Le contrat de Jake Muzzin arrive à échéance à l’été 2020.

Une bonne année pour transiger ?

CHRONIQUE — À TRAVERS LA LNH / Les réseaux de télévision sportifs canadiens regorgent d’analystes de qualité. Je suis sérieux. Il faut un sacré talent, depuis quelques années, pour meubler des heures de temps d’antenne, lors des émissions spéciales de la date limite des transactions.

Il fait encore noir, à l’extérieur, quand les spécialistes débarquent en ondes. Pendant des heures, ils déballent leur bagage de connaissances en attendant des feux d’artifice qui arrivent de plus en plus tard. Et qui finissent souvent par nous laisser sur notre appétit.

La parité est forte dans la LNH. Les clubs vendeurs ne sont pas nombreux.

La vaste majorité des vedettes sont sous contrat à long terme. Les joueurs de location de qualité sont moins nombreux qu’avant.

La date limite des transactions de la saison 2018-19 pourrait cependant rompre avec la récente tradition. À 40 jours de la date fatidique, il est encore tôt pour s’emballer. On trouve quand même, aux quatre coins de la LNH, quelques joueurs de talent à l’avenir incertain.

Les joueurs qui sont mentionnés dans le reste de cette chronique pourraient nous permettre de vivre une journée fertile en rebondissements, le 25 février prochain.

Jake Muzzin, défenseur, Kings

Techniquement, Muzzin n’est pas un joueur de location. Son contrat arrive à échéance à l’été 2020.

Il n’a pas nécessairement l’aura d’une superstar, mais sa présence au sein de l’équipe canadienne lors de la dernière Coupe du monde nous en dit long sur sa valeur dans le monde du hockey. Il est capable de bien jouer dans toutes les situations. Il peut affronter les meilleurs joueurs adverses pendant vingt minutes, chaque soir. En séries éliminatoires, l’équipe qui est capable d’étouffer les vedettes de l’autre camp a de bonnes chances de faire son bout de chemin.

« En tant qu’entraîneur, je trouve qu’il est incroyable. Il veut faire la différence, soir après soir. Nous n’avons pas besoin de lui montrer ses erreurs. Il sait d’instinct ce qu’il doit faire pour s’améliorer », confiait récemment l’entraîneur-adjoint Marco Sturm au Los Angeles Times.

Muzzin a le malheur d’appartenir à la pire équipe de l’Association Ouest. Les Kings n’ont pas le choix, ils doivent enclencher le processus de reconstruction.

Wayne Simmonds, ailier, Flyers

La LNH n’est plus aussi robuste qu’autrefois. C’est surtout vrai en saison régulière. Les thérapeutes des équipes qui ont le « bonheur » de gagner deux rondes éliminatoires ont du pain sur la planche ! L’infirmerie déborde.

Dans le contexte, toutes les formations qui aspirent à faire un bout de chemin aimeraient compter sur un joueur qui est capable d’encaisser des coups - et de rendre la monnaie de leur pièce à ses agresseurs !

Wayne Simmonds

« Plusieurs équipes ont déjà contacté le directeur général des Flyers, Chuck Fletcher. On ne trouve pas assez de joueurs, dans la LNH, qui sont maîtres dans l’art de patrouiller l’enclave durant les supériorités numériques. Si on ajoute à cela la vitesse, la force de caractère, la ténacité et la force physique de Simmonds, on trouve un joueur qui sera en demande dans le prochain mois », a récemment indiqué l’insider Bob McKenzie sur les ondes du réseau américain NBCSN.

Les Flyers, comme les Kings, ont besoin de faire du ménage.

Matt Duchene, centre, Sénateurs

Duchene n’est même pas le meilleur joueur des Sénateurs à se retrouver dans les rumeurs. Ce titre revient à Mark Stone. On accorde cependant à Stone des chances d’obtenir une prolongation de contrat avec le club dans les prochaines semaines. Si on se fie au bruit qui court, les négos avec l’agent de Duchene ne décollent pas.

Matt Duchene

On voit rarement un centre numéro un sur le marché, à cette période de l’année. C’est ce qui rend les choses intéressantes. Duchene produit à un rythme supérieur à un point par match, cette saison. Il voudra sans doute mettre les bouchées doubles de façon à terminer l’année en force, afin de redorer son image auprès des directeurs généraux, à quelques mois d’obtenir l’autonomie complète.

Gustav Nyquist, ailier, Red Wings

Grandir dans un club qui possède une tradition gagnante, ça compte ? Nyquist a passé une décennie complète dans l’organisation des Wings. Ces derniers n’ont pas l’habitude de se départir des joueurs qui leur rendent de bons services. 

Gustav Nyquist

Nyquist, qui est en train de connaître sa meilleure saison en carrière, n’a pas l’air trop enchanté face à cette perspective. « Je n’ai pas envie de spéculer là-dessus », a-t-il répondu sèchement à un reporter de L’Athlétique qui voulait lui parler de sa clause de non-échange...

Mats Zuccarello, ailier, Rangers

Un peu comme Nyquist, il a été l’homme d’une seule organisation dans la LNH. 

Mats Zuccarello

Il est revenu bien reposé d’un récent séjour sur la liste des blessés. Il a marqué trois buts à ses deux dernières parties.

Kasperi Kapanen, ailier, Maple Leafs

Les chances sont minces. Les équipes qui aspirent aux grands honneurs n’échangent pas trop souvent des joueurs de talent durant l’hiver. 

Kasperi Kapanen

Pour faire l’acquisition d’un défenseur de premier plan, les Leafs devront peut-être sacrifier quelqu’un...