Sylvain St-Laurent
Bill Daly souhaite que le repêchage amateur ait lieu le plus rapidement possible. D’ici un mois, si possible. Donc, avant de compléter la saison.
Bill Daly souhaite que le repêchage amateur ait lieu le plus rapidement possible. D’ici un mois, si possible. Donc, avant de compléter la saison.

Noël en juin

CHRONIQUE / La boutade n’est pas la mienne. C’est un partisan qui l’a lancée sur Twitter, en fin de semaine, et ça ressemblait à un bien étrange cri de joie.

«Ça prenait bien une pandémie mondiale, a gazouillé le jeune homme, pour que de bonnes choses arrivent, finalement, aux Sénateurs d’Ottawa!»

On parle bien entendu du mémo qui a été rédigé par le bras droit de Gary Bettman, Bill Daly.

Daly a envoyé ce mémo aux dirigeants des 31 équipes de la Ligue nationale de hockey, vendredi. On a laissé, presque instantanément, filtrer quelques détails dans les médias.

En gros, Bettman et Daly souhaitent que le repêchage amateur ait lieu le plus rapidement possible. D’ici un mois, si possible. Donc, avant de compléter la saison.

Cette nouvelle aurait déjà de quoi réjouir les partisans des Sénateurs. À l’Halloween, on s’en souvient, leur équipe était déjà pas mal sortie de la course aux séries et ils avaient déjà hâte au repêchage.

Ce n’est pas tout. Il reste l’épineuse question de la loterie à régler.

Encore une fois, dans son mémo, Daly fait une suggestion. Il propose de tout simplifier. En cette année particulière, une seule formation pourrait améliorer son sort. Et cette formation chanceuse ferait un bond de quatre rangs, au maximum.

En gros, ça signifie que les Sénateurs seraient assurés d’obtenir deux des quatre premiers choix.

Ils feraient partie des quatre équipes qui conserveraient des chances de réclamer Alexis Lafrenière.

Alexis Lafrenière

Ils auraient ensuite l’opportunité de repêcher ce futur centre numéro un, si important dans le contexte de la reconstruction de l’équipe.

Vraiment, les partisans des Sénateurs ont raison de s’emballer, face à cette perspective.

Avant même que la loterie ait lieu, leur équipe serait déjà grande gagnante.

*****

Il paraît que les dirigeants de certaines équipes ne sont pas très chauds à l’idée de tenir un repêchage, le mois prochain.

Au final, l’opinion de ces gens ne pèsera peut-être pas très lourd, dans la balance.

Ça revient à ce qu’on se disait, la semaine dernière. Gary Bettman a l’air préoccupé des effets à long terme de la crise sur l’entreprise qu’il dirige. Ça explique pourquoi il cherche, par tous les moyens, un façon de relancer ses activités au plus vite.

Le repêchage peut s’organiser assez rapidement et se dérouler de façon virtuelle, en respectant les directives de santé publique. La NFL nous l’a clairement démontré, il y a une dizaine de jours.

Ils ont obtenu des résultats étonnants, en plus. Aux États-Unis, la télédiffusion de l’événement a entraîné des cotes d’écoute record.

En organisant un repêchage au début du mois de juin, Bettman offrirait, par la bande, un gros cadeau à ses importants partenaires de télédiffusion.

Les journalistes qui travaillent au sein de ces réseaux font un boulot extraordinaire quand vient le temps d’informer leurs abonnés. Leurs collègues du service de la programmation, en revanche, ont grand besoin d’aide. Les matches rétro, ça fonctionne un peu comme un diachilon. Ça peut refermer certaines plaies pendant un bout de temps, mais ça ne peut pas soigner tous les maux.

*****

Le scénario proposé par Bill Daly contrarie certains directeurs généraux. Ça ne doit pas être le cas de Pierre Dorion.

Pierre Dorion

Son équipe a eu amplement le temps de bien se préparer.

Parce que les Sénateurs sont en renconstruction depuis presque trois ans, ses dépisteurs ont passé beaucoup de temps à suivre les plus beaux espoirs qui sont nés en 2001 ainsi qu’en 2002.

L’annulation des séries éliminatoires, dans plusieurs circuits de développement, leur a un peu compliqué la tâche. Ils ne pourront pas voir les joueurs à l’oeuvre, une dernière fois, dans des matches d’une importance capitale.

Ils vont s’en remettre.

Les innovations technologiques des dernières années permettent de compenser. Les hommes de hockey les plus passionnés ont passé les deux derniers mois scotchés devant leurs écrans, à voir et revoir des matches sur vidéo.

Les logiciels de conversation, par vidéo, permettent d’organiser des entrevues. De ce côté, ça se passe - presque - comme d’habitude.

Dorion et son équipe n’ont pas d’excuses. Si le repêchage est présenté au début du mois de juin, ils devront livrer la marchandise.

Si le plan qui est présentement à l’étude est finalement adopté, la LNH lui aura fait un beau cadeau. Il n’aura qu’à compléter la tâche.