Organisatrice principale d’Évènements Marie-Xtrail, Marie-Christine Dion organise un premier Dua Trail qui se déroulera sur le site du Boisé Panoramique le 15 septembre. L’événement regroupe deux disciplines, la course en sentier et le vélo de montagne. Les participants pourront relever le défi en solo ou en équipe de deux ou de quatre.

Un premier Dua Trail au Panoramique

Les adeptes de la course en sentier et/ou du vélo de montagne ont rendez-vous sur le magnifique site du Boisé Panoramique, le samedi 15 septembre, avec la présentation de la toute première édition du Dua Trail du Pano.

Organisé par Marie-Christine Dion des Événements Marie-Xtrail, ce challenge proposera aux participants d’effectuer en alternance un parcours de course en sentier et de vélo de montagne, et ce, en solo ou en équipe. « L’objectif premier de cette course d’endurance de quatre heures est de rallier la présence des coureurs et des cyclistes dans les mêmes sentiers », explique Marie-Christine Dion. Cette forme de duathlon est d’ailleurs réalisée en partenariat avec Vélo Chicoutimi et les commanditaires majeurs UltraViolet Sport et Salomon.

Les participants pourront alterner entre les deux sports pendant quatre heures. « C’est le nombre de tours qui va déterminer les gagnants à la fin. Les gens pourront le faire en solo, en équipe de deux ou en équipe de quatre. En solo, ce sera un beau défi parce qu’ils devront changer de sport à chaque fois qu’ils auront complété un tour. Ils ne pourront pas faire deux heures de course, puis deux heures de vélo », explique-t-elle.

Il y aura deux parcours distincts pour le vélo (7 km environ) et la course (4 km). Il s’agit de boucles qui ramèneront les coureurs au départ et comme dans les duathlon/triathlon, il y aura une aire de transition. Ainsi, le participant devrait être en mesure d’effectuer la boucle en une demi-heure, ce qui devrait permettre de pratiquer les deux disciplines à l’intérieur d’une heure. « Les plus rapides auront le droit de repartir pour un dernier tour de course ou de vélo à compter de 3 h 59mn du temps de course (cumulé) », ajoute-t-elle.

Pour la première édition, Marie-Christine Dion serait fort heureuse d’accueillir une centaine de participants. Elle vise une large clientèle.

« Parfois, un bloc de quatre heures peut faire peur. C’est pour cela qu’il est possible de faire le Dua Trail en équipe de quatre. Les parcours de vélo et de courses en sentier seront de niveau intermédiaire », souligne-t-elle. L’activité, qui sera écoresponsable, pourra prendre la forme d’un défi familial si les jeunes sont âgés d’au moins 12 ans.

Il est déjà possible de s’inscrire en ligne au coût de 40 $ par personne (donc 4 X 40 $ pour une équipe de quatre), et ce, jusqu’au 13 septembre. On peut aussi obtenir de l’information sur la page Facebook « Événements Marie-Xtrail ».

Bonnes causes
Le Dua Trail sera aussi l’occasion pour les participants de contribuer à deux causes. Un montant sera versé à la campagne de financement « Accro du pano » pour le projet d’un futur pavillon d’accueil au centre de vélo de montagne. Une autre partie des sommes amassées sera remise au Fonds de dotation Santé Jonquière pour l’achat d’un nouvel appareil de mammographie.

LK50 en octobre
D’autre part, Événements Marie-Xtrail a pris en charge le LK50. Ce rendez-vous de la course en sentier qui se déroulait en août a été déplacé au 20 octobre, mais le 50 kilomètres ne sera pas offert.

« Cette année, il n’y aura pas de 50 kilomètres parce que j’ai un peu pris l’événement au pied levé. L’objectif est de maintenir l’événement sur le circuit des courses en sentier et de faire en sorte que les gens ne nous oublient pas. Par contre, nous offrirons un superbe parcours de 20 kilomètres qui partira de la digue Ouiqui, au bout du lac Kénogami, et qui empruntera une partie des sentiers du Lac-Kénogami. Nous offrirons aussi les parcours de 5 et de 10 kilomètres qui partent du haut de la montagne du Mont-Lac-Vert. On est en pourparlers avec la MRC du Fjord et la Corporation du lac Kénogami. Ils croient fortement au projet. Pour avoir fait plusieurs 50 kilomètres au Québec et ailleurs, on a vraiment un beau parcours », explique Marie-Christine Dion qui s’attend à accueillir entre 100 et 125 personnes pour l’occasion.

+

UNE 3e PLACE À SON PREMIER 100 KM

Adepte de longue date de la course en sentier, la Saguenéenne Marie-Christine Dion s’est surpassée, samedi, en prenant le troisième rang du classement féminin de l’épreuve de 100 km du Méga-Trail de Québec courue par une chaleur accablante. Un bel exploit pour celle qui en était à son tout premier 100 km officiel.

Dion a complété le parcours en 16 h 34mn02. La gagnante, Sarah Verguet-Moniz a franchi l’arrivée avec un remarquable chrono de 13 h 21mn14. La deuxième position a été le fait de la Montréalaise Caroline Côté avec un temps de 14 h 04mn16. Cette dernière vient tout juste de compléter l’expédition ÉlectrON, un parcours de plus de 2000 km en solitaire durant lequel elle a suivi les lignes électriques d’Hydro-Québec, de Natashquan à Montréal. C’est donc dire le calibre relevé des participantes à cette première édition du 100 km dans le cadre du Méga-Trail.

Pour Marie-Christine Dion, cette 3e place est inespérée, même si elle se préparait à relever ce défi depuis quatre mois ! « J’étais pas mal fière, même si ce n’était pas l’objectif final. D’ailleurs, j’ignorais que j’étais troisième jusqu’au 73e kilomètre où l’on peut avoir un accompagnateur (pacer) pour le soutien moral et technique durant le reste du parcours. Mon accompagnatrice était Natacha Gagné qui avait fait mon plan d’entraînement et je dois dire que sa présence a été nécessaire ! La partie de la crête a été très difficile. J’ai eu mal au cœur et j’ai eu des étourdissements, car c’était vraiment humide ! »

À l’instar de tous les participants, la Saguenéenne a dû composer non seulement avec le dénivelé important du parcours, mais aussi avec une température tournant autour des 30 degrés Celsius. « Mais c’était surtout le pourcentage d’humidité qui était l’enfer ! Ça se passe en forêt, mais on devenait trempés en l’espace de 10 minutes ! », mentionne-t-elle, en soulignant que c’était la première année où des distances de plus de 50 km étaient offertes (70 km et 100 km).

Partis de Petite-Rivière-Saint-François, les participants devaient gravir le Massif de Charlevoix pour aller rejoindre le Sentier des Caps, Saint-Tite-des-Caps, jusqu’au pied du mont Sainte-Anne pour le 70 km, tandis que les inscrits au 100 km remontaient jusqu’à la Crête du Mont-Sainte-Anne (2 km de montée avec un 800 m de dénivelé positif), pour finir avec un 27 km autour du Mont-Sainte-Anne. « Je savais que ce serait difficile au niveau de la distance et du dénivelé positif. Si on compare avec le 160 km du Bromont Ultra qui présente un 6000 m de dénivelé positif, le 100 km de samedi avait un 5300 m de dénivelé positif », explique celle qui prendra un mois sans projet sportif. Pas étonnant que plusieurs aient abandonné en cours de route. 

Dans le volet masculin, deux Saguenéens se sont aussi distingués, soit Sylvain Lavoie avec un temps de 13 h 18mn38 qui lui a valu la 7e place au classement général, et Jonathan Noël, qui a pris le 18e rang au général, mais le 16e rang chez les hommes, avec un temps de 14 h 31mn41.

Autres podiums

Au moins une vingtaine de coureurs de la région ont participé aux différentes distances. Parmi les podiums, Raphaëlle Chrétien de Chicoutimi a fini première chez les femmes au 10 km (1 h 29mn59). Son amoureux, Mathieu Pageau, l’a accompagné sur la distance avant de remporter l’épreuve de 25 km en 2 h 03mn16. Sur la même distance, Marie-Claude Tremblay a conclu au 2e rang chez les femmes avec un temps de 2 h 43mn29. Mentionnons enfin la 10e position de Roberto Fortin au 50 km masculin (13e au général) en un temps de 5 h 36mn00, ainsi que la 21e place de Mathieu Savard au 70 km masculin (25e au total), en un temps de 11 h 00mn45.