Un championnat canadien dans la mire

Les projets débordent pour les propriétaires de Traxxion 4. En plus de vouloir mettre sur pied un programme sport-études, ils aimeraient accueillir le Championnat canadien de wakeboard sur câble en 2015 et 2016.
En entrevue, l'un des administrateurs, Gilles Lessard, souligne la contribution de Promotion Saguenay dans ce dossier. La demande a été entérinée dernièrement par la Fédération Ski nautique et planche Québec. «On se croise les doigts, mais on pense bien qu'on a de bonnes chances de l'avoir», insiste Gilles Lessard.
Les responsables aimeraient également de mettre sur pied un programme sport-études dans un avenir rapproché. Gilles Lessard mentionne que le site du camping Jonquière sert déjà de site d'entraînement. Une équipe de compétition de quatre athlètes a été formée cet été et participe à toutes les épreuves du circuit provincial Wake Dans'Rue, qui s'est déroulé plus tôt cet été à Alma. Des démarches avaient été entamées alors que Traxxion 4 était encore à L'Anse-Saint-Jean, mais le projet avait avorté en raison des problèmes reliés à la distance. «On veut vraiment faire progresser le wakeboard dans la région, soutient Gilles Lessard. On a pris beaucoup de temps pour s'installer et on n'a pas eu le temps de travailler ce dossier. On voudrait faire les approches à l'automne en espérant pouvoir l'offrir au printemps.»
Après trois ans au mont Édouard, le parc de wakeboard par câble est maintenant installé au Camping Jonquière. L'ouverture officielle se fera vendredi. Avec la proximité, les responsables ont beaucoup d'ambition pour site, mené par un système qui fonctionne avec un moteur électrique de cinq forces.
«La distance nous obligeait à nous rapprocher. On voulait augmenter notre achalandage. Même pour nous, c'était compliqué. On travaille tous et on n'avait pas le choix si on voulait ouvrir en semaine et non seulement le week-end», explique Gilles Lessard qui annonce avoir eu des réservations de l'extérieur de la région, dont de Rimouski et du Nouveau-Brunswick. Il est possible d'accueillir une douzaine de personnes dans un après-midi. Il est donc préférable de réserver avant.
De l'expérience
Véritable vétéran du monde des sports de glisse dans la région, Philippe Lusinchi est l'un des réguliers du cable park. Il est surnommé le «Pape de la glisse» par les plus jeunes alors que pour lui, il s'agit d'un mode de vie et même une religion. «Je faisais moins de wakeboard tiré par un bateau parce que c'est plus violent, raconte Philippe Lusinchi. À 50 ans, je ne pensais qu'aller dans les modules; ce n'était plus de mon âge. Toutefois, avec le câble, c'est moins dur et je peux en faire plus souvent.»
Dainsley@lequotidien.com