Le boxeur chicoutimien Francy Ntetu a plié l’échine au sixième round, samedi, aux mains d’Erik Bazanyan, en combat finale du gala organisé par Eyes of the Tiger Managment au Casino de Montréal. Malgré ce revers, pas question pour Ntetu d’accorcher ses gants.

Trop tôt pour la retraite pour Francy Ntetu

Que les amateurs de boxe se le tiennent pour dit : s’ils pensaient que Francy Ntetu allait accrocher ses gants après la défaite subie samedi aux mains d’Erik Bazinyan (21-0, 16 K.-O.) par arrêt de l’arbitre au sixième round, ce n’est pas du tout le cas. L’athlète de 36 ans n’a pas l’intention de prendre sa retraite, bien au contraire ! À ses yeux, cette défaite est davantage un petit pas en arrière pour mieux rebondir.

Joint dimanche, Francy Ntetu (17-3, 4 K.-O.) était d’excellente humeur et n’avait rien perdu de sa verve. « J’ai 17 victoires (chez les pros) et j’en ai plus de 160 chez les amateurs. Parfois on perd, parfois on gagne et, comme dans la vie, parfois on prend des coups. Mais ce serait comme si on abandonnait la vie chaque fois qu’on connaît des déceptions. J’ai fait une erreur qui m’a coûté le titre et avec la chute (à 1mn30 du sixième round), l’officiel a préféré arrêter le combat pour éviter tout risque et je ne m’en plains pas. Bazinyan m’a bien eu sur cette combinaison-là. Auparavant, au troisième round, c’est moi qui l’avais eu », relate celui qui a fait les frais de la grande finale du gala organisé par le groupe Eyes of the Tiger Managment au Casino de Montréal.

« Parfois on gagne, parfois on perd, et je retourne donc sur ma table à dessin, image-t-il. Je vais prendre un peu de repos pour revenir encore plus fort ! »

Le grand gaillard est conscient qu’il vient de subir une deuxième défaite consécutive en 2018. Le 20 janvier, chez les mi-lourds, Markus Browne avait rapidement triomphé du boxeur chicoutimien lors d’un gala présenté à Brooklyn (États-Unis). Selon Ntetu, ces deux revers consécutifs pourraient même avoir un effet positif, en ce sens qu’il pourrait recevoir plus rapidement des offres de combat de gens qui pensent qu’il est fini. « Ce sera à moi de faire ma chance », tranche celui qui a combattu devant une salle à guichets fermés.

« J’avais un bon plan de match. (...) On a commencé assez fort les deux. Par la suite, il m’a laissé lancer mon jab plus souvent qu’à son tour et il s’est juste “timé” pour me contre-attaquer avec une bonne combinaison précise de trois ou quatre coups consécutifs au visage qui m’ont fait perdre l’horizon. C’est comme ça qu’il a réussi à m’avoir et chapeau à lui », résume-t-il sans amertume.

« Même si nous ne sommes pas bons amis, je lui ai serré la main et je lui ai souhaité bonne continuité. Si on refait un combat, ce ne sera peut-être pas la même chose qui va arriver. »

Après sa défaite, Francy Netu a tenu à féliciter son adversaire, Erik Bazinyan pour sa victoire et lui a souhaité une bonne continuité.

Toutefois, comme il a perdu par K.O. technique, Ntetu ne peut demander de combat revanche, mais si jamais Bazinyan et son entourage étaient intéressés, il serait partant. Cela dit, il est conscient que Bazinyan, détenteur de la ceinture NABO des super-moyens et du titre NABA, préférera aller de l’avant contre de nouveaux adversaires.

Point positif, Francy ne semble pas avoir gardé de séquelles de ce combat. Il rencontrera tout de même son neurologue comme à chaque fois avant de se relancer. « Je vais réparer mon ordinateur. Il n’a pas de bris pour le moment. Je vais refaire mes mises à jour, mettre mon nouveau processeur avec des outils plus performants et je vais revenir sur le terrain avec une prochaine offre », assure-t-il.

Michel Desgagné

Entraîneur-chef du Club de boxe de Chicoutimi et de Francy pour ce combat, Michel Desgagné aurait souhaité avoir du temps pour peaufiner la stratégie avec son protégé. Ce qu’il n’a pu faire parce que le gérant de Francy a préféré le garder à Montréal.

« Le combat était quand même bien. Francy aurait dû être plus actif par moment. (...) Il recevait la main droite de Bazinyan régulièrement et c’est ce qui a été plus dommageable. Mais le combat a été assez égal », a relaté Desgagné qui aurait aimé avoir du temps avec Francy pour la préparation tactique et stratégique. « Si on avait pu travailler ensemble, je crois que ça aurait pu être différent. Cela dit, il a bien travaillé et il a été présent. Mais je pense que Bazinyan est un beau phénomène de boxe. Il faut lui donner crédit. Il a 101 combats chez les amateurs et 100 victoires et il a 20 combats chez les professionnels et aucune défaite. Il est jeune, il a de belles combinaisons et tous ses coups sont puissants. Il est vraiment bon », de conclure l’entraîneur qui était déjà de retour à Saguenay dimanche après-midi.