Un printemps silencieux idéal pour écouter les oiseaux

En pleine période de confinement de COVID-19, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) multiplie les actions et les démarches pour intéresser les gens à la faune en plaçant en ligne des liens et des jeux éducatifs.

L’observation des oiseaux autour de la maison fait partie des activités qui ont connu beaucoup de popularité durant le mois d’avril, notamment avec le programme Des oiseaux à la maison du Regroupement QuébecOiseaux.

Dans la capsule «Plein feu sur l’observation d’oiseaux, spécial confinement», on invite les jeunes, mais l’activité intéresse tout le monde. «Tu penses que le confinement que nous vivons en ce moment t’empêche complètement de profiter de la nature ? Laisse-moi te prouver le contraire. Installe-toi confortablement devant une fenêtre et prépare-toi à découvrir le monde fascinant des oiseaux qui t’entourent.»

Les participants sont invités à observer autour d’eux : «Les oiseaux sont plus présents que tu penses : regarde dans l’arbre de l’autre côté de la rue, dans la mangeoire du voisin, dans la plate-bande de ta mère, lève les yeux vers le ciel, etc. Tu peux faire de nombreuses observations de chez toi».

La capsule d’information donne aussi quelques détails intéressants : «Pour les oiseaux, le printemps représente le début de la saison de reproduction. Et qui dit reproduction, dit… chants d’oiseaux. En effet, que ce soit pour défendre un territoire ou pour trouver un partenaire, les oiseaux ont de nombreuses raisons de chanter. Bien qu’ils chantent tout au long de l’année, le printemps est une saison particulièrement active pour eux.»

Les bienfaits des chants

«Ferme les yeux. On est beaucoup plus attentif aux sons qui nous entourent quand on a les yeux fermés. Tu pourrais être surpris. Avec la réduction des déplacements due au confinement, il y a beaucoup moins de voitures, d’autobus et de camions qui circulent sur les routes. Ce printemps sera donc tout particulièrement silencieux, sauf pour les chants oiseaux. Savais-tu qu’il y a des oiseaux qui chantent moins fréquemment quand il y a du bruit et d’autres sources de pollution sonore ? Durant les prochaines semaines, nous assisterons peut-être à des concerts de chants d’oiseaux», indique-t-on dans la capsule pour capter l’attention des participants.

J’ai consulté la liste illustrée des oiseaux du Québec produite par QuébecOiseaux pour fouiner un peu et écouter les chants d’oiseaux. C’est vraiment agréable comme musique. Tentez l’expérience, c’est apaisant dans nos écouteurs, on se sent en plaine nature pendant qu’on travaille.

Le ministère initie les jeunes en les aidant à mémoriser les chants d’oiseaux. « Certains ornithologues ont reconnu, dans les sons que produisent les oiseaux, des phrases avec des mots. «Où es-tu Frédéric, Frédéric, Frédéric» que fredonne le bruant à gorge blanche est un exemple assez connu. Que dire de la paruline couronnée qui fait «ti-pied-ti-pied-ti-pied-ti-pied» ou de l’engoulevent bois-pourri qui répète son nom durant la nuit : «Bois-pou-ou-rris, bois-pou-ou-rris.»

«L’écoute des chants d’oiseaux, que ce soit dans la nature, par la fenêtre ou sur un enregistrement, peut avoir des effets sur notre humeur. On manque de preuves scientifiques pour affirmer que l’écoute des chants d’oiseaux a des effets relaxants ou antistress, ou que ça pourrait diminuer l’anxiété, mais dans les conditions actuelles, cela servira sûrement à te changer les idées», fait valoir le ministère dans sa capsule.

Il y aurait 340 espèces d’oiseaux au Saguenay-Lac-Saint-Jean selon la base ornithologique mondiale. On y indique également que «parmi les 460 espèces répertoriées dans la province, 282 sont nicheuses, 24 sont seulement migratrices, 150 sont des visiteurs rares et 4 ont disparu», selon Regroupement QuébecOiseaux.

À la maison

Le MFFP invite également les jeunes à participer à l’activité de science citoyenne intitulée «Des oiseaux à la maison». Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le Scientifique en chef du Québec et QuébecOiseaux, avec le soutien des Fonds de recherche du Québec, ont mis sur pied ce programme, une activité de science participative qui vous invite à découvrir les oiseaux à partir de chez vous tout en respectant les mesures d’isolement.

« Les personnes participant à Des oiseaux à la maison sont invitées à observer et répertorier les oiseaux à partir de chez eux (de la fenêtre, sur un balcon, dans la cour, etc.). Divers outils ont été mis à la disposition des participants, notamment des planches d’identification des oiseaux les plus communs autour de la maison une infolettre, des tutoriels pour faciliter l’apprentissage d’eBird, des oiseaux à colorier, etc. Pour l’instant, le financement du programme est confirmé jusqu’au 15 mai prochain », fait savoir le regroupement.

« En quelques semaines seulement, près de 5000 personnes se sont inscrites au programme. De ce nombre environ 2600 personnes participent activement au groupe Facebook. Les planches d’identification des espèces ont été téléchargées près de 10 000 fois », indique l’organisme.

L’ornithologie aura peut-être trouvé de nouveaux adeptes en raison de la pandémie.