Samuel Larouche participera au Grand défi Pierre Lavoie avec l’équipe du Réseau de coopération EÉSAD, dont fait partie la Coopérative de solidarité de services à domicile du Royaume du Saguenay.

Un jeune tétraplégique au Grand défi Pierre Lavoie

Depuis un grave accident de gymnastique en 2014, Samuel Larouche ne cesse de repousser les limites. Afin de promouvoir l’inclusion des personnes handicapées, le jeune homme tétraplégique participera au Grand défi Pierre Lavoie, la semaine prochaine.

Paralysé des quatre membres depuis qu’il s’est brisé le cou durant un entraînement à Montréal, Samuel Larouche prendra place sur un vélo-tandem adapté importé d’Allemagne. Il sera assis à l’avant et moulinera avec ses bras tandis qu’un autre cycliste l’accompagnera et pédalera à l’arrière. Samuel Larouche prendra le départ et fera les premiers kilomètres ainsi que l’arrivée à Montréal. Il complétera également les 135 kilomètres de La grande boucle à Lévis. Pendant qu’il accompagnera le convoi, il partagera les hauts et les bas de sa vie quotidienne en cours de route. « L’objectif n’est pas nécessairement de montrer le défi physique de le faire, même si ce l’est, mais plutôt le défi d’intégrer quelqu’un dans une activité sociale comme celle-là », résume-t-il sur l’objectif de sa participation, rappelant les valeurs du GDPL. Il aura l’occasion de transmettre son message que ce soit avec les cyclistes du peloton, mais aussi dans les communautés visitées.

« Pourquoi ne pas me garantir un futur meilleur ? Si je ne fais rien, je vais vivre dans un environnement et m’apitoyer sur mon sort. Si je mets en place les éléments pour que je puisse m’épanouir, ça y va avec cette logique, rappelle-t-il. Je me donne le choix parce que si je ne le fais pas, c’est moi qui vais être le pire en bout de ligne. »

Longues démarches
En septembre, les membres de l’équipe du Réseau de coopération EÉSAD cherchaient un sens à donner à leur expérience, quand ils ont été mis au courant du cheminement de Samuel Larouche, un client de la Coopérative de solidarité de services à domicile du Royaume du Saguenay (CSSDRS), qui fait partie du réseau d’une centaine d’entreprises d’économie sociale d’aide à domicile.

Samuel Larouche prendra place sur un vélo-tandem adapté spécialement importé d’Allemagne. Un autre cycliste l’accompagnera derrière.

« Ce n’est pas à ces gens-là de frapper aux portes pour qu’on les ouvre. Socialement, on doit faire des actions », fait valoir la directrice générale du CSSDRS, Lynda Bélanger, soulignant la collaboration de tous les acteurs dans ce dossier, afin d’obtenir toutes les autorisations nécessaires auprès des instances concernées, ce qui a été complété le 25 mai dernier.

« Quand on l’a rencontré pour la première fois, on ne savait pas comment. Quand il a commencé à parler, on savait pourquoi. C’était clair qu’on trouverait le comment. Si on devait monter sur la lune... On a trouvé un vélo en Allemagne », raconte Lynda Bélanger, insistant sur le modèle de résilience, de persévérance et de détermination que représente Samuel Larouche.

Malgré quelques réticences au départ comme la logistique, le principal intéressé n’a pas hésité bien longtemps avant d’accepter l’invitation. « Ce sont eux qui mettent en place toutes les solutions pour que je participe. Ça permet de montrer à la communauté que les gens doivent avoir une conscience sociale de nous intégrer et non à nous de revendiquer toutes les fois notre droit d’accès. Les gens doivent être conscients des limitations de l’environnement », fait valoir Samuel Larouche, rencontré en marge d’une dernière réunion d’équipe, mercredi soir, au restaurant St-Hubert de Chicoutimi, à une semaine du coup d’envoi.

Gymnaste de niveau national avant son accident, Samuel Larouche rêve maintenant de participer aux Jeux paralympiques, lui qui pratique le para-athlétisme. Il a d’ailleurs quelques compétitions à son horaire pour la prochaine période estivale. Dans sa préparation pour le tour cycliste, il a déjà parcouru 400 kilomètres. « J’ai dit oui parce que je suis quelqu’un d’opportuniste. C’était une chance et je ne pouvais pas passer à côté. C’est une bonne tribune pour passer un message », convient-il, assurant qu’il joindra l’utile à l’agréable.

Une page Facebook (grand défi pierre lavoie à tandem : eésad & cssdrs) a été mise en place afin de partager toute la démarche. Il sera également possible d’utiliser le mot-clic #GDPLtandem pour des mises à jour avec des vidéos et des photos tout au long de la fin de semaine.