La triathlète de Saguenay Claudie Simard (à droite) a savouré un premier podium dans la catégorie U23 au Championnat canadien tenu à Kelowna, en Colombie-Britannique. Le podium est complété par Emy Legault (à gauche) et la gagnante, Kyla Roy, au centre.

Triathlon: le bronze pour Claudie Simard au Championnat canadien

Grâce à ses excellentes performances des trois dernières semaines en Coupe continentale, la triathlète saguenéenne Claudie Simard vient de percer le top-300 de l’élite mondiale du triathlon. De plus, elle vient de signer son meilleur résultat au Championnat canadien, ce qui lui a valu de monter sur le podium des moins de 23 ans.

L’athlète de 20 ans vient d’enchaîner trois compétitions continentales où elle a obtenu ses meilleurs résultats en carrière jusqu’à maintenant. « Lors de la première fin de semaine de juillet à Montréal, j’ai fini 13e à la Coupe continentale. Le week-end suivant, c’était le Championnat canadien à Kelowna en Colombie-Britannique, et j’ai pris le 11e rang de la Coupe continentale, mais le 3e de ma catégorie, les moins de 23 ans ! », souligne-t-elle fièrement.

En fin de semaine dernière, au CAMTRI du Memphrémagog, elle a conclu au 15e rang de la finale A toutes catégories confondues. « En quatre compétitions en Coupe continentale cette saison, j’ai fait quatre top-15. Ce sont de très bons résultats », ajoute-t-elle, en entrevue téléphonique. Grâce à ces bons résultats, elle a pu amasser les précieux points ITU et elle a ainsi fait un bond de quelque 150 positions au classement de l’élite mondiale féminine.

La jeune femme, qui s’entraîne avec le Rouge et Or de l’Université Laval depuis presque un an, est plus que satisfaite de sa progression, surtout après la blessure qui l’a tenue au repos forcé l’automne dernier. « Je suis très contente et même surprise de mes résultats, surtout après ma blessure. J’avais une tendinite au genou qui traînait depuis plusieurs années. En octobre dernier, le diagnostic est tombé et il a fallu que je prenne du repos, que j’arrête complètement de courir pendant trois mois. J’ai fait des traitements de physio et j’ai recommencé progressivement à courir à la mi-janvier pendant un bon bout de temps. Je ne pensais pas que j’aurais une aussi bonne saison ! », explique celle qui amorcera des études en agroéconomie cet automne.

D’ici là, elle prendra part à une compétition de la Super League Triathlon, un circuit international de compétitions de triathlon qui se déroulent dans un format spécial. « Les trois premières se qualifient pour la Ligue mondiale du circuit, qui réunit les meilleures triathlètes au monde », mentionne-t-elle.

Puis, elle participera à deux rendez-vous de la série Grand Prix, l’une à Duchesnay et l’autre à Valleyfield. « Ça donne des points pour le classement de la série Grand Prix et il y a aussi des bourses », de conclure la triathlète, qui n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin.