Après 50 ans d’implication au sein du Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière, le grand manitou de l’aménagement (logistique) Jacques ‘‘ Coco’’ Tremblay s’apprête à passer le flambeau à Stéphane Audet qui compte lui-même 25 ans de bénévolat dans l’organisation.

Un pilier depuis 50 ans

Le Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière (TPHPWJ) vient d’amorcer sa 54e édition sur les glaces du Palais des sports et du Foyer des loisirs. Heureusement, l’organisation peut miser sur des bénévoles aguerris qui s’assurent de faire rouler rondement les différents services offerts toute la semaine. Jacques ‘‘Coco’’ Tremblay fait partie de ces précieux piliers dans l’ombre qui contribuent aux succès du tournoi, et ce, pour une 50e année consécutive!

Âgé de 60 ans, Jacques Tremblay en sera toutefois à sa dernière saison en tant que grand manitou du comité ‘‘Aménagement’’ (logistique), car il estime que le temps est venu de passer le flambeau à la relève. Mais n’ayez crainte, le Jonquiérois ne quittera pas la grande famille tissée serré du tournoi pee-wee pour autant. Il compte bien continuer d’oeuvrer au sein de l’organisation l’an prochain pour donner un coup de main et offrir du soutien au besoin.

Impliqué à 10 ans

Jacques Tremblay n’avait que 10 ans lorsqu’il a joint les rangs de la grande famille du tournoi pee-wee de Jonquière. «Quand les policiers ont pris le tournoi en charge, ils se cherchaient du monde. Moi, j’étais dans la garde paroissiale. J’avais 10 ans et j’ai commencé comme placier pour les dignitaires. Durant le tournoi, ils ont eu besoin d’aide pour le comité d’aménagement. Ça fait donc 50 ans que je suis là!»

Ce dernier fait du véritable travail dans l’ombre puisqu’il veille au bon fonctionnement de tout ce que les spectateurs du Palais des sports et du Foyer des loisirs ne voient pas. Avec son équipe de bénévoles, il s’assure en effet que tout le matériel requis et les chambres de joueurs soient prêts pour accueillir les équipes, les officiels, les cadets, les invités d’honneur, les mascottes, etc. Son comité a aussi la mission de veiller au bien-être des armées de bénévoles qui seront en action jusqu’à dimanche soir avec des jus, du café, des sandwiches, etc. 

Pendant huit jours complets, Jacques Tremblay sera le chef-d’orchestre de l’arrière-scène des deux arénas avec l’appui de près d’une quarantaine de bénévoles, dont certains comptent aussi quelques décennies de services. «Nous avons une douzaine de bénévoles au Foyer des loisirs et le reste est ici, au Palais des sports.»

Le travail de M. Tremblay commence bien avant le tournoi, avec le recrutement des bénévoles, l’envoi des formulaires pour s’assurer qu’ils n’ont pas de casier judiciaire. Puis, il établit les horaire pour la semaine. Ses journées commencent à 7h pour se terminer vers 23h/23h30. Pour assurer le service et garder des troupes en forme, il divise ses effectifs en deux groupes, dont plusieurs savent parfaitement ce qu’ils ont à faire. Et au Foyer des loisirs, il peut s’appuyer sur Marc Tremblay, un autre bras droit qui s’implique depuis 25 ans.

Le service a changé au fil du temps. «Dans le temps, on était le seul tournoi à entreposer les poches de hockey. Aujourd’hui, ça se fait moins parce que les joueurs sont plus gâtés, disons; ils préfèrent que leur équipement soit sec», mentionne M. Tremblay en ajoutant que son service dispose aussi de moins d’espace qu’autrefois. «Cette année, sur 52 équipes, nous en aurons environ 25 de l’extérieur. Avant, le mot d’ordre était que tous les équipements étaient entreposés ici. Maintenant, nous en avons de 14 à 18 qui prendront ce service.» 

Un service plus personnalisé qui reste très apprécié. «Les équipes et les parents de joueurs nous disent qu’on offre un meilleur service qu’à Québec, ce qui nous fait vraiment plaisir. Ici , ils disent qu’ils sont gâtés, car ils n’ont rien à s’occuper.»

Relève aguerrie

Stéphane Audet, qui compte 25 ans d’implication au sein du TPHPWJ, dont plusieurs aux postes de communications/medias, prendra la relève de M. Tremblay. Depuis lundi, il se familiarise avec les multiples tâches qui relèvent du volet aménagement. Pour M. Audet, il s’agit d’un nouveau défi qui tombe à point. «L’an passé, je parlais avec Jacques. Je me cherchais un nouveau défi et lui, un successeur», explique celui qui prend aussi une semaine de congé pour être bénévole au tournoi. «Pour moi, c’est une passion qui me ramène année après année. J’aime travaille avec les gens du tournoi qui forment une grande famille. On vient à se connaître pas mal tous et c’est pour le plaisir d’être ensemble.»

Ce dernier s’attend à ce que sa première année comme grand manitou de l’aménagement sera plus ardue. «Ce sera de prendre la routine de Jacques, de savoir où aller chercher des choses. Mais on va prendre le ‘‘beat’’ et il y a aussi une équipe derrière Jacques qui sera là!»