La saga des terrains de tennis au tennis parc Saint-Jacques (photo) étant maintenant chose du passé, l’École de tennis Delisle-Poirel peut se concentrer sur l’offre d’entraînements matinaux pour les jeunes du sport-études et du programme des Petits As, en plus de ligues en simple en soirée. Ce qui n’est pas le cas au parc Rosaire-Gauthier, où les ligues structurées sont en pause. Les accès aux terrains sont toutefois gratuits.
La saga des terrains de tennis au tennis parc Saint-Jacques (photo) étant maintenant chose du passé, l’École de tennis Delisle-Poirel peut se concentrer sur l’offre d’entraînements matinaux pour les jeunes du sport-études et du programme des Petits As, en plus de ligues en simple en soirée. Ce qui n’est pas le cas au parc Rosaire-Gauthier, où les ligues structurées sont en pause. Les accès aux terrains sont toutefois gratuits.

Tennis au Saguenay: de saison frileuse à bien remplie

Le tennis fait partie des sports qui ont la cote en cet été de pandémie.

Au terrain privé de la famille Bordeleau, à Chicoutimi-Nord, le responsable Jean Bordeleau assure que ses terrains sont fort prisés malgré les consignes sanitaires. « On n’a jamais eu autant de monde que cette année », assure-t-il en entrevue téléphonique. Ce dernier ajoute qu’il n’a aucune difficulté à faire respecter les mesures sanitaires pour le jeu en simple.

Récemment, le gouvernement a autorisé le tennis en double, ce qui devrait combler encore quelques espaces de plus à la grille de disponibilité du terrain. Le grand manitou du terrain ne s’attend pas à ce que ce soit plus complexe de faire respecter les règles sanitaires pour le double qu’il accueillera dès lundi prochain.

D’ailleurs, pour les adeptes de tennis désireux de louer un temps de jeu, sachez que le samedi est actuellement la journée où il y a le plus de plages disponibles. Dans tous les cas, les personnes intéressées devront réserver au 418-543-1809 avant de se présenter.

Parc Saint-Jacques

Au parc Saint-Jacques, la saga des terrains de tennis est close et les courts sont superbes. L’école de tennis Delisle-Poirel a su s’adapter rapidement au contexte de la COVID-19. Plutôt que d’offrir les camps de tennis/soccer comme par le passé, les dirigeants ont opté pour les entraînements de tennis en matinées seulement depuis le 22 juin. La réponse a été très bonne. Le camp accueille environ une douzaine de joueurs par semaine et peut monter jusqu’à 16 joueurs. De fait, dans l’entente avec la Ville, l’école Delisle-Poirel a deux courts réservés et les autres sont pour le public.

« Les camps ne sont pas pour les débutants, précise Jean-Arnaud Poirel. C’est de l’entraînement pour les jeunes ayant déjà un bagage de tennis comme les Petits As, les jeunes du sport-études, etc. On l’a proposé parce qu’on n’a pas offert de camp tennis/soccer cette année, car c’était trop compliqué d’avoir les jeunes toute la journée avec les contraintes actuelles. Les entraînements de tennis ont lieu quatre matins par semaine, et sont offerts durant huit semaines. Et effectivement, c’est assez populaire. Le nombre (de jeunes) varie d’une semaine à l’autre, mais ça fonctionne bien. »

Grâce à une entente avec Saguenay, il est possible de jouer dans l’une des deux ligues en simple et de réserver des terrains durant tout l’été en achetant la carte de membre au coût de 35 $ taxes incluses. « On a une bonne entente avec la Ville. Le soir, nous avons une personne au poste d’accueil qui anime un peu. Il y a aussi deux ligues en simple en soirée. Le double est permis depuis deux semaines, mais les gens ont décidé de jouer en simple. Ils peuvent réserver des terrains entre 17 h 30 et 22 h du lundi au jeudi en téléphonant durant ces heures au 418 944-5690.

Évidemment, à l’entrée des terrains, il y a du Purell et les consignes sanitaires sont appliquées : respect du deux mètres, balles identifiées au nom des joueurs, etc. Pour l’instant, le beau temps est au rendez-vous de sorte que Caroline Delisle et Jean-Arnaud Poirel n’ont pas vraiment eu besoin de joueur à l’intérieur, soit au club de tennis intérieur Saguenay. Des installations ont été aménagées au club pour accueillir les joueurs. Reste maintenant à savoir si le gouvernement ordonnera le port du masque dans les sites intérieurs fermés. Pour les gens qui désireraient en savoir plus sur les ligues, cours et location de terrains, il suffit de composer le 418-548-3179 et de laisser un message.

Pas de ligues à Rosaire-Gauthier

À l’inverse, les ligues structurées comme c’était le cas au parc Rosaire-Gauthier font relâche cet été, mais le terrain reste accessible pour la pratique récréative. Tous les terrains de Saguenay sont d’ailleurs accessibles gratuitement, mais il faut quand même réserver et observer les consignes sanitaires en place.

Pour l’enseignant de tennis Daniel Guimond et animateur des ligues de ce terrain municipal, c’est évidemment une déception. Habituellement, il y avait des camps d’été et des ligues en soirée, mais la pandémie a fait en sorte que ce tennis structuré n’a pu être mis en place.

« Toutes les activités en tennis ont été annulées à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), de sorte qu’il n’y a rien d’offert. C’est uniquement du récréatif. La Ville a décidé que ce serait non payant. De jeunes étudiants ont été embauchés pour les réservations et l’entretien du terrain », souligne M. Guimond, qui se désole de l’absence de camp de tennis. « À l’UQAC, sur la multitude de camps offerts, ceux de tennis se remplissent toujours les premiers. Mais on doit vivre avec les décisions prises au moment où on avait un confinement très restrictif », convient celui qui est associé au tennis à Rosaire-Gauthier depuis 24 ans.

L’enseignant de tennis ne restera pas inactif pour autant. À compter de lundi, il prendra la direction du club Montcalm à Québec, où son fils Jean-Michel Guimond agit comme professionnel en chef, et il se joindra à l’équipe d’entraîneurs en place pour les camps d’été au moins pour les deux ou trois prochaines semaines.

Pour ce qui est des terrains de tennis de Saguenay, consulter le site https://loisirs.saguenay.ca/.