Les autorités de la Ligue de hockey senior du Lac au Fleuve ont sévi sévèrement envers les joueurs et les entraîneurs impliqués dans l’échauffourée avec des partisans à l’aréna de Forestville, le 15 décembre dernier.

Un joueur suspendu pour la saison et les séries

Le comité de discipline de la Ligue de hockey senior du Lac au Fleuve n’a pas ménagé les joueurs des formations de Jonquière et de la Haute-Côte-Nord impliqués dans l’échauffourée avec des partisans de l’aréna de Forestville le 15 décembre dernier. En raison des gestes, de la violence des coups portés et de l’impact médiatique négatif que ces événements disgracieux ont eu, les sanctions attribuées vont d’une suspension pour le reste de la saison incluant les séries éliminatoires dans le cas le plus grave à cinq matchs de suspension pour trois des quatre belligérants impliqués.

En effet, Jean-Christophe Pedneault du MGR Express de Jonquière ne pourra réintégrer l’alignement jonquiérois avant le début de la prochaine saison. Dans un communiqué émis lundi soir, le comité de discipline dit avoir pris en considération les facteurs suivants, soit le fait que Pednault est parti directement de la glace pour se rendre dans les estrades, la violence des coups portés par Pedneault au spectateur pris à partie, ainsi que l’impact médiatique des gestes qu’il a commis.

Deux autres joueurs de Jonquière et un joueur de la Haute-Côte-Nord ont écopé de pénalités moindres, de même que l’entraîneur-chef Gino Gagnon. Ce dernier (et son adjoint) avait d’ailleurs remis sa démission dès le lendemain du match de Forestville, car il ne voulait pas être associé à ce type de comportements.

Samuel Gagnon et Félix Giroux du MGR Express de Jonquière ainsi que Kevin Charest d’Excavation A. Savard de Haute-Côte-Nord ont chacun écopé de cinq matchs de suspension. Dans tous les cas, ils ont un match de purgé et il leur en reste donc quatre autres à regarder des estrades. Dans les cas des Jonquiérois, ils ont été suspendus « pour s’être trouvés dans les estrades alors qu’ils étaient encore un uniforme », tandis que Charest a été puni « pour s’être mêlé dans l’escarmouche qui se produisait dans les gradins entre les joueurs de Jonquière et les spectateurs alors qu’il ne faisait pas partie de l’alignement ».

Les clubs aussi

Bien qu’il ait démissionné, la Ligue a tout de même sévi contre l’entraîneur-chef Gino Gagnon du MGR Express qui a retiré son équipe du match. Il aura trois matchs de suspension à purger si jamais il décide de revenir dans la ligue. L’organisation de l’équipe jonquiéroise a aussi écopé d’une amende de 250 $ pour ne pas avoir terminé la rencontre.

Le comité a aussi sévi contre l’organisation de la Haute-Côte-Nord qui a reçu une amende de 300 $ pour ne pas avoir fourni une sécurité suffisante lors des événements du 15 décembre 2017 à Forestville. « De plus, ils devront soumettre pour approbation un plan d’amélioration de la sécurité au directeur général de la ligue (Mathieu Caron) », précise-t-on.

Le comité a pris son temps avant de décerner les sanctions puisque les décisions feront jurisprudence pour les années futures.

Autres cas

Le comité de discipline a aussi décerné ses sanctions à deux autres joueurs de la formation jonquiéroise pour des gestes violents posés plus tôt dans la saison. Ainsi, Pierre-Alexandre Martel a reçu un total de 15 matchs de suspension pour une agression physique envers un officiel lors du match opposant le MGR Express de Jonquière au Multiconcessionnaire de Dolbeau-Mistassini. Les officiels du match ont jugé que le geste était intentionnel sans toutefois blesser l’officiel au moment de l’événement, ce qui s’était d’abord traduit par une suspension automatique de 10 matchs. 

Toutefois, le comité a été informé par la suite que l’officiel a dû composer avec des séquelles physiques par la suite et qu’il a même dû manquer une semaine de travail. Le comité a donc décidé d’ajouter cinq matchs additionnels. N’ayant pas pris part aux deux dernières rencontres, Martel ne pourra réintégrer l’alignement avant 13 autres matchs.

Quant à Félix Bouchard, le comité lui a décerné trois matchs de suspension pour avoir donné un coup de patin lors du match opposant Jonquière aux Éclairs de Charlevoix. Bouchard a déjà purgé un match de cette sanction.