Denise Simard, Guylaine Lalancette et Marlen Laliberté seront les seules représentantes régionales à la deuxième édition du Trek Rose Trip au Maroc, un rallye à pied dans le désert.

Trek Rose Trip au Maroc: un rallye à pied pour une bonne cause

Les Dolmissoises Guylaine Lalancette, Denise Simard et Marlène Laliberté sortiront de leur zone de confort du 31 octobre au 6 novembre lors de la deuxième édition du Trek Rose Trip au Maroc. En prime, elles amasseront des fonds pour une cause qui leur tient à coeur, soit la lutte au cancer du sein.

«C’est ce qui nous a attirées au départ. C’est une activité physique et en plus, c’est pour une bonne cause. On est trois infirmières dans le domaine de la santé et on sait très bien que le cancer du sein est un gros problème de société», fait valoir Guylaine Lalancette dans une entrevue téléphonique. Elles devaient amasser un minimum pour la recherche internationale et l’excédent sera remis à la Fondation du cancer du sein du Québec. Elles assument personnellement les dépenses de leur voyage.

Parrainé par la même organisation que le Trophée Roses des Sables qui se fait en jeep, le Trek Rose Trip est basé sur le même concept, mais à pied. Les participantes devront franchir une distance quotidienne en plus de rallier des balises dont le nombre reste à déterminer. Pour s’orienter, le GPS est proscrit. Elles pourront toutefois se servir d’un rapporteur topographique dans leur planification et s’orienter avec une boussole. En tout temps, elles seront reliées à un satellite qui permet aux organisateurs de les localiser et ainsi éviter qu’elles s’égarent sérieusement. «Sur papier, c’est entre 18 et 23 kilomètres par jour. Il faut être justes avec notre boussole. Si on dévie un peu, on peut monter à 20-25 et 30 kilomètres dans le désert. Ça va vite. Quand tu prends les distances avec la boussole, si tu te trompes d’un degré, sur une longue distance, quand tu arrives au bout, tu as dévié pas mal», fait remarquer Guylaine Lalancette.

Les trois amies, qui se préparent à cette aventure depuis près d’un an, quitteront le Québec dimanche en direction de Casablanca. Une fois sur place, elles se rendront dans le désert de Merzouga près de la frontière est avec l’Algérie. Habituées à la marche longue distance et en montagne, elles devront composer avec des éléments nouveaux. «On ne connaît pas le désert. Tu as de la chaleur, tu peux avoir des tempêtes de sable et aussi toutes les bestioles qu’on ne connaît pas. Il y a toutes sortes de choses auxquelles on peut être confrontées. C’est un défi par rapport au fait que c’est de l’inconnu», convient Guylaine Lalancette, mentionnant qu’elles ont fait beaucoup de marche sur la plage au cours des derniers mois, afin de s’habituer au rythme beaucoup moins rapide que sur une surface plus dure.

Guylaine Lalancette, Denise Simard et Marlène Laliberté ont décidé de s’inscrire dans la catégorie intermédiaire Open+. Elles devront donc faire face à des difficultés supplémentaires sur le parcours. «Le défi physique nous appelait beaucoup et dans un endroit qu’on ne connaît pas. On est des aventurières au départ. Ça va être un beau trip», fait valoir Guylaine Lalancette.

Il est possible de suivre leur périple sur leur page Facebook (Roses sauvages) qui contient également toutes les coordonnées pour participer à leur collecte de fonds sur le site Gofundme.