Antoine Roussel a disputé un premier match mercredi, plus de huit mois après avoir subi une déchirure du ligament croisé antérieur du genou.

Un premier match en huit mois pour Antoine Roussel

Remis d’une importante blessure au genou, Antoine Roussel a disputé un premier match en plus de huit mois, mercredi soir, dans la Ligue américaine, dans une victoire du club-école des Canucks de Vancouver, les Comets d’Utica, face au Crunch de Syracuse.

L’attaquant français et ancien des Saguenéens n’a pas amassé de point et passé deux minutes au cachot, mais les statistiques étaient bien secondaires après une aussi longue absence et une opération pour une déchirure du ligament croisé antérieur. Lors d’une rencontre face aux Rangers de New York, sur une séquence qui a mené à un but des siens, Antoine Roussel a coupé au filet avant d’entrer en contact avec Brendan Lemieux et son genou a encaissé le choc. Il est passé sous le bistouri deux semaines plus tard. Il a recommencé à patiner en solitaire seulement en septembre et a participé à un premier entraînement complet seulement la semaine dernière avant d’être envoyé dans la Ligue américaine afin de compléter sa remise en forme.

« Ç’a bien été. C’était un bon premier match. Juste le fait de jouer, c’était vraiment excitant. J’avais quasiment des papillons avant le match », a indiqué Roussel lors d’une entrevue téléphonique au lendemain de cette première partie, annonçant en riant qu’il a même été utilisé en avantage numérique. Il devrait jouer les deux prochains matchs des Comets avant de retourner avec les Canucks qui, après près du tiers de la saison, se retrouvent présentement en position de participer aux séries éliminatoires. S’il veut avant tout aider son club à se qualifier pour la grande danse du printemps, l’attaquant de 30 ans aimerait retrouver le même niveau que l’an dernier où il a amassé 31 points en 65 rencontres.

« Je n’ai pas vraiment de gros objectif en terme de production offensive. Je veux participer à une série et, une fois rendu, avoir de grosses éliminatoires », d’annoncer Antoine Roussel.

« Au début, c’est sûr que c’est décevant de manquer autant de temps de hockey. L’équipe va bientôt avoir joué 30 matchs. C’est quasiment une moitié de saison. Je suis resté occupé avec ma famille, mes jeunes enfants et ma réadaptation. Je n’ai pas vraiment vu le temps passer et je suis quand même resté positif à travers tout ça. Je ne me suis pas trop fait de souci. Tout va bien et je suis excité de recommencer à jouer au hockey », d’exprimer le vétéran, mentionnant que le plus ardu a été le renforcement de son genou et que le tendon devienne un ligament après l’opération, ce qu’il a fait sous la supervision du spécialiste Stéphane Dubé, à Montréal. Lors de ses quelques déplacements dans la région, il s’est également retrouvé aux bons soins de Philippe Delisle et Simon Jolin, des Cliniques de physiothérapie. Il s’est également inscrit à un cours à l’université. « Je me suis organisé pour ne pas trop avoir de temps libre », d’annoncer Antoine Roussel qui, fidèle à son habitude, a profité de la tribune pour saluer ses amis et les partisans des Saguenéens de Chicoutimi.