La 9e édition de l’Ultramarathon Saglac continue de gagner en popularité.

Ultramarathon Saglac: déjà plusieurs records en vue

La 9e édition de l’Ultramathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean aura lieu les 31 mai et 1er juin, mais déjà, plusieurs records seront établis, dont celui de la participation. Avec 30 équipes inscrites, l’organisation affiche déjà complet et a même dû en refuser près d’une quinzaine !

« Ça prend une ampleur impressionnante. Je ne sais pas ce qui suscite cet engouement, mais c’est extraordinaire ! On bat des records de participation encore cette année et je n’ai même pas eu besoin d’ouvrir les inscriptions. Les places ont été comblées en l’espace de trois semaines. J’ai dû refuser facilement de 10 à 15 équipes », lance Dave McMullen, membre du comité organisateur. 

« Ce sera le plus gros convoi, avec dix autobus de coureurs qui vont se relayer pendant 32 heures le 31 mai et le 1er juin. Nous aurons 236 coureurs répartis dans 30 équipes. Nous en avions 180 l’an passé. Et j’ai déjà une liste d’attente pour la 10e édition ! C’est un heureux problème, mais il faudra penser à une façon de renouveler ou de permettre à de nouvelles équipes de s’intégrer », poursuit M. McMullen.

Plusieurs équipes ont adopté la cause et en font un rendez-vous annuel année après année. Le plaisir est toujours de la partie, beau temps mauvais temps. « C’est super le fun et c’est tant mieux pour nous et les causes qu’on supporte, mais ça nous laisser présager un beau défi pour l’an prochain. Car ce sera le 10e anniversaire et ils s’attendent à quelque chose », mentionne Dave McMullen, dont l’organisation met du temps et de l’énergie pour rendre l’expérience agréable aux participants.

L’objectif initial de cette activité au profit de Leucan du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Fondation de l’Odyssée Lafontaine/Dominique-Racine. L’objectif de 2018 a été fixé à 85 000 $. Les dons recueillis jusqu’à maintenant ont permis de dépasser ce montant, et même le montant record de l’an dernier qui était de 118 000 $. « C’est sur qu’on va le battre ! Les records sont battus d’année en année et je ne sais pas où ça va s’arrêter », énonce Dave McMullen en rappelant que les gens peuvent aussi faire des dons durant la tenue de l’Ultramarathon.

Changements

Les équipes courront 300 kilomètres pendant 32 heures.Cette année, l’organisation a apporté quelques changements et améliorations qui devraient faire plaisir aux participants. Si le départ aura encore lieu à l’Odyssée Lafontaine, les coureurs arpenteront le boulevard de l’Université pour ensuite tourner sur le boulevard Talbot au lieu de remonter par la rue Bégin. Cette décision vise à procurer plus de visibilité à l’événement. Et comme les trottoirs de ces deux artères sont larges, l’organisation ne prévoit pas de problèmes de circulation. « On parle d’un court moment pour une cause qui en vaut la peine. Depuis qu’on le fait, on a toujours eu une très bonne collaboration du public et des automobilistes et avec les larges trottoirs, ce sera facilitant », estime-t-il.

Le retour des coureurs est prévu pour 13 h 30 le vendredi 1er juin à l’Odyssée Lafontaine. Il sera possible de suivre la progression des coureurs en direct sur le site ultramarathonsaglac.com. « Les gens qui voudront venir nous soutenir pourront le faire le long de la route sans problème », assure M. McMullen. 

Cette année, des coureurs des familles Leucan prendront part à l’édition. Ils seront reconnaissables par leur chandail à fond blanc. « Ce sera une édition émotive, mais avec encore de belles émotions ! »

Enfin, Dave McMullen a tenu à souligner l’apport de la cinquantaine de bénévoles et le dévouement de certaines coureurs qui contribuent à bonifier l’événement. 

LE G7 A COMPLIQUÉ LA LOGISTIQUE DE L'ÉVÉNEMENT

La tenue du Sommet du G7 dans Charlevoix a rendu plus difficile l’organisation de la 9e édition de l’Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Ç’a créé un défi de taille parce que ç’a généré bien des embûches. On a juste à penser à la location d’autobus et on tient à dire un très grand merci à Intercar qui a été en mesure de nous fournir sept autobus. Malgré cela, nous en avons besoin de 10. Nous en aurons donc deux qui proviendront de Rimouski et on a réussi à en trouver une à Saint-Georges de Beauce », explique Dave McMullen, membre du comité organisateur. 

Ce dernier a été impressionné par l’ampleur de la mobilisation des différents services en vue du G7. D’ailleurs, l’obtention de services policiers pour accompagner les coureurs de façon sécuritaire n’a pas été une mince tâche. « Nous avons eu une très belle collaboration de la part des services de police, mais je n’ai pas été en mesure d’obtenir les escortes. Il a fallu se virer de bord pour s’assurer d’avoir nos escortes et faire en sorte que ce soit sécuritaire pour nos coureurs. »