Les Jets de Winnipeg sont parmi les équipes les plus intéressées par Mark Stone.

Duchene et Stone d’abord?

CHRONIQUE / À deux semaines de la date limite des transactions, tout le monde attend. Les feux d’artifice pourraient débuter d’une minute à l’autre.

On se demande, d’ailleurs, si les Sénateurs d’Ottawa ralentissent tout le monde. Le spectacle annuel aurait peut-être déjà débuté, si cette formation savait sur quel pied danser.

On a déjà déterminé que l’année sera bonne pour les vendeurs.

Le collègue Pierre LeBrun, de RDS, a dressé un portrait des choses dans sa dernière chronique parue dans L’Athlétique. Il a identifié neuf équipes qui se rangeront, assurément, dans le camp des vendeurs.

Il a rassemblé cinq autres formations dans une deuxième catégorie. Le Canadien de Montréal ferait partie de ce groupe de formations actives, qui pourraient chercher à s’améliorer si le contexte était favorable.

À l’autre bout du spectre, on compte pour l’instant six formations chez les vendeurs.

La loi de l’offre et de la demande nous permet de croire que les directeurs généraux de ces clubs pourront se montrer gourmands.

Pierre Dorion tient deux cartes très importantes, dans son jeu. Matt Duchene et Mark Stone pourraient être les deux joueurs de location les plus talentueux, sur le marché.

À condition, bien entendu, qu’ils soient disponibles.

LeBrun estime qu’au moins trois équipes seraient intéressées à payer le gros prix pour mettre la main sur Stone. Les Jets de Winnipeg, l’équipe de sa ville natale, sont en lice.

En fait, les Jets pourraient aussi s’intéresser à Duchene.

On connaît bien l’histoire. Les deux étudient présentement des offres de contrait à long terme. S’ils décident de quitter Ottawa, Dorion pourra officiellement se mettre à chercher des partenaires sérieux pour transiger.

Lorsque le prix à payer pour obtenir un joueur de premier plan aura été fixé, le portrait sera plus clair. Pour tout le monde.

« Nous avons quelques joueurs qui se trouvent en fin de contrat. Nous en avons un, en particulier, qui semble très attrayant », a récemment confié le directeur général des Hurricanes de la Caroline, Don Waddell, au News&Observer de Raleigh.

Il parlait bien entendu de Michael Ferland. L’ailier de 26 ans a connu sa saison la plus productive l’an dernier, avec 21 buts et 41 points.

« Nous savons qu’il sera difficile, pour nous, de le remettre sous contrat. J’ai parlé avec plusieurs équipes qui seraient intéressées à transiger. J’ai répondu à tout le monde que nous allons attendre la fin de notre voyage avant de prendre des décisions importantes », a-t-il ajouté.

Le voyage dont il est question a débuté le 5 février. Il se termine ce mardi. Les Canes ont remporté trois matches sur quatre, jusqu’à présent.

Si jamais Dorion parvient à frapper un coup de circuit en échangeant Stone, les dirigeants des Flyers pourraient être plus enclins à laisser partir Wayne Simmonds.

En ce moment, leur directeur général Chuck Fletcher hésite.

Son équipe a recommencé à gagner, Simmonds contribue aux succès...

« Wayne a travaillé fort, il a été très bon dans les dernières semaines. J’aurais du mal à trouver un joueur plus professionnel. Son attitude est irréprochable. Il suffit de regarder la façon dont il célèbre nos victoires. Il est presque toujours le premier à se précipiter pour féliciter nos gardiens. Il est un excellent coéquipier », a-t-il dit au site du réseau NBC Sports.

Murray étudie

Les Ducks d’Anaheim n’ont pas grand-chose à offrir sur le marché des locations à court terme. Jakob Silfverberg, peut-être ? En descendant derrière le banc, leur directeur général Bob Murray donne l’impression nous laisse croire qu’il veut évaluer, rapidement, ses effectifs. Quitte à identifier d’autres joueurs qui ne servent plus vraiment la cause de l’organisation. « Je ne vois pas de passion. Je ne vois pas de combativité. Trop de joueurs suivent la parade, alors qu’ils devraient la mener », a-t-il déclaré en conférence de presse, dimanche. Murray a dit, par la suite, qu’il « n’a pas peur » de demander aux vétérans Ryan Getzlaf, Ryan Kesler et Corey Perry de renoncer à leurs clauses de non-échange...

Sakic ferme la porte

L’Avalanche du Colorado est engagée à fond dans la course aux séries dans l’Association Ouest. Pour gagner un peu de terrain, un petit coup de pouce ne ferait pas de tort. Leur directeur général, Joe Sakic, tente de refroidir les ardeurs des partisans. Il dit qu’il préférerait rater les séries en 2019 qu’échanger un espoir de qualité comme Shane Bowers ou Sampo Ranta. « Je serais heureux de participer aux séries, mais je ne vais certainement pas sacrifier des espoirs ou des choix de repêchage. Nous en aurons besoin avant longtemps », a-t-il déclaré au Denver Post.

Phaneuf insulté

À pareille date, l’an dernier, Dion Phaneuf était impliqué dans plusieurs rumeurs de transactions. Il a fini par renoncer à sa clause de non-échange pour déménager à Los Angeles. Ces histoires ne se terminent pas toujours très bien. La semaine dernière, il a été rayé de la formation débutante de son équipe pour la première fois de sa longue carrière. Il n’a pas trop apprécié l’expérience. « Je respecte la décision de mon entraîneur. Je respecte mon équipe. Je respecte mes coéquipiers. Je ne suis quand même pas si vieux que ça. Il me reste quelques belles années », a-t-il déclaré aux quelques journalistes qui suivent les Kings sur la route.