Geraint Thomas (devant) a remporté sa deuxième étape de suite tandis que le Britannique Chris Froome (deuxième) a pris la quatrième place, quelques secondes derrière Thomas.

Tour de France: Thomas prend goût au jaune

L’ALPE D’HUEZ — L’Alpe d’Huez au sprint! Le Gallois Geraint Thomas, porteur du maillot jaune, a gagné jeudi la 12e étape du Tour, son deuxième succès en deux jours, au milieu d’un public largement hostile.

«Incroyable! Jamais je n’aurais cru possible de l’emporter ici, a commenté le gagnant du jour. C’est le genre de moment marquant qui restera gravé dans ma mémoire pour toujours.»

Pour le succès d’étape, Thomas, vainqueur la veille à La Rosière, a disposé dans la dernière ligne droite du Néerlandais Tom Dumoulin et du Français Romain Bardet, les adversaires les plus consistants de l’équipe Sky en cette chaude journée.

«Je ne suis pas content de moi. Thomas était meilleur mais, quand quelqu’un est meilleur, il faut essayer d’être plus malin que lui», a commenté Dumoulin, déjà deuxième la veille.

Le quadruple vainqueur du Tour, le Britannique Chris Froome, a quant à lui pris la quatrième place, quelques secondes derrière Thomas. Au classement général, Froome compte désormais 1:39 sec de retard sur son coéquipier.

Mais Thomas a répété une nouvelle fois que la hiérarchie demeurait inchangée au sein de la Sky.

«Je l’ai dit hier [mercredi], ‘‘Froomey’’ reste le leader. Sur trois semaines, il offre des garanties. Et moi, sur un jour, je peux tout perdre», a déclaré Thomas.

Dans la montée de l’Alpe d’Huez (13,8 km), le maillot jaune s’est d’ailleurs comporté en lieutenant pour Froome. Après un gros travail du néophyte, mais très prometteur Egan Bernal (21 ans), la pépite du cyclisme colombien.

À l’inverse, le porte-drapeau du cyclisme andin, Nairo Quintana, a été distancé dans les sept derniers kilomètres et a lâché une cinquantaine de secondes.

«J’étais à plein régime et j’ai même tenté d’accélérer le rythme avec une attaque. Mais je n’avais plus rien dans mon réservoir», a expliqué Quintana, deux fois deuxième du Tour (2013 et 2015).

Quant à l’autre leader colombien, Rigoberto Uran (deuxième l’an dernier), encore incommodé par les séquelles de sa violente chute lors de l’étape de dimanche, il a finalement été contrait de se retirer de la compétition. Mercredi, il a terminé 30e, à plus de 31 minutes de Thomas.

Huées et incident

Thomas, 32 ans, est le premier Britannique vainqueur à l’Alpe d’Huez. Il est aussi le premier maillot jaune à s’imposer depuis Lance Armstrong en 2004, avant que l’Américain ne soit déchu de ses titres pour dopage.

Dans la montée, Froome a essuyé une nouvelle fois des sifflets, comme souvent depuis le départ de Vendée. Selon les images télé, un spectateur s’est avancé vers lui et l’a touché au niveau de l’épaule droite.

«La folie de l’Alpe d’Huez», a commenté le vainqueur sortant sur son compte Twitter après l’arrivée, avec une photo de son passage au niveau du virage des Hollandais, sous les fumigènes orange.

Son équipe, Sky, avait fait part de ses craintes face à la réaction du public. Les étapes de montagne et les arrivées au sommet étaient notamment redoutées.

Après une présentation des équipes en Vendée à La-Roche-sur-Yon sous les sifflets, la tension s’était un peu calmée autour du quadruple vainqueur du Tour de France, avec deux premières journées dans les Alpes sans incident majeur, mais elle a fortement rejailli dans la montée de l’Alpe d’Huez.

Des huées ont également accueilli Thomas lors de la cérémonie protocolaire sur le podium.

«Si les gens n’aiment pas la Sky, ça ne me pose pas de problème, ça va. Mais il faut juste que les gens nous laissent courir, et ne touchent pas les coureurs. Chacun a le droit d’exprimer son opinion, mais il fait laisser la course se dérouler normalement», a estimé Geraint Thomas, coéquipier de Froome.  Avec AP

+

L’Italien Vincenzo Nibali souffre d’une fracture d’une vertèbre, conséquence de sa chute lors de la 12e étape, jeudi, et est contraint d’abandonner le Tour, a annoncé son équipe, Bahrein.

FRACTURE VERTÉBRALE POUR NIBALI

L’Italien Vincenzo Nibali, qui souffre d’une fracture d’une vertèbre, conséquence de sa chute lors de la 12e étape, jeudi, à l’Alpe d’Huez, est contraint d’abandonner le Tour, a annoncé son équipe, Bahrein.

Nibali a consulté dans un premier temps le centre médical du Tour installé près de l’arrivée avant de prendre la direction de l’hôpital de Grenoble. Le vainqueur du Tour 2014 souffre d’une vertèbre fracturée, la dixième, a précisé le médecin de l’équipe, le Dr Emilio Magni.

Après avoir chuté lourdement à 4 km de l’arrivée, Nibali a pu reprendre la course, terminant même l’étape à la septième place, à 13 secondes du vainqueur Geraint Thomas. «Bardet était devant avec 10 secondes d’avance. Au milieu, il y avait des motos et la route s’est rétrécie. Il y avait deux motos de la gendarmerie et Froome a accéléré. J’ai suivi, mais il y a eu un ralentissement et je suis tombé, a raconté Nibali.

«Je suis reparti, mais, à un moment, je n’arrivais même pas à respirer. J’ai serré les dents, a poursuivi l’Italien. «J’avais de bonnes sensations, mes jambes tournaient très bien. Ma première attaque, c’était pour tester mes adversaires. Mais j’avais prévu d’essayer encore plus près de l’arrivée.»

Après l’arrivée, son équipe a demandé, en vain, à ce qu’il soit classé dans le temps du groupe auquel il appartenait au moment de l’incident. En s’appuyant sur le précédent de Froome datant de l’étape du Ventoux, après une chute provoquée par une moto pendant le Tour de 2016.

Au classement général, le «Requin de Messine» occupe la quatrième place à 2:37 de Thomas. L’Italien, au palmarès impressionnant, est l’un des sept coureurs à avoir gagné les trois grands tours.  AFP

+

D'AUTRES GROS NOMS DÉCLARENT FORFAIT

Outre l’abandon du Colombien Rigoberto Uran, d’autres cyclistes étoiles ont aussi hissé le drapeau blanc pendant l’étape de jeudi à l’Alpe d’Huez.

Ainsi, le Colombien Fernando Gaviria, le Hollandais Dylan Groenewegen et l’Allemand Andrew Greipel ont tous annoncé leur abandon. Gaviria avait gagné la première étape de son premier Tour de France en carrière, avant de triompher de nouveau lors de la quatrième étape. Pour sa part, Groenewegen avait gagné quelques sprints à la fin des septième et huitième étapes. De son côté, Greipel a signé 11 victoires d’étape en carrière sur le Tour.  AP