Les promoteurs David Grenon et Michel Desgagné d'Impact Sport Production ont entrepris des démarches en vue de présenter un gala de boxe au Saguenay à la fin septembre.

Un gala de boxe en septembre ?

Deux ans après avoir présenté un dernier gala, Michel Desgagné et David Grenon d'Impact Sport Production (I.S.P.) caressent le projet de tenir un nouvel événement en septembre prochain qui mettraient en vedette deux fleurons régionaux de la boxe professionnelle, Francy Ntetu et Guillaume Coudé.
« Nous avons réservé nos dates auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) et nous aurons une rencontre les gens de la ville mardi (ce soir) » a confirmé Michel Desgagné, qui est également le grand manitou du Club de boxe Chicoutimi. « Francy est prêt à embarquer avec nous comme finaliste probablement. Et c'est certain que Guillaume ferait partie du projet », ajoute-t-il, en mentionnant que la formule du gala pro-am sera privilégiée. Les promoteurs souhaitent en effet greffer cinq ou six combats amateurs à la carte qui sera proposée.
Les promoteurs veulent rencontrer les représentants de la municipalité afin de dénicher l'endroit idéal qui leur permettrait d'accueillir entre 1000 à 1500 spectateurs et où ils pourraient offrir un service de bar. « On ne veut pas tenir ça dans un hôtel. On aimerait plutôt tenir l'événement dans un aréna ou un emplacement intéressant qui nous permettrait d'aller chercher des profits. On vient juste de se relever de nos dernières expériences. Ça passe ou ça casse, mais on ne veut pas non plus se planter encore », précise Michel Desgagné.
Ntetu vs Hyppolite ?
Parmi les adversaires éventuels, les promoteurs seraient ouverts à un nouveau combat entre Francy et Schiller Hyppolite. Lors de leur dernier affrontement en novembre 2012 au Centre Bell, Ntetu l'avait emporté par décision à l'issue d'un duel de six rounds très serré.
 « C'est sûr que nous, on aimerait ça. Ce serait intéressant parce que Schiller a pris des classements beaucoup plus haut que Francy. Schiller a été beaucoup plus actif et il a battu plusieurs bons boxeurs. Il était classé plus haut que Francy. Ce serait quand même intéressant. Les gens ont aimé ce combat et ce serait le genre de combat local que les gens aimeraient revoir. Ça se parlerait beaucoup et il y aurait beaucoup d'action dans le ring. Ce serait quand même émotif », explique Michel Desgagné qui rappelle toutefois que l'organisation devra tenir compte des coûts.
« Oui, c'est une finale qu'on aimerait avoir, mais il faut aussi regarder les coûts. Et il faut aussi trouver un adversaire à Guillaume Coudé », dit-il. Pour que le projet se concrétise, les organisateurs doivent réunir des conditions gagnantes. « Ce serait d'avoir au moins 1000 personnes avec un service de bar. Il faut des combats valables qui attirent et qui ne nous coûteront pas cher. Juste pour la Régie, ça nous coûte 5000 $. C'est un gros terme en partant. »
Michel Desgagné admet qu'il faut du courage pour se lancer dans cette aventure. « Oui, il faut être convaincus, mais on aime ça et on voudrait être capables d'offrir des événements régulièrement au Saguenay. C'est encourageant pour nos jeunes boxeurs. Si on ne l'avait pas fait par le passé, des gars comme Guillaume, John Gonzalez et Jean-François Plourde n'auraient pas tenté leurs chances comme professionnels », fait valoir Michel Desgagné.
Ntetu affamé de renouer avec l'action
Depuis sa défaite en juin 2016, Francy Ntetu n'a pas eu d'occasion de se faire valoir à nouveau dans un ring dans le cadre d'un gala. À 34 ans, le pugiliste est conscient que le temps passe et est impatient de renouer avec l'action. Mais les approches reçues n'ont pas abouti comme escompté. Une situation qui l'impatiente, lui qui a faim de relever un nouveau défi.
Même s'il n'a pas de combat de prévu, Ntetu se maintient en bonne forme, car il est très apprécié comme partenaire d'entraînement. Il a d'ailleurs travaillé avec David Lemieux alors que ce dernier se préparait pour le combat qu'il a remporté samedi dernier. Même si cette reconnaissance est flatteuse, Ntetu en veut plus, animé par le désir d'avancer.
« On m'a offert bon nombre de boxeurs à qui j'avais dit oui, mais c'est de leur côté que ç'a été négatif », souligne Ntetu en mentionnant les noms de Peter Quillin et Sullivan Barrera entre autres. « Tout le monde reconnaît mon talent quand c'est le temps de mettre les gants (comme partenaire d'entraînement) et tout le monde me voit en action, mais quand vient le temps de m'affronter, ce n'est pas tout le monde qui veut. C'est un peu dommage », déplore-t-il en entrevue téléphonique.
C'est pourquoi le projet de Michel Desgagné et David Grenon l'intéresse vivement. Reste à lui trouver un adversaire. « Moi, ce que je veux, c'est de l'action. Je suis un gars orgueilleux et un gars de défis. À Montréal, il y a de bons boxeurs dans ma catégorie (175/168 livres) », fait valoir celui qui gagne sa vie dans la vente automobile chez LaSalle Chrysler et qui fait toujours partie de l'équipe du promoteur Lou DiBella.
Pour lui, le gala de ISP serait donc une belle occasion « pour les gérants et les entraîneurs de bons boxeurs au Québec et au Canada d'offrir un bon test à leurs protégés ». De plus, un combat opposant deux athlètes du Québec, voire un Canadien, est davantage susceptible d'intéresser les amateurs du noble art dans la région.
Rappelons que Francy Ntetu (16-1-0, 3 K.-O.) avait subi sa première défaite en carrière dans la controverse, le 25 juin 2016, au Barclays Center de Brooklyn, face au Mexicain David Benavidez. L'arbitre avait mis fin au combat en raison d'un oeil enflé du boxeur chicoutimien, alors que ce dernier connaissait ses meilleurs moments. Une décision qui avait soulevé les huées des spectateurs.