Nino Niederreiter a marqué deux buts pour aider les Hurricanes à battre les Oilers dimanche soir.

Nino Niederreiter aura sa chance

CHRONIQUE — À TRAVERS LA LNH / La saison des transactions 2019 a officiellement pris son envol jeudi dernier, en fin d’après-midi, quand les Hurricanes de la Caroline ont arraché Nino Niederreiter au Wild du Minnesota.

On sentait que ça s’en venait. Les directeurs généraux les plus anxieux avaient commencé depuis un certain temps à s’échanger des joueurs des ligues mineures.

Ce premier pacte impliquant un joueur de fort calibre fait cependant passer les choses à la vitesse supérieure.

On attend toujours de voir les premiers acheteurs agressifs se manifester.

En échange de Niederreiter, le Wild a obtenu Victor Rask.

On peut donc ranger cette transaction dans la catégorie « problème contre problème ».

Rask a connu deux saisons de plus de presque 50 points, en Caroline, en début de carrière. Il piquait du nez, depuis. Il a marqué un seul but à ses 26 premiers matches, cette saison.

Niederreiter ? Même histoire, ou presque.

« Je le connais un peu pour l’avoir affronté, en tant qu’entraîneur, au fil des ans. On sait généralement à quoi s’en tenir, avec lui. Il n’a pas connu le meilleur début de carrière, mais quand il s’est retrouvé au Minnesota, sa carrière a véritablement pris son envol », commente le pilote des Hurricanes, Rod Brind’Amour.

L’ailier suisse a effectivement franchi le plateau des 20 buts à trois reprises, dans l’Association Ouest. Il aurait pu le faire une quatrième fois, l’an dernier, s’il n’avait pas raté une vingtaine de matches en raison d’une série de blessures au bas du corps.

« Cette saison, pour une raison que je ne connais pas, on ne lui a pas offert la même opportunité de se faire valoir, là-bas. Ici, nous allons lui offrir toutes les opportunités de se faire valoir. Nous voulons vraiment aller chercher le meilleur de lui. »

Brind’Amour a offert ces explications vendredi matin. Niederreiter venait de prendre part à sa première séance d’entraînement avec sa nouvelle équipe. À son premier match, quelques heures plus tard, il a été plutôt discret.

À son deuxième match, il a marqué deux buts dans une grosse victoire contre les Oilers d’Edmonton.

C’est donc bien parti.

À son premier match au Minnesota, Rask a préparé le but gagnant de son nouveau partenaire de trio, Zach Parise.

« Des blessures ont empêché Victor d’atteindre son plein potentiel avec nous », croit Brind’Amour.

« Quand il est arrivé, il avait l’air d’une future vedette. Des blessures l’ont fait dévier de son parcours. Parfois, quand un joueur se blesse, il peut finir par perdre son poste. Les choses n’ont pas très bien fonctionné pour Victor, ici, mais on lui souhaite la meilleure des chances à Minny. »

Les Hurricanes ont entrepris la semaine au 10e rang dans l’Association Est. On peut facilement s’imaginer que leur directeur général, Don Waddell, n’a pas terminé de travailler. Il va sans doute tenter d’améliorer à nouveau son équipe. La pression doit être assez forte. Il n’y a pas eu de hockey des séries éliminatoires depuis le début de la décennie.

« Jusqu’à maintenant, on m’a consulté avant chaque transaction. Je ne suis que l’entraîneur. Ça ne fait pas nécessairement partie de ma définition de tâches. J’apprécie qu’on m’implique dans les discussions », de conclure Brind’Amour.

***

Eberle, Strome, Spooner, ballottage

Les partisans des Oilers d’Edmonton ont l’air de souffrir davantage que n’importe qui, dans la LNH. Le directeur général Peter Chiarelli, principale tête de Turc, encaisse des critiques quotidiennement.

Un gazouillis est devenu viral, en milieu de journée. Un amateur particulièrement amer a très mal réagi quand le centre originaire d’Ottawa Ryan Spooner s’est retrouvé au ballottage.

Le fan a ravivé le souvenir de la transaction impliquant Jordan Eberle. Le 22 juin 2017, Chiarelli a obtenu les services de Ryan Strome en cédant Eberle aux Islanders de New York.

Cet automne, Chiarelli a fait l’acquisition de Spooner en renvoyant Strome à New York, chez les Rangers.

Après 24 matches en Alberta, Spooner est offert gratuitement à toutes les équipes.

Il est sous contrat jusqu’en juillet 2020 et il touche un salaire annuel de 4 millions $ US.

***

Trotz, héros sur Long Island ?

On parle beaucoup de Robin Lehner. Le gardien de but numéro un des Islanders traverse une forte séquence. Il a mérité la première étoile de la dernière semaine dans la LNH.

On oublie peut-être que son entraîneur, Barry Trotz, se porte plutôt bien, aussi. Il est retourné à Washington, où on a salué son travail accompli dans la conquête de la coupe Stanley de 2018. Quelques heures plus tard, il est reparti du Capitol One Arena avec la tête très haute. Les Islanders ont blanchi les Caps, 2-0, pour leur ravir le premier rang de la section Métropolitaine.

Le successeur de Trotz dans la capitale américaine, Todd Reirden, se porte un peu moins bien.

« Nous avons obtenu 19 lancers au but dans cette partie. Dix-neuf lancers, pour une équipe de notre calibre, c’est loin d’être suffisant », a-t-il craché.

Trotz serait-il le « joueur le plus utile » sur Long Island, cette saison ?

***

Le mot de la fin

« Je n’ai pas de problèmes d’équipement. Mon seul problème, il se situe entre mes deux oreilles », a déclaré Evgeni Malkin aux journalistes de Pittsburgh, la semaine dernière.

N’importe qui peut succomber à une crise de confiance.

N’importe qui !