pour cette randonnée non chronométrée de 135 kilomètres.

« Le parcours est exceptionnel, a fait valoir Stéphanie Charette. On est contents, parce que lorsque La Boucle a été créée, on avait dit qu’on voulait pouvoir changer l’endroit du parcours chaque année afin de conscientiser et mettre à contribution des régions différentes. On réussit à le faire, en gardant l’essence de l’événement. »

Grande récompense

Finalement, le Grand défi Pierre Lavoie effectue un changement majeur pour la Grande récompense, qui est le cadeau ultime pour les écoles gagnantes du Défi des cubes énergie, entre le 27 avril et le 25 mai. Alors que les élèves se rendaient au Stade olympique de Montréal dans les dernières années, le GDPL a décidé de faire l’inverse, en se rendant dans chacune des écoles gagnantes.

Les différentes tournées auront lieu pendant les deux semaines précédant le 1000 km.

« C’est un changement majeur pour nous, mais on voulait être certains de rejoindre plus d’enfants, dans une éventualité où une école gagnante décidait de ne pas se rendre à la Grande récompense en raison du temps et du transport que ça occasionnait. On va plutôt aller à leur rencontre », a fait savoir Stéphanie Charette.