Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après avoir échappé le maillot du meilleur grimpeur lundi, le Québécois Nickolas Zukowsky (Rally) a mis la main sur le convoité maillot mardi, dans le cadre du Tour de Suisse.
Après avoir échappé le maillot du meilleur grimpeur lundi, le Québécois Nickolas Zukowsky (Rally) a mis la main sur le convoité maillot mardi, dans le cadre du Tour de Suisse.

Tour de Suisse: Nickolas Zukowsky enfile le maillot du meilleur grimpeur

Sportcom
Article réservé aux abonnés
La deuxième fois aura été la bonne pour Nickolas Zukowsky (Rally), qui a profité de la troisième étape du Tour de Suisse, mardi, pour ravir le maillot de meilleur grimpeur au Suisse Tom Bohli (Cofidis/ Solutions Crédits). Ce dernier avait devancé le Québécois au classement de la course de lundi.

Le cycliste de Sainte-Lucie-des-Laurentides a complété l’épreuve de 182,1 kilomètres disputée entre Lachen et Pfaffnau au 68e rang, à 1min32s du gagnant, Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix). Cette performance a permis à Zukowsky de doubler Bohli, 140e du jour (+9 min25s), au classement général provisoire et de lui prendre le maillot convoité, même s’ils ont tous les deux 10 points.

« Ça fait toujours moins mal aux jambes quand on finit sur une bonne note ! » a lancé d’emblée Zukowsky lors d’un entretien téléphonique avec Sportcom.

« On savait qu’il y avait deux manières de lui prendre le maillot, soit d’aller dans l’échappée ou de le dépasser (Tom Bohli) au classement général. On a bien géré ça en début d’étape et j’ai pu conserver de l’énergie pour le final afin de m’assurer de finir en avant de lui », a indiqué le champion du Grand Prix de Saguenay 2019.

Victime de crampes lors de la course de lundi, le cycliste de 23 ans a de nouveau ressenti des inconforts durant la course, mais l’effort collectif de l’équipe Rally lui a permis de poursuivre jusqu’au bout et d’atteindre l’objectif fixé en début de journée.

« J’ai encore eu quelques petites crampes aujourd’hui (mardi), mais les gars ont fait un super boulot et j’ai pu continuer à pousser. J’ai pu me conserver et, à la fin, on a roulé “all out” ! Je suis très content d’avoir poussé et ç’a valu la peine », a poursuivi Zukowsky en riant.

Pour une deuxième journée de suite, van der Poel a été le premier à franchir la ligne d’arrivée. Il a devancé au sprint les Français Christophe Laporte (Cofidis, Solutions Crédits) et Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), respectivement deuxième et troisième.

Boivin et cie

Également du Tour de Suisse, les Québécois Guillaume Boivin (Israel Start-up Nation), Hugo Houle (Astana – Premier Tech) et James Piccoli (Israel Start-Up Nation) se sont classés 58e, 69e et 139e.

En vertu de sa seconde victoire, van der Poel a pris les commandes du classement général provisoire devant Alaphilippe (+1 seconde) et l’ancien maillot jaune, le Suisse Stefan Küng (Groupama-FDJ, +4 secondes).

Les coureurs seront de retour sur les routes suisses, mercredi, pour disputer la quatrième étape qui reliera Sankt Urban et Gstaad sur 171 kilomètres. Nickolas Zukowsky aura alors la tâche de défendre son maillot contre quelques-uns des meilleurs cyclistes au monde.

« C’est un bel objectif, mais je demeure réaliste. Je pense que c’est possible de garder le maillot pour au moins une ou deux autres étapes. Les sensations sont bonnes malgré les crampes et je suis confiant de faire une bonne course. C’est une grosse compétition et je sais que je n’ai pas le plus gros moteur, mais je vais en profiter au maximum et je vais me battre pour le garder le plus longtemps possible ! » a-t-il conclu.

Duchesne se retire

Au Challenge du mont Ventoux, en France, le cycliste natif de Chicoutimi, Antoine Duchesne (Groupama-FDJ), a pris part à l’échappée du jour qui comptait six coureurs, avant de finalement se retirer de cette course remportée par le Colombien Miguel Angel Lopez (Movistar).

« Je me sentais bien au départ ! C’était quand même difficile les petites bosses pour sortir (du peloton), mais je connaissais le parcours par cœur. C’était assez ardu et le peloton n’a pas voulu que ça dure trop longtemps. Le tempo a été élevé, sans répit », a indiqué celui qui était de retour à la compétition après avoir complété le Tour d’Italie il y a un peu plus d’une semaine.

« L’échappée était pas mal la seule chose que je pouvais faire aujourd’hui, mais après le premier Ventoux, j’en avais assez ! C’était bien comme course post-Giro et maintenant, place au repos », a-t-il conclu.

Le Saguenéen prévoit profiter de quelques semaines de congé avant de reprendre l’entraînement en vue de son retour à la compétition à la fin juillet. Il ne sera donc pas du Tour de France programmée du 26 juin au 18 juillet. Avec Johanne Saint-Pierre