Virginie Maltais, originaire d’Hébertville-Station, a compétitionné à Cincinnati dans le cadre des Championnats du monde d’ultimate Frisbee.

Ultimate Frisbee: Virginie Maltais s’illustre

La passion mène loin, et Virginie Maltais en est la preuve. Après avoir visité l’Océanie en début d’année grâce à l’ultimate Frisbee, l’athlète native d’Hébertville-Station s’est rendue au World Ultimate Club Championships à Cincinnati, en Ohio. La jeune femme, membre de l’équipe féminine senior québécoise Iris, revient avec des statistiques fructueuses et beaucoup de fierté.

L’événement tenu par la World Flying Disc Federation (WFDF) réunissait 128 équipes provenant de 36 pays et quatre équipes canadiennes (dont l’Iris), qui prenaient part aux matchs qui ont été disputés du 14 au 21 juillet, aux États-Unis. L’équipe de Virginie Maltais termine 14e au classement mondial, elle qui visait au mieux une 16e place.

« C’est une expérience très enrichissante, dans une ambiance familiale. Ç’a été dix jours incroyables, assez intenses en vertu des parties à disputer et de la compétitivité qui était au rendez-vous », a indiqué la férue du disque, contactée par Le Progrès. Au terme de son passage dans l’Ohio, Virginie Maltais aura joué 10 matchs, dans lesquels elle a marqué cinq buts. Humble, elle souligne l’importance des talents au sein de son organisation. « Il n’y a pas de superstar dans l’équipe, tout le monde brille à sa façon », a laissé entendre la joueuse d’Ultimate depuis maintenant huit ans. L’équipe Iris revient avec une fiche de quatre défaites et de sept victoires, en 11 matchs disputés.

Ferveur du disque
Membre de l’équipe Iris depuis trois ans, Virginie Maltais évolue parmi des joueuses de 18 à 35 ans qui ne brillent pas que dans le circuit de la Fédération québécoise d’ultimate. « Nous avons obtenu une troisième place l’été dernier aux Championnats canadiens se tenant à Ottawa ; c’est cette médaille de bronze qui nous a conféré le laissez-passer pour Cincinnati », a expliqué Virignie Maltais, qui tire profit d’une pause dans l’entraînement, afin de profiter d’un retour aux sources, près du lac Saint-Jean.

L’athlète s’était rendue en Australie, aux Championnats mondiaux U24 à Perth, en Australie, en janvier dernier. Pour ce faire, la demoiselle avait lancé une campagne de financement par le public. Faire partie de l’équipe Canada junior nécessitait un coût avoisinant les 3000 $, sans compter le billet d’avion.

Virginie Maltais envisage l’avenir de façon optimiste. « Nous nous rendrons (avec l’équipe Iris) aux Championnats canadiens de Brampton, en Ontario, du 12 au 19 août . « On s’attend à se rendre en finale », prévoit la lanceuse. « Et à remporter la médaille d’or », claironne fièrement la joueuse au bout du fil.

+

UNE PASSION NÉE AU SECONDAIRE

Virginie Maltais a vu l’ultimate Frisbee apparaître dans sa vie au secondaire. « À l’époque, le club d’Alma était venu recruter à mon école (Curé-Hébert) et comme j’avais déjà joué au soccer et que mes aptitudes athlétiques étaient bonnes, je me suis lancée », explique la joueuse qui évolue désormais au niveau senior.

« C’est un sport encore jeune, peu connu, qui amalgame le soccer, le basketball et l’athlétisme. Alors, beaucoup de jeunes s’y essaient et ont la piqûre », mentionne la jeune Jeannoise. Bien que le sport demeure en effervescence au Saguenay-Lac-Saint-Jean, quantité de joueurs de talent pullulent dans les divers clubs de la région.