Le Britannique Chris Froome a reculé en quatrième place au classement général, à 13 secondes de Roglic, alors qu'il ne reste que deux étapes avant la fin du Tour de France.

Tour de France: Froome recule au lieu d’avancer

LARUNS — Pendant que Geraint Thomas renforçait son emprise sur le maillot jaune lors de la dernière étape de montagne du Tour de France, vendredi, son coéquipier chez Sky, le quadruple champion Chris Froome, a perdu sa place provisoire sur le podium.

La 19e étape, la dernière en montagne, a été remportée par le Slovène Primoz Roglic.

Roglic, un ancien spécialiste de saut à ski de l’équipe Lotto NL-Jumbo, a terminé 19 secondes devant Thomas, avec le Français Romain Bardet à la troisième place avec le même chrono.

«J’avais les jambes aujourd’hui, a confié Roglic. J’ai vraiment essayé plusieurs fois de me détacher et j’ai finalement réussi dans la descente.»

Deuxième de l’étape, Thomas a légèrement augmenté son avance en tête, lui qui devance le Néerlandais Tom Dumoulin par 2:05. Il ne lui reste plus que deux étapes à franchir pour confirmer sa victoire.

«Ça va être une journée difficile demain [samedi]. Je suis vraiment crevé, a déclaré Thomas. J’essaie toujours de ne pas m’emballer.»

À 48 heures des Champs-Élysées, la lutte pour le podium reste donc très ouverte derrière Thomas. Dumoulin, deuxième, aborde le contre-la-montre — le Néerlandais est champion du monde de la discipline — avec un avantage de 19 secondes sur Roglic.

Froome, lui, a reculé en quatrième place, à 13 secondes de Roglic.

Troisième en contre-la-montre aux derniers Mondiaux et aussi aux derniers Jeux olympiques, le vainqueur sortant du Tour peut espérer reprendre place sur le podium. Mais le Slovène, vainqueur cette année du «chrono» du Tour du Pays basque, est lui aussi un spécialiste de ce type d’épreuve.

Descente décisive

Âgé de 28 ans, Roglic, qui a intégré une équipe de haut niveau seulement en 2016, a enlevé vendredi son deuxième succès dans le Tour. Il avait remporté l’an passé l’étape de Serre-Chevalier après avoir franchi le Galibier en tête.

Roglic, qui est apparu le plus tranchant dans la montée de l’Aubisque, a ensuite renforcé son avance dans la longue descente de 20 kilomètres menant à Laruns. 

«Je ne pensais pas au podium quand j’ai attaqué, je pensais à la victoire d’étape», a déclaré le vainqueur du jour. «Je savais que le moindre écart serait difficile à boucher dans la descente».

Thomas, lui, s’est déclaré «content» du résultat : «Dumoulin était notre plus grande menace. Mais on s’est rendu compte que Roglic était le plus fort. J’ai dit à [Egan] Bernal de laisser Dumoulin boucher les trous et ça a marché.»

Quintana et Sagan souffrent

L’étape de vendredi a condamné le Colombien Nairo Quintana, au lendemain de sa chute qui l’a laissé meurtri. Le vainqueur de l’étape du col du Portet a terminé à plus de sept minutes de Roglic.

«J’ai mal partout, surtout à la hanche, je ne pouvais pas me mettre debout sur les pédales. Mais j’ai continué à me battre», a déclaré le Colombien.

Quant au porteur du maillot vert, le Slovaque Peter Sagan, il a souffert mille maux deux jours après sa chute dans la descente du col d’Azet.

«Si j’avais été sur une classique, j’aurais abandonné. Et je pense que ça aurait été différent si je n’avais pas eu le maillot vert sur les épaules», a réagi le champion du monde. «L’étape tout entière a été difficile pour moi. Ma pire journée depuis dix ans sur un vélo!»

+

LE TDF EN BREF

Tradition bien Française

Le passage en tête au sommet du col du Tourmalet est devenu dans les années 2010 une tradition française. Depuis l’arrivée au sommet en 2010, seul le Polonais Rafal Majka (2015) est venu s’imicer dans le palmarès tricolore : Christophe Moreau (2010), Anthony Roy (2011), Thomas Voeckler (2012), Blel Kadri (2014) et Thibault Pinot (2016). Vendredi, Julian Alaphilippe (photo) a perpétué cette bonne habitude, en passant en tête pour s’assurer un peu plus le maillot blanc à pois rouges de meilleur grimpeur.  AFP

***

En selle pendant une année... bisextile

Le Français Sylvain Chavanel de la formation Direct Energie a établi vendredi un nouveau record sur les routes du Tour de France. Selon les statisticiens, le cycliste de 39 ans a passé son 366e jour sur la Grande Boucle, dépassant le Néerlandais Joop Zoetemelk, l’ancien détenteur de la marque de référence de 365 jours sur le vélo pour le Tour de France. En revanche, Chavanel, qui a annoncé que ce sera son dernier Tour, arrêter de rouler à court du record de 62 855 km parcourus en 16 Tours par Zoetemelk.  AFP