Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Présenté exceptionnellement en novembre, le dernier Tournoi des Maîtres a couronné Dustin Johnson, qui a reçu son veston vert des mains du précédent vainqueur du prestigieux tournoi, Tiger Woods.
Présenté exceptionnellement en novembre, le dernier Tournoi des Maîtres a couronné Dustin Johnson, qui a reçu son veston vert des mains du précédent vainqueur du prestigieux tournoi, Tiger Woods.

Tournoi des Maîtres : enlevant jusqu’à la fin!

Réal Labbé
Réal Labbé
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Avril 2020. Le temps s’est arrêté au club de golf Augusta National. Tout était pourtant prêt pour recevoir le 84e Tournoi des Maîtres qui promettait beaucoup d’action avec la présence du champion défendant Tiger Woods.

Malheureusement, la pandémie a forcé les dirigeants à tout mettre sur pause, comme plusieurs grands rendez-vous sportifs, et il leur a fallu attendre jusqu’en novembre pour présenter ce prestigieux tournoi sur les terres de Bobby Jones. Des terres privées de spectateurs, «patrons» comme on les appelle en anglais. Le Masters reprend ses droits en 2021 et aura lieu cette semaine, du 8 au 11 avril, pour respecter une tradition de présenter le tournoi dans la semaine du premier lundi d’avril.

Malgré l’absence d’une foule toujours respectueuse et enthousiaste, en plein mois de novembre 2020, les joueurs ont à nouveau donné tout un spectacle et, encore une fois, le dernier neuf trous, le dimanche, a fourni son lot d’excitation pour se conclure avec le couronnement de Dustin Johnson, dont il s’agissait du premier triomphe à ce tournoi.

Année après année, le deuxième neuf du parcours Augusta National continue de garder spectateurs et téléspectateurs du dimanche sur le qui-vive. Ça devrait être encore le même scénario dans quelques jours si l’on se fie au déroulement des derniers tournois du circuit PGA Tour où les changements de meneurs se sont multipliés. On ne serait pas surpris d’assister à de la prolongation.

Des moments toujours excitants surtout que ça se déroule tout de suite après la dernière ronde régulière, contrairement à ce qui se passait dans les premières années du tournoi.

Le dernier vainqueur en prolongation a été Sergio Garcia en 2017, mais les plus jeunes amateurs se souviennent mieux du spectaculaire coup de Bubba Watson qui lui a permis de revêtir son premier veston vert en 2012. Au deuxième trou de prolongation, le numéro 10, le joueur gaucher a expédié son coup de départ dans les arbres à la droite de l’allée. Tout le monde pensait que c’en était fini de lui.

Les images de la télé semblaient le confirmer aussi. Mais Watson avait vu une ouverture entre les arbres. Son jeu était d’imprimer à la balle un immense crochet de gauche à droite pour contourner les arbres. La balle est tombée au bord du vert puis a roulé jusqu’à dix pieds de la coupe. Ses deux coups roulés pour la normale lui ont permis de vaincre Louis Oosthuizen.

Plus récemment, c’était Garcia qui avait eu le meilleur sur Justin Rose. Que c’était beau de voir ces deux grands amis se disputant le titre de la prestigieuse compétition remonter l’allée du 18e trou au Augusta National. Grâce à un roulé réussi de 12 pieds, pour un oiselet, le golfeur espagnol avait mis fin à une disette de 73 tournois majeurs sans victoire.

36 TROUS

La prolongation ne s’est pas toujours déroulée immédiatement après la dernière ronde. En 1935, c’était un marathon de 36 trous que les joueurs devaient disputer en prolongation. Gene Sarazen a bien réussi à vaincre Craig Wood par un pointage total de 144 contre 149, mais ce que l’histoire retiendra également, c’est son albatros (2 coups pour une normale 5) réalisé lors de la dernière ronde régulière, l’aidant à terminer à égalité en tête avec Wood. Rapidement Sarazen aura marqué le Tournoi des Maîtres dès ses débuts.

Et si les deux joueurs s’étaient retrouvés à égalité une autre fois, ils auraient disputé un autre duel de 36 trous le lendemain.

Les dirigeants du Augusta National ont convenu d’y aller ensuite avec une prolongation de 18 trous pour déterminer le gagnant en cas d’égalité. Jusqu’en 1970 il y a eu cinq prolongations de 18 trous, avec des victoires pour Byron Nelson contre Ben Hogan en 1942; puis Sam Snead contre Ben Hogan en 1954; suivi en 1962 d’Arnold Palmer contre Gay Player et Dow Finsterwald; Jack Nicklaus contre Tommy Jacobs et Gay Brewer en 1966 et finalement Billy Casper contre Gene Littler en 1970.

Petit à petit, les tournois du circuit PGA Tour ont adopté les prolongations en faisant jouer des trous supplémentaires immédiatement après la dernière ronde régulière. Ainsi les amateurs avaient la chance d’assister au couronnement d’un champion la même journée plutôt que d’apprendre le nom du gagnant le lendemain, car pour la plupart des spectateurs, il leur était impossible de demeurer sur les lieux une journée de plus pour la ronde supplémentaire.

Au total, le Tournoi des Maîtres a été remporté 17 fois en prolongation. Le premier joueur à le faire selon la nouvelle formule des trous supplémentaires a été Fuzzy Zoeller en 1979. Les plus âgés se souviendront de la dramatique victoire de Larry Mize en 1987 aux dépens de Seve Ballesteros et Greg Norman quand son coup d’approche de 140 pieds au 11e trou, s’est retrouvé dans la coupe pour permettre à un joueur qui n’avait pas le statut de super vedette comme ses deux adversaires d’enfiler le tant convoité veston vert.

Présenté exceptionnellement en novembre, le dernier Tournoi des Maîtres a couronné Dustin Johnson, qui a reçu son veston vert des mains du précédent vainqueur du prestigieux tournoi, Tiger Woods.

Nick Faldo, maintenant commentateur à CBS, fait également partie de l’histoire des prolongations de deux façons. À part Jack Nicklaus et Tiger Woods, il est le seul à avoir remporté deux victoires consécutives au Tournoi des Maîtres, et à chaque occasion, ce fut à la suite de trous supplémentaires, la première fois en 1989 contre Scott Hoch puis l’année suivante contre Ray Floyd.

Cette année, bien malin qui peut prédire le vainqueur et on pourrait bien être témoin d’une 18e prolongation, un événement toujours spectaculaire.

+

DANS L’ORBITE DU TOURNOI

Les spectateurs

Si le Tournoi des Maîtres 2020 n’a pas vu de spectateurs au mois de novembre il en sera autrement pour celui d’avril 2021 alors que quelques milliers de chanceux pourront franchir les barrières du club Augusta National. Cependant il faudra mieux ne pas enfreindre les règles sanitaires. Même chose du côté des médias dont le nombre est encore restreint, comme en novembre dernier, ce qui m’oblige à patienter jusqu’en 2022 afin de couvrir le Tournoi des Maîtres pour une 15e fois.

Pas de Tiger

Il manquera un gros morceau au Masters de 2021 avec l’absence de Tiger Woods. Le détenteur de quatre vestons verts se remet de sérieuses blessures subies lors d’un accident de la route il y a quelques semaines en Californie. Tiger avait le don de rendre excitantes ses participations au tournoi et des milliers de spectateurs s’agglutinaient tout au long de son parcours, emportant avec eux une frénésie inégalée au 18e trou.

Dustin, Justin, Bryson

Seulement trois fois dans l’histoire du Tournoi des Maîtres des joueurs ont pu défendre leur titre avec succès, soit Jack Nicklaus (1965-1966), Nick Faldo (1989-1990) et Tiger Woods (2001-2002). Le champion de 2020, Dustin Johnson réussira-t-il à devenir le quatrième? La compétition est plus vive que jamais et il faudra surveiller les Justin Thomas et son jeu solide, Bryson DeChambeau et ses coups de canon qui lui permettent de prendre toutes les normales cinq en deux coups, ou bien Jordan Smith qui retrouve sa touche ou encore le Canadien Corey Conners qui a présenté de belles performances cette saison. Réal Labbé (collaboration spéciale)