Le champion olympique Samuel Girard a eu droit à un accueil chaleureux de son grand-père Gaétan Girard, qui s’était bien ennuyé de son p’tit gars.

Un accueil triomphal pour Samuel Girard

Le champion olympique du 1000 m, Samuel Girard, a eu droit à un accueil triomphal, vendredi soir, alors que plus de 150 parents, amis et citoyens de Ferland-et-Boilleau se sont réunis à la salle communautaire de la petite municipalité de près de 600 habitants pour célébrer le retour du fils prodige.

Même s’il fait l’orgueil de la population ferboilienne, le jeune homme a été fidèle à lui-même en se pointant à la salle communautaire sans flafla, à pied, en compagnie de son amoureuse, la patineuse de vitesse Kasandra Bradette, ses parents, Grégoire Girard et Martine Bouchard, et d’autres membres de sa famille. Le couple olympique a vite été entouré d’admirateurs, des jeunes et des plus vieux, tous heureux de revoir et de saluer celui qui a quasi fait sauter le toit de la salle en février dernier, lorsqu’il a remporté l’or au 1000 m.

Après avoir reçu une plaque souvenir et des dessins d’enfants, une surprise attendait le patineur de vitesse courte piste, alors que le député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Serge Simard, est venu lui remettre la Médaille de l’Assemblée nationale pour sa médaille d’or au 1000 m et sa médaille de bronze au relais remportées aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Cette reconnaissance est remise à des personnes ayant contribué par leur engagement auprès de leur communauté.

M. Simard a salué le retour du champion olympique. « C’est pour moi un honneur de souligner les efforts de Samuel Girard et de lui rendre hommage. Samuel est un jeune homme d’exception, qui a su, au cours des années, canaliser ses efforts, son énergie ainsi que sa passion afin de gravir les échelons pour se rendre aux Jeux olympiques. Samuel est maintenant une icône pour les jeunes. (...) Pour ces jeunes, le fait d’avoir une idole comme Samuel va leur donner, à eux aussi, l’envie de faire des efforts, de travailler extrêmement fort pour devenir aussi grand et aussi fort que celui qui, en plus d’être une fierté pour sa municipalité et la région, est sans aucun doute promis à un brillant avenir », a fait valoir Serge Simard.

Fierté légitime

Pour sa part, le maire de Ferland-et-Boilleau, Hervé Simard, a rappelé les sacrifices, la volonté de fer et le goût du dépassement dont des athlètes olympiques comme Samuel et Kasandra doivent faire preuve pour atteindre un tel niveau. Féru de chiffres, il s’est amusé à faire quelques comparatifs. « Vous rendez-vous compte que dans notre petite municipalité, nous accueillons 20 % de l’équipe canadienne de vitesse courte piste ? Ce n’est quand même pas rien ! Et que notre municipalité, qui compte moins de 600 habitants, compte un champion olympique parmi ses citoyens ! En comparaison, c’est comme si Saguenay pouvait s’enorgueillir d’avoir environ 241 champions olympiques. Vous comprenez donc notre fierté ! », a-t-il fait ressortir, en rappelant que Samuel avait offert à son village natal une visibilité aux quatre coins de la planète.

De son côté, Samuel Girard a avoué qu’il était surpris de voir autant de gens s’être déplacés pour souligner son retour. « C’est le fun de voir la communauté, la famille et les amis et de pouvoir partager la médaille avec eux. Ça me fait vraiment plaisir », a-t-il indiqué en remerciant les organisateurs de l’événement ainsi que tous ceux et celles qui l’ont appuyé même si les courses étaient diffusées à 5 h le matin. « C’était beau à voir et je vous en remercie énormément. Ferland-et-Boilleau, c’est important pour moi. Je veux revenir ici. C’est une priorité pour moi et ma copine. Revenir ici, c’est revenir parmi vous et partager cette médaille. Merci à tous d’avoir été derrière moi. Dans ces deux médailles, il y a une partie de chacun de vous et je vous en remercie énormément. »

Inutile de dire qu’avec une médaille d’or et une de bronze à ses tout premiers Jeux, les attentes sont élevées envers l’athlète de 21 ans. « La barre est haute, mais les Jeux sont dans quatre ans et je vais toujours donner mon 100 %, peu importe la compétition. Mon objectif sera toujours d’aller chercher la plus haute marche sur le podium. J’espère juste que ça va continuer à bien aller et normalement, les résultats devraient suivre », de commenter la vedette du jour en entrevue.

Enfin, tous les intervenants ont rappelé le dévouement et le soutien indéfectible des parents d’athlètes qui permettent à leur progéniture de poursuivre leur progression et d’aspirer aux plus hauts sommets. Un court hommage bien mérité pour ces piliers de l’arrière-scène trop souvent oubliés !

Samuel Girard avait une sculpture sur neige à son effigie au coeur du village durant les Jeux de PyeongChang. Il arbore ici ses médailles olympiques et les deux médailles de la statue éphémère.
Une autre médaille attendait Samuel Girard. Le député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Serge Simard, lui a en effet remis la Médaille de l’Assemblée nationale.

En bref

• La petite municipalité de Ferland-et-Boilleau est fière de Samuel et elle le clame haut et fort. À l’entrée de la municipalité, on peut lire sur un panneau «Samuel Girard, une fierté de chez nous Jeux olympiques de PyeongChang 2018» avec sa photo en action. Puis, à l’entrée de la salle communautaire, sur une banderole: «Samuel Girard: rêve et objectif atteints Jeux olympiques 2018 Corée du Sud PyeongChang.» Et évidemment, à l’intérieur de la salle, on retrouve une photo de Samuel avec sa médaille d’or, la main sur le coeur lors de l’hymne national et une autre banderole...

• Après la frénésie du retour des Jeux et les championnats du monde qui ont suivi peu après, Samuel et Kasandra ont quitté pour une pause plein air de trois semaines au Pérou, ce qui leur a permis de vraiment décrocher. «On est revenus ressourcés, avec l’énergie pour attaquer le prochain quatre ans et venir revoir mon monde», a indiqué Samuel qui est maintenant sollicité pour des conférences dans les écoles... 

• Concernant sa longue crinière, Samuel avait songé à se faire couper les cheveux pour la cause du cancer. «Mais ça prend une couette de 30 centimètres de long et il m’en manque encore. De plus, ma copine ne veut pas que je les coupe et c’est un peu devenu ma marque de commerce. Mais si un jour j’ai les cheveux assez longs pour les donner, c’est sûr que je veux le faire. Il y a mon ami Guillaume dont la soeur est décédée de la leucémie et c’est sûr que c’est une cause qui me touche beaucoup»... 

• La station KYK Radio X souhaite organiser une confrontation entre les deux Samuel Girard, le patineur de vitesse et le joueur de hockey professionnel de Roberval. Le patineur est très ouvert à l’idée puisque ce serait l’occasion de rencontrer son homonyme pour la première fois. «Je pense que ça pourrait donner un bon show et que ça pourrait être le fun pour nous de patiner et de s’amuser sur glace et de rencontrer les gens.» Il reste à trouver une date de disponibilité commune aux deux fiertés de la région...

• Samuel, le patineur de vitesse, serait même prêt à rehausser le défi qui consiste à savoir lequel, des deux Samuel Girard, sera le plus rapide. «J’ajouterais que (le hockeyeur) chausse les patins de vitesse et que moi je mette les patins de hockey pour qu’on puisse vraiment comparer et s’amuser», a-t-il lancé, en mentionnant qu’il n’est pas aussi agile que l’autre Sam en patins de hockey...

• Le grand-père paternel de Samuel, Gaétan Girard, lui a réservé une chaleureuse étreinte. «Je ne l’ai pas revu depuis l’automne dernier. Je l’ai embrassé et je l’ai serré fort. Je me suis ennuyé  de mon p’tit gars! Je l’aime tellement et on est tellement fier de lui!» Son grand-père maternel, Raymond Bouchard, a préféré attendre à dimanche pour causer avec son petit-fils plus tranquillement... 

• Le préfet de la MRC du Fjord, Gérald Savard, s’est fait le porte-parole des 13 maires de son secteur pour féliciter le champion olympique et la fierté qu’il suscite, tout en l’invitant à demeurer un modèle inspirant...    

• Le conseil municipal de Ferland-et-Boilleau se penchera, au cours des prochains mois, sur un projet visant à commémorer de façon permanente l’exploit de Samuel comme une statue de bronze ou autre...  

• Les parents de Kasandra, Nancy Bélanger et Dany Bradette, ont fait le trajet Saint-Félicien-Ferland-et-Boilleau pour être de la fête...      

• Aujourd’hui, samedi, Samuel Girard sera à la boulangerie/pâtisserie Le Viennois de Chicoutimi de 10h à midi pour rencontrer les gens et signer des autographes... Johanne Saint-Pierre