Catherine St-Gelais commence à faire sa marque dans le monde du CrossFit. Avec ses coéquipières Audrey Paradis et Mirakim Couvrette, la Félicinoise participera à sa première compétition internationale, du 12 au 15 janvier, à Miami, en Floride.

Trois jours avec la crème du CrossFit

Jean-Mikaël Desmarais et Catherine St-Gelais viennent de côtoyer la crème du CrossFit pendant trois jours et ils se souviendront longtemps de leur participation au Wodapalooza Fitness Festival, à Miami.
La compétition de calibre international a regroupé 1500 participants de tous les âges dans une trentaine de catégories différentes, en fin de semaine.
Présentée pour la sixième fois dans un parc du centre-ville de Miami sur trois plateaux de compétitions, cette rencontre n'était pas ouverte à tous les intéressés. Les participants ont été appelés à se qualifier via Internet en complétant le mieux possible une série d'exercices.
«Il y avait des qualifications en ligne en septembre, explique Jean-Mikaël Desmarais, un des quatre copropriétaires de CrossFit O'Lac, un centre de CrossFit implanté à Alma depuis moins d'un an.
Pendant trois semaines, nous avons eu deux entraînements à faire par semaine qui visaient à tester différentes qualités physiques. Il fallait inscrire nos pointages et filmer les entraînements pour faire la preuve que tout avait été fait correctement. Selon le résultat obtenu, nous avions un classement qui déterminait si nous étions admis à la compétition ou non.
«Dans ma catégorie (intermédiaire), il y avait 45 participants à Miami. La catégorie intermédiaire est la troisième, derrière l'élite, qui regroupe les Top-40 au monde, et RX. À l'origine, j'avais pris la 54e place, mais j'ai été invité au deuxième tour parce que certains se sont désistés. Je savais depuis trois mois que j'irais à Miami. Je me suis entraîné en fonction de cette compétition et j'ai changé mon alimentation. Je visais un Top-10 dans ma classe, même si je savais que ce serait difficile.
Finalement, ça s'est très bien passé et j'ai terminé huitième. Dans deux des neuf épreuves, j'ai terminé deuxième sur 45.»
L'Almatois a été mis au courant des épreuves au programme une semaine avant de se présenter à Miami. Natation, course, déplacements à l'aide de «monkey bars», transport d'un sac de sable de 150 livres sur une distance de 150 mètres et bien d'autres épreuves étaient au programme.
«C'était très dur physiquement et mentalement, assure l'Almatois. C'étaient de bons défis qui nous forçaient à sortir de notre zone de confort. Mais l'expérience valait les efforts fournis.»
Jean-Mikaël Desmarais assure avoir apprécié chaque moment de cette compétition. Si la chance de répéter l'expérience se présente dans les prochaines années, il la saisira sans hésiter.
Catherine St-Gelais
De son côté, Catherine St-Gelais a participé au volet par équipe de la rencontre de Miami. Son trio complété par Audrey Paradis et Mirakim Couvrette a terminé au 14e rang de la division élite féminine, mais la position au classement n'était vraiment pas le principal objectif poursuivi. Il a tout de même satisfait les trois membres de l'équipe puisqu'elles avaient pris la 17e place lors de la qualification sur Internet. Leur formation devait terminer parmi les 30 premières pour être admise en classe élite.
Catherine St-Gelais, qui pratique le CrossFit depuis maintenant trois ans, a elle aussi grandement apprécié la compétition et le contact avec les meilleures de son sport. Elle estime avoir parfaitement atteint les buts visés.
«J'y allais avant tout pour prendre de l'expérience, raconte l'athlète de Saint-Félicien qui a aussi fait sa marque en patinage de vitesse courte piste. C'était ma première présence sur la scène internationale et je voulais prendre de l'expérience en prévision d'autres compétitions qui se présenteront à l'avenir.
«C'était quand même intimidant parce que je n'avais jamais participé à une compétition devant autant de monde (un total de 20 000 spectateurs pour les trois jours). Habituellement, il y a une dizaine de personnes au gymnase quand on s'entraîne... Pendant trois jours, je me suis retrouvée avec des athlètes qui font partie de mes idoles. Même si elles étaient beaucoup trop fortes dans l'ensemble, nous avons réussi à les suivre quelques fois. Mais notre objectif était vraiment de prendre de l'expérience.»